Etre élu, est-ce un métier ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

[ Publicité ]

Etre élu, est-ce un métier ?

le 9 10 2013

En principe, le fait d’être élu n’est pas un métier en soi. Il s’agit d’une fonction temporaire attribuée par les électeurs à une personne choisie par eux. Ce principe remonte à la Révolution de 1789, pendant laquelle on insistait sur la nécessité que les élus ne transforment pas en profession une charge honorifique confiée directement par les citoyens.

Le principe demeure. Néanmoins, on constate en France une certaine stabilité du personnel politique. En effet, les personnes élues, non seulement tentent de renouveler plusieurs fois leur mandatMandatDurée d’exercice d’une fonction élective, mais ont aussi tendance à les cumuler. Ainsi, on critique souvent l’âge avancé de certains élus, qui ont passé de nombreuses années en fonction, et le cumul entre plusieurs mandats, locaux et nationaux.

Il est certain qu’on constate aujourd’hui une certaine professionnalisation de la politique, dont l’explication principale réside dans le fait qu’il est possible de vivre de ces fonctions (depuis 1848, les fonctions électives sont indemnisées, de manière à ne pas laisser aux seules personnes aisées la possibilité d’être élues). De même, l’existence de cursus universitaires qui mènent quasi automatiquement à l’entrée en politique accentue cette tendance : professionnalisation et technocratisation sont en partie liées.

Par ailleurs, il existe une caractéristique de la vie publique française qui ne se retrouve pas dans les autres pays européens : nombre d’élus commencent une carrière sur le plan local (municipal, puis départemental ou régional) pour ensuite accéder à des fonctions nationales. Mais, lorsqu’ils parviennent à ce niveau, ils ne se défont généralement pas de leur mandat local, qui leur permet de conserver une implantation locale et peut servir de "base de repli". Ce d’autant plus que, tout en critiquant le cumul des mandats, beaucoup d’électeurs considèrent comme un atout de voir leur élu local exercer également un mandat national.

Un projet de loi organiqueLoi organiqueCatégorie de lois, prévues par la Constitution, dont l’objet est de préciser les conditions d’application de la Constitution. adopté en première lecture à l’Assemblée nationale le 9 juillet 2013 prévoit l’interdiction, pour les députés et les sénateurs, d’exercer, à compter des prochaines élections législatives et sénatoriales de 2017, les fonctions de maire ou d’adjoint, de président ou de vice-président d’un conseil départemental ou régional, d’une intercommunalitéIntercommunalitéDésigne les différentes formes de coopération existant entre les communes. L’intercommunalité permet aux communes de se regrouper au sein d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI)., d’un syndicatSyndicatAssociation de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents. mixte, d’un établissement public local, d’une société d’économie mixte ou de toute autre collectivité territorialeCollectivité territorialeStructure administrative, distincte de l’administration de l’État, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. créée par la loi.

Mots clés :

Sur la toile publique

  • Congés des élus locaux pour exercer leur mandat sur le site Service-public.fr

    Tout salarié exerçant un mandat local peut bénéficier d’autorisations d’absence et d’un crédit d’heures lui permettant de remplir ses obligations d’élu. Tous les détails sur les bénéficiaires, la durée des absences, les démarches à accomplir ...
  • Le Code électoral

    Le code qui régit l’organisation des scrutins est composé d’une partie législative et d’une partie réglementaire (décrets en Conseil d’État).
  • Le site du Cidem

    Le Cidem (Civisme et démocratie) regroupe depuis 1984 toutes les associations qui souhaitent promouvoir le civisme et l’éducation à la citoyenneté.

Rechercher

200 expressions les plus recherchées

voir les 200 expressions