Transport et logement : 22% des ménages en situation de vulnérabilité énergétique [20150112]| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Transport et logement : 22% des ménages en situation de vulnérabilité énergétique

le 12 01 2015 Archives.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié le 8 janvier 2015 une étude sur la vulnérabilité énergétique. Un ménage est dit en situation de vulnérabilité énergétique quand il consacre une part trop importante de son revenu aux dépenses contraintes en énergie (chauffage du logement, eau chaude, déplacements en voiture pour aller au travail, faire des achats ou accéder à des services).

14,6% des ménages de France métropolitaine sont en situation de vulnérabilité énergétique pour leur logement et 10,2% pour leurs déplacements. Au total, 22% des ménages sont touchés. Le risque de vulnérabilité est très variable sur le territoire. Il dépend, en effet, du climat (région plus ou moins froide) mais aussi de l’éloignement des pôles urbains. Pour les dépenses énergétiques liées au logement, la surface du logement et le combustible utilisé pour le chauffage sont les deux facteurs principaux qui influent sur le risque de vulnérabilité. La proportion de ménages ayant de fortes dépenses énergétiques liées au logement, relativement à leurs revenus, atteint en moyenne 26,8% lorsqu’ils occupent un logement de moins de 25 m2 et 24,1% au-dessus de 150 m2. Les ménages se chauffant au fioul sont les plus nombreux à être vulnérables (1,7 million, soit 38,2% de ces ménages). La vulnérabilité énergétique liée aux déplacements contraints est faible en ville mais bien plus élevée dans les zones éloignées des pôles urbains. Selon le lieu de résidence, les déplacements peuvent être particulièrement contraints. Certains ménages se trouvent face à un choix difficile : renoncer à d’autres dépenses pour se chauffer correctement ou se déplacer ou, au contraire, se résigner à avoir froid ou à se déplacer moins.

Mots clés :

Rechercher