Imprimer

Les nouveautés de la rentrée 2018 : ajustement des programmes, réforme du lycée et interdiction du téléphone portable

le 16 08 2018

Cette année, la rentrée des enseignants est fixée au 31 août 2018, celle des élèves au lundi 3 septembre. La rentrée 2018 est marquée par une forte augmentation des effectifs dans les collèges et les lycées : plus de 25 000 élèves supplémentaires. Dans le même temps, le nombre de candidats admis aux concours externes de professeurs certifiés et agrégés a baissé de 10,3%. 7 768 candidats ont été admis cette année contre 8 707 en 2017. Pour la première fois, le MinistèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’éducation nationale n’a pas publié de circulaire de rentrée mais le ministre s’est adressé aux enseignants par une lettre du 26 avril 2018.

Rapide inventaire des nouveautés de la rentrée.

Dédoublement des classes de CP et de CE1

A la rentrée 2017, 2 500 classes de cours préparatoire (CP) dans les écoles des quartiers très défavorisés (dits REP +) avaient été dédoublées afin d’obtenir un effectif maximum de 12 élèves par classes. Cette mesure est appelée à s’étendre peu à peu aux classes de cours élémentaire 1 (CE1) de REP + et de CP et CE1 des quartiers défavorisés (REP), notamment grâce aux enseignants du dispositif "Plus de maîtres que de classes".

L’approfondissement de cette mesure est accompagné d’une prime de 1 000 euros net aux personnels fonctionnaires titulaires exerçant en REP+.

Pédagogie et ajustement des programmes

Le ministre Jean-Michel Blanquer a adressé aux professeurs une lettre pour cette rentrée, le 26 avril 2018. Il y présente ses recommandations pour renforcer la maîtrise de la langue et améliorer l’enseignement des mathématiques. La lettre est accompagnée de quatre notes de service publiées au Bulletin officiel sur l’apprentissage de la lecture, l’enseignement de la grammaire et du vocabulaire, l’enseignement du calcul et la résolution des problèmes à l’école élémentaire.

Le ministre recommande notamment la méthode syllabique pour l’apprentissage de la lecture et une dictée quotidienne, 15 minutes de calcul mental par jour et d’exercices d’écriture, l’étude de 5 à 10 livres par an et le retour des leçons de grammaire dans toutes les classes.

Par ailleurs, l’heure hebdomadaire d’activités pédagogiques complémentaires (APC), instituée en 2013, sera désormais spécifiquement consacrée aux activités de lecture et de compréhension.

Le ministre demande également aux enseignants de proposer à toujours plus d’élèves de suivre des stages de réussite pendant les vacances scolaires. Au collège, les élèves de 6e fragiles en lecture et compréhension de l’écrit suivront deux heures d’accompagnement personnalisé (AP) entièrement dévolues à la fluidité de lecture et à la compréhension.

De nouvelles évaluations sont mises en place : tests en début et milieu de CP, en CE1.

Dans cette même lettre, le ministre rappelle qu’il a demandé au Conseil supérieur des programmes (CSP) de "proposer les ajustements nécessaires au regard de l’objectif de maîtrise des savoirs fondamentaux par tous les élèves".

Les "projets d’ajustement et de clarification" ont été présentés par le CSP devant le Conseil supérieur de l’éducation le 12 juillet 2018. Il concernent le français, les mathématiques, les sciences et l’enseignement moral et civique. Le CSP propose par exemple d’insister sur l’écriture dans l’acquisition de la lecture et d’aborder en classe de CP l’addition, la soustraction, la multiplication et la division, pour que les élèves soient capables de comprendre le sens de ces quatre opérations.

L’intersyndicale de l’éducation (FSU, SE-Unsa, Unsa-éducation, la CGT-éduc’action, Solidaires, Sud-éducation, FNEC-FP-FO, SGL, l’UNEF, FCPE) en désaccord avec ces projets a quitté la séance du Conseil supérieur de l’éducation à la suite du refus de l’administration de retirer les projets de modifications des programmes de 2016 de l’ordre du jour. L’intersyndicale reproche au gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. "la méthode de travail, l’absence de concertation, de consultation comme la politique autoritaire et la vision idéologique de l’école qui entre en contradiction avec l’école de la confiance ou le pragmatisme prôné dans les médias" et demande au ministre de "faire confiance aux enseignants".

Les premières mises en œuvre de la réforme du lycée

La réforme du baccalauréat s’appliquera pour les épreuves de 2021 quand les élèves qui entrent en seconde en septembre 2018 passeront l’examen. Dès septembre 2018, les premières évolutions pour une meilleure maîtrise de la langue et l’aide à l’orientation sont mises en œuvre. Les élèves qui entrent en seconde expérimenteront donc pour la première fois :

  • un test de positionnement : avant le mois d’octobre, chaque élève passe un test de positionnement en maîtrise de la langue française et en mathématiques, dont les résultats sont anonymes et personnels pour identifier ses acquis et ses besoins ;
  • un accompagnement personnalisé : les lycéens bénéficieront d’un accompagnement adapté à leurs besoins, notamment pour consolider leur maîtrise de l’expression écrite et orale et comprenant une aide au choix de l’orientation ;
  • 54 heures (à titre indicatif) seront consacrées à l’orientation afin d’aider les lycéens à choisir la voie générale ou l’enseignement technologique ainsi que leurs spécialités. Le choix d’orientation entre la voie générale et la voie technologique se fera en fin de seconde.

La refonte du lycée qui accompagne la réforme du baccalauréat ne sera cependant effective qu’à la rentrée 2019 (enseignements de tronc commun, nouveaux enseignements obligatoires en seconde comme les sciences numériques et la technologie, etc.).

Rythmes scolaires dans l’enseignement du premier degré

Depuis la rentrée 2017, un décret autorise des dérogations à l’organisation de la semaine scolaire mise en place à partir de 2013 dans les écoles maternelles et élémentaires publiques. Les communes peuvent choisir de revenir à une semaine de quatre jours en respectant la durée d’enseignement hebdomadaire de 24 heures et sans que la journée scolaire n’excède six heures d’enseignement. A la rentrée 2018, la quasi-totalité des communes revient à la semaine de quatre jours.

Pour aider ces communes à à accueillir les enfants le mercredi qui devient une journée sans classe, le MinistèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’éducation nationale a présenté un "Plan mercredi".

Chaque mercredi à partir de la rentrée 2018 seront proposées par les collectivités territoriales et les services de l’État, en partenariat avec le secteur social et associatif, des activités aux enfants de la maternelle au CM2 avec une ambition éducative, pour "le développement d’accueils de loisirs de qualité".

Une charte qualité Plan mercredi organise l’accueil du mercredi autour de quatre axes :

Interdiction du téléphone portable

A la suite de la loi du 3 août 2018 relative à l’encadrement de l’utilisation du téléphone portable dans les établissement d’enseignement scolaire, il est désormais interdit à un élève d’utiliser un téléphone mobile ou tout autre équipement connecté (tablettes, montres connectées, etc.) dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges pendant les activités liées à l’enseignement, dans l’enceinte et à l’extérieur de l’établissement scolaire (sauf pour des usages pédagogiques).

Les élèves présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant sont cependant autorisés à utiliser des équipements connectés, si leur état de santé le nécessite. Les lycées ont aussi la faculté de prévoir dans leur règlement intérieur l’interdiction du téléphone portable.

Dans les maternelles, les écoles primaires et les collèges, l’utilisation pédagogique du téléphone portable doit être autorisée par le règlement intérieur. Cette loi marque ainsi la primauté du règlement intérieur pour la permission ou l’interdiction de l’usage du téléphone portable à des fins pédagogiques alors que ces usages étaient jusque-là interdits. Autre changement : la loi ouvre la possibilité de confisquer un téléphone (la confiscation n’était auparavant autorisée que si le téléphone portable présentait un danger).

Par ailleurs, un temps d’accueil musical sera organisé le jour de la rentrée, le but étant de mettre en lumière les vertus éducatives de la pratique musicale collective. Nouveauté cette année : le ciblage plus particulier des écoles et établissements de l’éducation prioritaire, avec l’attribution d’un parrain ou d’une marraine artiste pour la réalisation de cet événement, qui pourra éventuellement poursuivre un travail sur l’année. Il est préconisé que "les élèves soient associés le plus en amont possible au projet".

Mots clés :

Rechercher