Loi organique du 14 avril 2011 relative à l’élection des députés et des sénateurs| vie-publique.fr | Actualités | Panorama des lois

[ Publicité ]
Imprimer

Loi organique du 14 avril 2011 relative à l’élection des députés et des sénateurs

le 25 05 2011 Archives.

Où en est-on ? promulgation_projet

La loi a été promulguée le 14 avril 2011 et publiée au Journal officiel du 19 avril 2011. Un rectificatif a été publié au Journal officiel du 25 mai 2011.

Saisi du texte de la loi organique par le Premier ministre le 5 avril 2011, en application de l’article 61 alinéa 1 de la Constitution, le Conseil constitutionnel avait rendu le 12 avril 2011 une décision déclarant le texte conforme à la Constitution.

Le texte définitif du projet de loi organique avait été adopté le 5 avril 2011, l’Assemblée nationale ayant adopté sans modification, en deuxième lecture, le texte que le Sénat avait modifié en première lecture le 2 mars 2011.

Présenté en Conseil des ministres le 29 juillet 2009 par M. Alain Marleix, secrétaire d’État à l’intérieur et aux collectivités territoriales, le projet de loi avait été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 11 janvier 2011.

De quoi s'agit-il ?

L’objectif de ce texte est, d’une part, d’actualiser le régime des inéligibilités et des incompatibilités parlementaires, et, d’autre part, de préciser le régime de la « bonne foi » pour les candidats dont le compte de campagne est rejeté par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

La loi actualise la liste des fonctions incompatibles avec une candidature à un mandat parlementaire et elle fixe les durées d’inéligibilité que peuvent décider les tribunaux administratifs et le Conseil constitutionnel (allant de un an à trois ans).

L’âge permettant d’être candidat à une élection à l’Assemblée nationale et au Sénat est revu : il est fixé à 18 ans pour l’Assemblée nationale et à 24 ans pour le Sénat.

L’autre volet du texte fixe les sanctions applicables en cas de déclaration mensongère à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Ainsi les déclarations patrimoniales mensongères des élus seront passibles de 30 000 euros d’amende et d’une interdiction des droits civiques pouvant aller jusqu’à cinq ans.

Mots clés :

Les travaux préparatoires & études d'impact

Aucun document identifié sur les sites publics.
Vous pouvez nous faire part d'une suggestion en adressant un message à "panorama des lois - liens"

Les évaluations

Aucun document identifié sur les sites publics.
Vous pouvez nous faire part d'une suggestion en adressant un message à "panorama des lois - liens"

Le processus législatif

Rechercher