Loi organique du 6 décembre 2013 relative au procureur de la République financier| vie-publique.fr | Actualités | Panorama des lois

[ Publicité ]
Imprimer

Loi organique du 6 décembre 2013 relative au procureur de la République financier

le 9 12 2013 Archives.

Où en est-on ? promulgation_projet

La loi organique a été promulguée le 6 décembre 2013. Elle a été publiée au Journal officiel du 7 décembre 2013.

Saisi par le Premier ministre, le 6 novembre 2013, le Conseil constitutionnel avait jugé dans sa décision du 4 décembre 2013 l’ensemble du texte conforme à la Constitution.

Le projet de loi organique avait été adopté en lecture définitive par l’Assemblée nationale le 5 novembre 2013.

Présenté en Conseil des ministres le 7 mai 2013 par Mme Christiane Taubira, garde des Sceaux et ministre de la justice, le projet de loi organique avait été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 25 juin 2013, après engagement de la procédure accélérée, puis rejeté en première lecture par le Sénat le 18 juillet 2013. Après désaccord à l’issue de la Commission mixte paritaire, l’Assemblée nationale avait adopté, en nouvelle lecture, le projet de loi organique le 17 septembre 2013, puis le texte avait été rejeté par le Sénat le 8 octobre 2013.

De quoi s'agit-il ?

Le texte prévoit la création d’un procureur de la République financier à compétence nationale, chargé de la lutte contre la corruption et la fraude fiscale. La loi organique prévoit les dispositions statutaires nécessaires à la création d’un "Parquet financier".

Le procureur de la République financier sera rattaché au tribunal de grande instance de Paris et sera placé hors hiérarchie. A l’instar des autres procureurs, il sera nommé pour sept ans par le président de la République, sur proposition du garde des Sceaux et après avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature (à la suite de la réforme constitutionnelle soumise actuellement au Parlement).

Le procureur de de la République financier sera compétent pour les atteintes à la probité et les délits de fraude fiscale d’une grande complexité ainsi que pour le blanchiment de l’ensemble de ces infractions. Il s’agit de dédier des moyens spécifiques à la répression de la corruption et de la fraude fiscale sous l’autorité d’un Parquet spécialisé.

Le texte s’inscrit dans le plan gouvernemental en faveur de la transparence de la vie publique et du renforcement des moyens de lutte contre la grande délinquance économique et financière et les paradis fiscaux, présenté par le Premier ministre le 10 avril 2013.

Mots clés :

Les travaux préparatoires & études d'impact

Les évaluations

Aucun document identifié sur les sites publics.
Vous pouvez nous faire part d'une suggestion en adressant un message à "panorama des lois - liens"

Le processus législatif

Rechercher