La gestion publique est-elle comparable à la gestion privée des entreprises ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

La gestion publique est-elle comparable à la gestion privée des entreprises ?

le 17 06 2016

par

Franck Waserman, professeur à l’université du Littoral-Côte d’Opale


Depuis le début des années 1980, la question est posée de manière tout à fait explicite, mais la convergence de la gestion publique vers la gestion privée prend des sources bien plus anciennes.

Une question née outre-Atlantique au XIXe siècle

L’idée de gérer l’État comme une entreprise naît parallèlement au management, aux États-Unis, où le président Woodrow Wilson, dès 1887, estime qu’il faut s’inspirer de l’entreprise pour confier la gestion de l’État à des experts qui ne feront pas primer des enjeux politiciens.

Mais c’est surtout au début du XXe siècle que l’idée commence à faire son chemin. Le président William Taft met en place en 1910 une Commission pour l’économie et l’efficacité qui rend son rapport en 1912, soit un an après l’ouvrage fondateur de Taylor, Principes du management scientifique ; on ne s’étonnera pas qu’il ait beaucoup inspiré les propositions de la commission. Celles-ci ne sont pas mises en œuvre mais les idées sous-jacentes continuent d’irriguer la réflexion des gestionnaires publics.

Une autre commission importante doit être signalée : la Commission Hoover, créée en 1947 par le président Harry Truman, dont le rapport sort en 1949. Le concept d’un budget de programmes construit selon une logique de performance y est clairement exprimé.

Il prépare la mise en place, quelques années plus tard, en 1960, du PPBS (Planning Programming Budgeting System). Le pilote de ce dispositif est Robert Mac Namara, secrétaire d’État à la défense sous Kennedy, qui occupait auparavant la fonction de directeur des usines Ford, un des berceaux industriels du management. Ce n’est donc pas étonnant si le PPBS consiste à transposer à l’État fédéral les techniques de pilotage des grandes entreprises américaines.

Les tentatives françaises d’approche managériale

Le PPBS fait des émules. En France, la rationalisation des choix budgétaires (RCB) est mise en place expérimentalement en 1968 au ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de la défense et au ministère de l’équipement, avant d’être généralisée à tout l’espace gouvernemental en 1970. La démarche est, d’une part, très abstraite et, d’autre part, très éloignée des mœurs administratives. De plus, elle maintient les structures budgétaires dans une stricte logique de moyens.

Cela explique l’échec de la RCB qui cesse progressivement d’être utilisée. On peut considérer qu’elle est complètement et définitivement abandonnée en 1980.

Toujours est-il qu’elle fait figure de précurseur des dispositifs plus récents de la nouvelle gouvernance financière publique inspirée du management privé : la loi organiqueLoi organiqueCatégorie de lois, prévues par la Constitution, dont l’objet est de préciser les conditions d’application de la Constitution. relative aux lois de finances (LOLFLOLFLoi organique relative aux lois de finances), la révision générale des politiques publiques (RGPP) puis la modernisation de l’action publique (MAP).

Rechercher