Imprimer

La carte judiciaire et sa réforme

le 7 07 2018

Jusqu’en 2009, environ 1 200 juridictions existaient sur le territoire national, selon une carte judiciaire datant de 1958, bâtie selon de grands principes remontant au début du XIXe siècle.

L’inadéquation entre la répartition des juridictions françaises et les évolutions démographiques avait conduit, depuis déjà plusieurs années, à une réflexion sur la réforme de la carte judiciaire dans l’intérêt de l’efficacité de la justice et afin de réaliser des économies d’échelle. De nombreux rapports avaient ainsi été rendus sur le sujet. Ces travaux avaient abouti à la suppression, par décret du 30 juillet 1999, de 36 tribunaux de commerce.

Ils ont constitué les prémices d’une réforme d’ampleur initiée en 2007 par la garde des Sceaux, Rachida Dati, qui a conduit à regrouper les juridictions à l’échelle départementale et régionale, afin de permettre une plus grande spécialisation des magistrats et une meilleure lisibilité de l’organisation judiciaire.

Les décrets du 15 février 2008 et du 29 mai 2008 ont modifié en conséquence les sièges et ressorts des tribunaux d’instance, tribunaux de grande instance et tribunaux de commerce, supprimant près de 400 juridictions et en créant une dizaine.

La mise en œuvre de cette réforme s’est échelonné jusqu’en 2011, de sorte qu’il existe désormais 164 tribunaux de grande instance (21 suppressions), 307 tribunaux d’instance et tribunaux de police (178 suppressions, 7 créations), 210 conseils de prud’hommes (62 suppressions, 1 création), 134 tribunaux de commerce (55 suppressions, 5 créations). Le nombre total de juridictions sur le territoire national est désormais de 815 (chiffres 2017).

S’il est encore tôt pour tirer un bilan définitif de la réforme de la carte judiciaire, on peut néanmoins porter une première appréciation contrastée sur les modalités et les effets de cette réorganisation massive de la justice. Les professionnels de la justice (magistrats, avocats, greffiers) ont ainsi critiqué le manque de cohérence de la réforme par rapport aux objectifs initialement fixés : les pressions politiques locales ont parfois pesé davantage que les considérations démographiques ou géographiques dans les choix relatifs à la suppression d’une juridiction.

S’agissant des économies d’échelle qui constituaient le but affiché de la réforme, et qui devaient permettre une justice plus efficace à moindre coût, les premiers résultats sont en demi-teinte. Si le coût de gestion du patrimoine immobilier de la justice devrait baisser à terme, le regroupement de certaines juridictions s’est parfois traduit par l’abandon de bâtiments prêtés gracieusement à l’administration judiciaire et par la nécessité de louer à prix fort de nouveaux locaux dans les juridictions accueillantes. De même, faute de transfert suffisant de personnel (notamment greffiers et fonctionnaires), les délais de jugement dans les juridictions regroupées se sont allongés par rapport à l’année précédente (par exemple au TGI de Saint-Malo, qui a absorbé le TGI de Dinan).

Il convient à ce titre de remarquer que, sur le budget initialement annoncé de 427 millions d’euros, seuls 250 millions ont été effectivement consacrés à la réforme de la carte judiciaire depuis 2008.

Au-delà des questions quantitatives ou géographiques, l’enjeu de la répartition des juridictions sur le territoire est directement lié à celui de l’égalité de l’accès des citoyens à une justice de qualité. Il implique notamment un choix politique relatif à l’opportunité de la spécialisation des contentieux et à la redéfinition des compétences entre les diverses juridictions.

Rechercher