Les zones urbaines sensibles en 2009 : l’impact de la crise | vie-publique.fr | Actualités | En bref

[ Publicité ]
Imprimer

Les zones urbaines sensibles en 2009 : l’impact de la crise

le 28 12 2010 Archives.

L’Observatoire national des zones urbaines sensiblesZone urbaine sensible / Zones urbaines sensiblesZUS (Onzus) a présenté son rapport annuel le 23 décembre 2010. Cet état des lieux indique que les zones urbaines sensibles (Zus) restent particulièrement touchées par le chômage et la pauvreté.

Avec la crise économique, le taux de chômage en Zus, qui était en recul depuis 2005, est reparti à la hausse en 2009, pour s’établir à 18,6%, contre 16,7% en 2008. A titre de comparaison, dans les autres secteurs urbains (hors Zus), le taux de chômage est passé de 7,7% en 2008 à 9,8% en 2009. Tous les indicateurs utilisés pour juger de la situation des habitants des Zus confirment la précarité de leur situation. Au 31 décembre 2008, les deux-tiers de ces habitants sont ainsi connus des Caisses d’allocations familiales (Caf) et ils sont 2,4 fois plus nombreux à bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC).

Définies par la loi du 14 novembre 1996 relative au Pacte de relance pour la ville, les quartiers urbains considérés comme prioritaires pour la politique de la ville sont désignés comme “zones urbaines sensibles” (Zus), “zones de redynamisation urbaine” (Zru) et “zones franches urbaines” (Zfu). Il existe 751 Zus, parmi lesquelles 435 sont des Zru, au sein desquelles ont été créées 100 Zfu, quartiers hautement prioritaires.

Mots clés :

Rechercher