| vie-publique.fr |

Imprimer

Psychiatrie : une situation préoccupante

le 10 06 2009 Archives.

Le Sénat a récemment publié un rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des politiques de santé (OPEPS) qui dresse un constat préoccupant de l’état de la psychiatrie en France. Alors que la psychiatrie devrait être une priorité de la santé publique, elle souffre d’un "double abandon", affectant patients et soignants.

L’OPEPS révèle qu’en dépit du plan santé mentale 2005-2008 et de diagnostics réguliers, aucune réforme profonde de l’offre de soins psychiatriques n’a été conduite en France depuis 1960. En vingt ans, près de 30 000 lits et places ont été supprimés en psychiatrie, avec pour conséquence le transfert de la charge de l’accompagnement des malades vers leurs proches. Parmi les quinze recommandations de l’OPEPS figurent notamment l’organisation d’Etats généraux de la santé mentale, ainsi que l’expérimentation des "groupements locaux pour la santé mentale" préconisés par le rapport Couty. L’OPEPS souligne également la nécessité de mieux former les médecins généralistes (formation initiale et continue en psychiatrie) et les infirmiers (spécialisation en psychiatrie au niveau master).

Favorable au développement des coopérations entre professionnels de santé d’un même territoire ou se consacrant à une même pathologie (une des dispositions du projet de loiProjet de loiProjet de texte législatif déposé au Parlement à l’initiative du gouvernement. portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires), l’OPEPS suggère le dépôt d’un projet de loi spécifique, permettant d’adapter l’organisation territoriale de la psychiatrie aux besoins de la population.

Mots clés :

Rechercher