Glossaire| vie-publique.fr | Actualités | Dossiers

[ Publicité ]
Imprimer

Glossaire

le 9 10 2007 Archives.

Agenda 21
Programme d’actions, issu de la Conférence de Rio (1992) dont l’objectif est de mettre en œuvre les principes de développement durableDéveloppement durableDéveloppement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.. Elaboré en concertation avec la population, il peut être appliqué à deux niveaux : un niveau global (à l’échelle de la planète ou à celle d’un continent) ; un niveau local (en France, les collectivités territoriales).

Agriculture biologique
Agriculture obéissant à des règles de production strictes écartant les substances non naturelles (pesticides de synthèse, engrais chimiques...).

Biocarburant
Carburant provenant de plantes cultivées (tournesol, betterave, colza...).

Biodiversité
Diversité du monde vivant à tous les niveaux : diversité des milieux (écosystèmes), diversité des espèces, diversité génétique au sein d’une même espèce.

Bio-indicateur
Indicateur de la richesse biologique.

Biomasse
Masse de matière organique non fossile d’origine biologique. Elle comprend les végétaux utilisables directement et les résidus d’une première exploitation de la biomasse (déchets agricoles, déchets domestiques, déjections animales, déchets forestiers).

Changement climatique
Désigne les changements de climat qui sont attribués directement ou indirectement à une activité humaine altérant la composition de l’atmosphère mondiale et qui viennent s’ajouter à la variabilité naturelle du climat observée au cours de périodes comparables.

Compostage
Utilisation des déchets organiques pour produire du compost qui sera utilisé ensuite pour améliorer la qualité agronomique des sols.

Consommation d’énergie finale
Quantité d’énergie disponible pour l’utilisateur final. Elle exclut les pertes de distribution et les énergies consommées comme matière première.

Consommation d’énergie primaire
Comprend la consommation d’énergie finale, la consommation de la branche énergie et l’énergie consommée comme matière première.

Couche d’ozone
Couche protectrice de l’atmosphère, située à 20-25 kilomètres au-dessus du niveau de la mer, qui absorbe certains rayons ultraviolets du soleil, réduisant ainsi la quantité de rayonnements potentiellement dangereux qui atteignent la surface de la terre.

Déchet
"Tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon" (Code de l’environnement)

Développement durable
"Développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs" (Rapport Bruntdland, 1987)

Dissémination volontaire
Utilisation délibérée d’un OGMOGMOrganisme génétiquement modifié dans l’environnement.

Economie d’énergie
Les économies d’énergie sont calculées à partir des écarts de consommations finales relevés dans les bilans de l’énergie entre deux années consécutives. La variation de ces consommations résulte de plusieurs effets : effet de l’activité économique, effet des investissements de maîtrise de l’énergie, effets divers comme par exemple le comportement des usagers.

Ecotaxe
Taxe frappant un produit mis à la consommation, en raison de ses nuisances écologiques qu’il est réputé générer.

Etude d’impact
Les installations soumises à autorisation (usines, dépôts, carrières, etc…) doivent faire l’objet d’une étude d’impact afin de quantifier les pollutions et nuisances causées par le fonctionnement normal de l’installation. L’étude doit aider le maître d’ouvrage à concevoir un projet respectueux de l’environnement, aider l’autorité compétente à prendre une décision d’autorisation et à déterminer le cas échéant les conditions environnementales de son autorisation ; elle doit permettre enfin au public concerné par la réalisation du projet d’être correctement informé, d’émettre un avis et favoriser ainsi un débat sur les projets.

Effet de serre
Phénomène climatique naturel qui permet, en réchauffant l’atmosphère, la vie sur terre. La chaleur émise par le soleil est capturée, comme dans une serre, grâce à certains éléments composant l’atmosphère et notamment le gaz carbonique. L’augmentation de la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère, due aux activités humaines, accentue cet effet de serre, ce qui se traduit par l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe. Si les incertitudes scientifiques restent encore nombreuses notamment quant aux conséquences sur la planète, la relation émissions anthropiques - réchauffement planétaire est aujourd’hui fermement établie.

Energie renouvelable
Energie tirée d’une source renouvelable de manière permanente : biomasse, électricité hydraulique, énergie éolienne, solaire, géothermique, etc.

Environnement
Milieu dans lequel un organisme fonctionne, incluant l’air, l’eau, la terre, les ressources naturelles, la flore, la faune, les êtres humains et leurs interrelations.

ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement)
Usines, ateliers, dépôts, chantiers, carrières, et toute installation fixe exploitée ou détenue par une personne physique ou morale, publique ou privée, qui peuvent être source de nuisance pour la santé, la sécurité, la salubrité du voisinage, ainsi que pour l’agriculture, l’environnement, la protection de la nature et la conservation du patrimoine. Ces installations sont définies par une nomenclature qui détermine celles qui relèvent des procédures d’autorisation ou de déclaration selon la gravité des dangers potentiels.

Gaz à effet de serre
Le CO2 n’est pas le seul gaz à contribuer à l’effet de serre mais il est le principal, en raison des quantités émises par l’activité humaine. Par souci de simplification, les six autres gaz sont exprimés en "équivalent CO2" en fonction de leur dangerosité. Il s’agit du méthane (CH4), de l’oxyde nitreux (N2O), de l’ozone troposphérique (O3), les CFC et les HCFC (gaz de synthèse responsables de l’attaque de la couche d’ozone), ainsi que les substituts des CFC : HFC, PFC, SF6.

Maîtrise de l’énergie
Ensemble des mesures mises en œuvre pour une utilisation la plus efficace possible des ressources énergétiques. Ce terme englobe les économies d’énergie, l’utilisation rationnelle de l’énergie et les substitutions énergétiques.

OGM (Organisme Génétiquement Modifié)
Organisme (animal, végétal, bactérie) dont on a modifié le matériel génétique (ensemble de gènes) par une technique nouvelle dite de "génie génétique" pour lui conférer une caractéristique nouvelle.

Permis d’émission négociable
Un pollueur ne peut émettre que la quantité de pollution pour laquelle il dispose de permis. Ces permis d’émission sont échangeables sur un marché.

Pollueur payeur
Principe selon lequel c’est le pollueur qui doit assumer le coût de la pollution.

Pollution
Dégradation des caractéristiques physiques, chimiques ou biologiques de l’air, de l’eau ou du sol pouvant avoir des effets néfastes sur la santé, la survie ou les activités de l’homme ou d’autres organismes vivants.

Principe de précautionPrincipe de précautionPrincipe selon lequel l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque dans les domaines de l’environnement, de la santé ou de l’alimentation.
" La notion de principe de précaution est apparue au cours des années 1980, à l’occasion de débats relatifs aux problèmes internationaux d’environnement, avant de recevoir une consécration publique en 1992, à l’occasion de la Conférence de Rio. La France est le premier pays à l’avoir inscrit dans son droit interne. La loi du 2 février 1995, dite loi Barnier, en fournit une définition, insérée à l’article L.200-1 du Code rural qui dispose que " l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement acceptable " . Toutefois, le contenu de cet énoncé n’est pas exclusivement applicable aux questions d’environnement. Le principe de précaution d’ailleurs est de plus en plus souvent invoqué à l’occasion de problèmes relatifs à l’alimentation et à la santé." (Philippe Kourilsky, Geneviève Viney, "Le principe de précaution", 2000).

Radioprotection
Ensemble des règles, des procédures et des moyens de prévention et de surveillance visant à empêcher ou à réduire les effets nocifs des rayonnements ionisants sur les personnes directement ou indirectement, y compris par les atteintes portées à l’environnement.

Recyclage
Utilisation comme matière première des matériaux issus des collectes sélectives .

Rechercher