Union pour la Méditerranée : quel financement pour le codéveloppement ?| vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Union pour la Méditerranée : quel financement pour le codéveloppement ?

le 6 09 2010 Archives.

En décembre 2009, le Président de la République avait confié à M. Charles Milhaud la constitution d’une commission chargée d’étudier la possibilité de créer une banque dédiée au financement du codéveloppement en Méditerranée, celle-ci a remis son rapport fin août.

Malgré près de 20 milliards d’euros d’aides octroyées aux pays de la rive sud et est de la Méditerranée principalement par l’Union européenne (UE), la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque mondiale, ces chiffres cachent une réalité hétérogène, avec notamment un manque de financement pour les entreprises (PME et TPE en particulier). En parallèle, le rapport souligne des besoins importants en matière d’infrastructures concernant une population devant atteindre 320 millions d’habitants en 2050 : canal reliant la mer Rouge à la mer Morte, port de Nador pour les pétroliers, plan solaire pour le développement des capacités de production d’énergies renouvelables, TGV Tanger-Casablanca-Marrakech, etc. Face à ce constat, la commission propose 3 types de scénarios en vue de la création d’une institution dédiée au financement du codéveloppement, avec pour objectif la capacité à fournir des financements adaptés aux différents acteurs. Les conclusions de la commission doivent être présentées au prochain sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union pour la Méditerranée (UPM) qui se tient en novembre 2010 à Barcelone.

L’UPM associe les 27 Etats membres de l’UE et 16 Etats du pourtour méditerranéen à la suite du processus euro-méditerranéen (processus de Barcelone) inauguré en novembre 2005.

Rechercher