L’accueil des migrants après le démantèlement du camp de Calais| vie-publique.fr | A la Une

[ Publicité ]
Imprimer

L’accueil des migrants après le démantèlement du camp de Calais

le 4 11 2016

©fotolia.com

A partir du 24 octobre 2016, l’État a engagé le démantèlement du camp de la Lande situé à Calais où plus de 6 000 migrants s’étaient réfugiés. Le 2 novembre, le retrait des derniers abris inoccupés a été achevé.

Les migrants présents à Calais ont été orientés vers 450 centres d’accueil et d’orientation (CAO) répartis sur l’ensemble du territoire à l’exception de l’Ile-de-France et de la Corse. Les CAO ont été prévus en octobre 2015 à la suite du rapport de Jean Aribaud et de Jérôme Vignon sur la situation des migrants dans le Calaisis. Il s’agit, pour chaque migrant présent à Calais qui en manifeste le souhait et s’il renonce à son projet migratoire vers le Royaume-Uni, de proposer une mise à l’abri ailleurs en France, sans que cette offre soit conditionnée par le dépôt préalable d’une demande d’asile. Cette mesure consiste à leur offrir un temps de répit, dans des conditions décentes et en dur, au cours duquel ils peuvent bénéficier d’un suivi sanitaire et social, prendre la mesure de leur situation et reconsidérer leur projet d’immigration au Royaume-Uni. Les premiers CAO ont été ouverts en novembre 2015, ils comptent aujourd’hui 12 000 places.

Les migrants accueillis en CAO bénéficient d’un accompagnement social et d’une information sur la procédure d’asile, les aides au retour, etc. Les personnes qui demandent l’asile doivent ensuite être accueillies dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). Les CADA comptent 35 000 places d’hébergement.

S’agissant des mineurs isolés, la France considère que les mineurs ayant des liens familiaux au Royaume-Uni ont droit au bénéfice du regroupement familial et doivent être accueillis au Royaume-Uni. Les mineurs isolés présents à Calais ont fait l’objet d’une prise en charge spécifique.

Rechercher