Transport de voyageurs : le train perd des parts de marchés| vie-publique.fr | Actualités | En bref

Imprimer

Transport de voyageurs : le train perd des parts de marchés

le 24 11 2017

L’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) dresse un état des lieux du marché du transport ferroviaire de voyageurs en France pour les années 2015 et 2016. Ce document, publié le 16 novembre 2017, constitue le premier bilan de l’Arafer sur ce sujet.

Le train a transporté 1,16 milliards de passagers en 2016, dont 87,5% dans les trains express régionaux (TER) et sur le réseau d’Ile-de-France, le Transilien.

Tendance à la baisse pour le transport ferroviaire de voyageurs

Le réseau ferroviaire français est dense : 29 000 km de lignes, 3 000 gares et haltes ferroviaires, près de neuf habitants sur dix résident à moins de 10km d’une gare.

Malgré ces équipements, le trafic ferroviaire de voyageurs baisse en 2016 (-1,5% sur un an). Dans le même temps, le trafic routier en véhicule particulier progresse de 2,7% et le transport aérien de 3,8%.

La part du transport ferroviaire dans l’ensemble des transports de voyageurs passe à 9,2% en 2016 contre 10% en 2011. Cette tendance à la baisse ne se retrouve pas dans les autres pays européens. Par exemple, le Royaume-Uni enregistre une hausse de fréquentation de 3,7% entre 2010 et 2015.

Déprogrammations et retards

En 2016, les déprogrammations ont touché 229 des 6 969 trains de voyageurs initialement programmés quotidiennement (hors Transilien), soit un taux de déprogrammation de 3,3%. La déprogrammation désigne la suppression d’un train décidée la veille avant 16 heures.

117 trains ont été annulés à la dernière minute, soit un taux d’annulation de 1,7%.

Au total, le taux de suppression des services ferroviaires de voyageurs (déprogrammations et annulations) s’élève à 5%, soit 346 trains par jour en 2016 hors Transilien. Les services TER et les Intercités sont les plus touchés et notamment dans les régions Aquitaine, Provence-Alpes-Cote d’Azur, Auvergne, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes.

Quant aux retards, ils interviennent davantage aux heures de pointe. Le taux de retard moyen des TER est de 10% dans ces périodes. Pour les TGV, ce taux monte à 25% le vendredi après-midi. Il dépasse les 30% pour les services Intercités dans les créneaux horaires situés entre 9 et 10 heures et entre 16 et 17 heures.

Globalement, 11, 2% des trains qui ont circulé sont arrivés avec un retard d’au moins 6 minutes. L’Arafer attribue 55% de ces minutes perdues à des causes maîtrisables.

Budget des entreprises ferroviaires

En 2015, les entreprises ferroviaires de voyageurs ont perçu 13,4 milliards d’euros (hors taxes) de recettes dont 8,3 milliards d’euros issus de la vente de titres de transports et d’abonnements. Les concours publics s’élèvent à 5,1 milliards d’euros.

En Ile-de-France, la suppression de zones de transport et l’adoption d’un tarif unique pour les abonnements (Carte Navigo) a entraîné une baisse de 21% des recettes commerciales du Transilien en 2016.

Usages du transport ferroviaire - Infographie

Mots clés :

Rechercher