Qu’en est-il du vote des femmes ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

[ Publicité ]
Imprimer

Qu’en est-il du vote des femmes ?

le 18 11 2016

Voter : toutes les autres questions

En débat sous la IIIe République mais freiné par les radicaux qui craignaient de favoriser la droite cléricale, le vote des femmes n’a été obtenu que tardivement, à la Libération. Institué par une ordonnance de 1944, il fut appliqué dès l’année suivante à l’occasion des municipales de 1945. Par comparaison avec d’autres pays, cette conquête apparaît particulièrement tardive : les femmes votaient sous certaines conditions depuis 1918 en Grande-Bretagne, depuis 1934 en Turquie…

Le vote féminin se distingua dans un premier temps du vote masculin sur deux points : une moindre participation politique liée à une phase d’apprentissage (les femmes de milieu populaire notamment considérant que ce domaine demeurait une affaire d’hommes) ; et un ancrage à droite lié à une plus grande proximité avec l’Église catholique. À mesure que les femmes se sont émancipées, les différences se sont aplanies.

On ne peut plus guère aujourd’hui parler de vote masculin ou de vote féminin. La variable « genre » a perdu sa pertinence, sauf à remarquer que les femmes votent moins volontiers pour les extrêmes que les hommes. Sur le terrain de la participation électorale en revanche, il n’y a plus de différence significative.

Le vote des femmes garantit-il un meilleur accès de celles-ci aux fonctions politiques ? Rien ne démontre que les femmes votent en priorité pour les femmes, même si évidemment l’alignement des électorats participe de la banalisation de leur engagement dans cet univers longtemps très masculin.

Sur la toile publique

Rechercher