À qui l’investissement public en matière de garde d’enfants bénéficie-t-il ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

À qui l’investissement public en matière de garde d’enfants bénéficie-t-il ?

le 23 10 2015

La politique familiale

En 2013, malgré l’investissement public conséquent en matière de garde d’enfants de moins de 3 ans, près de deux enfants de cet âge sur trois sont gardés la majeure partie du temps dans leur famille : 61% par un de leurs parents et 3% par un grand-parent ou un autre membre de la famille.

Pour les 36% d’enfants gardés hors de la famille :

  • 19% le sont par une assistante maternelle ;
  • 14% dans un établissement d’accueil du jeune enfant-EAJE (dont 10% en crèche municipale ou départementale, 2% en crèche parentale ou familiale, 1% en crèche de personnel ou d’entreprise et 1% en micro-crèche ou halte-garderie).
  • 3% en école préélémentaire.

Il existe une corrélation forte entre la catégorie socioprofessionnelle à laquelle appartiennent les parents, le statut en emploi, les revenus du ménage et le mode de garde.

Ainsi, on constate que 80% des enfants de moins de 3 ans appartenant aux 20% des ménages les plus modestes sont gardés uniquement par leurs parents, contre 29% des enfants appartenant aux ménages les plus riches.

Les ménages les plus aisés ont un recours plus important aux assistant-e-s maternel-le-s et, dans une moindre mesure, aux gardes à domicile. Ces dernières, onéreuses, sont surtout utilisées par les cadres et professions intellectuelles supérieures, et sont principalement concentrées en région parisienne. Quant aux ménages les plus modestes, ils confient avant tout leurs enfants à un EAJE.

Sur la toile publique

  • La caisse d’allocations familiales

    La rubrique « Qui sommes-nous ? » donne accès, notamment, à une présentation des missions de la CAF, aux textes de référence, au rapport d’activité de l’organisme.

Rechercher