Le rôle des institutions de l’Union européenne en matière fiscale| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

Le rôle des institutions de l’Union européenne en matière fiscale

le 10 06 2013

Si le pouvoir fiscal reste le cœur des attributions du ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat., la construction européenne est venue instaurer un nouveau partage des rôles : la législation fiscale devient ainsi de plus en plus encadrée par l’Union européenne (UE), même si le consentement àl’impôt demeure un monopole national.

La fiscalité reste de la compétence des États

Symbole de la souveraineté, la fiscalité reste largement de la compétence des États membres. L’unanimité est la règle, ce qui a rendu très difficile l’adoption de mesures dans ce domaine, chaque État disposant d’un droit de veto.

L’harmonisation fiscale est pourtant jugée nécessaire en raison de la mise en place d’un marché intérieur unifié et de l’Union économique et monétaire (UEM). En effet, les disparités entre États membres peuvent engendrer le développement d’une "concurrence fiscale" dommageable entre les pays (impôt sur les sociétés notamment, pour favoriser l’implantation d’entreprises). C’est pourquoi l’UE a cherché à progresser sur la voie de l’harmonisation.

Malgré cette nécessité, les différents débats institutionnels ont toujours débouché sur le maintien de l’unanimité. Ainsi, l’extension de la majorité qualifiéeMajorité qualifiéeDésigne soit un mode de calcul de la majorité absolue effectué sur le nombre d’inscrits ou l’effectif légal d’une assemblée, soit un nombre de suffrages exigés (2/3, 3/5...) pour que le vote soit acquis. à la fiscalité indirecte a fait l’objet d’un débat important à la Convention sur l’avenir de l’Europe (2002-2003) préparant le projet de Constitution européenne, qui s’était soldé par le statu quo en raison de l’opposition – renouvelée lors de la conférence intergouvernementale (CIG) – de certains États membres (Royaume-Uni, Suède, Irlande notamment). Cette question a été à nouveau posée avec la prise de conscience de la nécessité d’approfondir l’intégration suite à la crise des dettes souveraines dans la zone euroEuroMonnaie unique de plusieurs Etats membres de l’Union européenne qui forment la zone euro. en 2011.

Les harmonisations les plus importantes concernent la fiscalité indirecte

Les États membres de l’Union peuvent néanmoins décider d’intervenir en matière fiscale pour éliminer les obstacles à la concurrence entre les États. Les traités visent précisément le cas de la fiscalité indirecte, en matière de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et de droits d’accises, et font référence à l’ensemble de la fiscalité en tant qu’elle est susceptible d’introduire une distorsion sur les marchés.

L’Union encadre donc les politiques fiscales nationales en se fixant quatre objectifs :

Les principaux progrès concernent l’harmonisation de la fiscalité indirecte dont les disparités sont potentiellement les plus préjudiciables au marché intérieur, et pour laquelle le traité instituant la Communauté européenne (art. 93 TCE) permet d’intervenir :

  • TVA : une assiette commune de la TVA a été définie en 1977, puis un régime transitoire de TVA en 1992 prévoyant un premier rapprochement des taux, avec un taux normal d’au moins 15% et un taux réduit d’un minimum de 5%, et le maintien transitoire de taux zéro et super réduits existants ;
  • droits d’accises (alcool, tabacs, huiles minérales) : régime général relatif à la détention, à la circulation et au contrôle des produits soumis à accises créé en 1992 ;
  • fiscalité énergétique : les États membres ont décidé en 2003 d’harmoniser la fiscalité des produits énergétiques.

En revanche, les réticences restent vives sur la fiscalité directe et les modes d’intervention limités faute de base spécifique dans les traités :

  • création en 1990 d’un régime fiscal commun applicable aux sociétés mères et à leurs filiales, ainsi qu’un régime fiscal commun applicable aux fusions, scissions et apports d’actifs ;
  • adoption en juin 2003 du "paquet fiscal" proposé par la Commission européenne en 1997, comprenant un code de conduite en matière de fiscalité des entreprises, la directive "intérêts et redevances" et la directive sur la fiscalité des revenus de l’épargne.

Parallèlement, la Commission a cherché à prendre des initiatives, notamment sur les infractions fiscales, ou par le biais de communications, avis et lignes directrices. Elle promeut aussi la coopération entre autorités fiscales des États membres.

La question de l’impôt européen

Le budget de l’Union européenne dispose de ressources propres et stables, que lui transfèrent les différents États – parfois après un vote, comme en France, sur le prélèvement sur recettes affecté à l’Union européenne. Les prélèvements agricoles, les droits de douane, la ressource TVA, la ressource RNB (revenu national brut) permettent à l’Union d’exercer ses missions, dans le cadre des perspectives financières pluriannuelles et des mécanismes de décision associant la Commission, le Conseil et le Parlement.

Cependant, à plusieurs reprises, l’idée d’un impôt européen a été évoquée. Deux raisons principales viennent la soutenir :

  • l’Union cherche des ressources supplémentaires, notamment pour financer l’intégration de nouveaux États ;
  • cela permettrait de faire un pas de plus dans la construction d’une souveraineté de l’Union européenne : en cela, l’histoire de la construction des États modernes montre bien comment le pouvoir politique s’est renforcé en prenant appui sur le pouvoir financier.

Ce projet se heurte à l’hostilité de certains États membres et de leurs parlements nationaux. Ils mettent en avant les difficultés techniques liées à l’hétérogénéité des bases de calcul entre États en raison des écarts importants de richesses. Surtout, ils refusent l’éclatement du consentement de l’impôt et l’attribution d’un pouvoir fiscal réel aux institutions européennes

Rechercher