Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur la coopération culturelle entre la France et la République démocratique du Congo, à Kinshasa le 20 mai 2019.

Intervenant(s) :

Circonstance : Discours à l'Institut Français de Kinshasa (IFK), le 20 mai 2019

Prononcé le

Texte intégral

Chers amis,


Je suis ravi de découvrir aujourd'hui quelques-uns des nouveaux visages de la scène artistique contemporaine de la république démocratique du Congo. Après les générations des Papa Wemba, Maître Liyolo et Simaro Lutumba aujourd'hui disparus, c'est désormais vous qui incarnez la richesse et la vitalité artistique de votre pays, ici bien sûr, mais aussi de plus en plus à l'international. Si la rumba et la sape qui est incontestablement devenue un art à part entière font rayonner depuis longtemps la culture congolaise à travers le monde, je me réjouis de constater que les arts visuels ne sont plus en reste aujourd'hui. Je veux à ce propos saluer la présence parmi nous ce soir, du sculpteur Freddy Tsimba dont l'impressionnante "Porteuse de vie", née de l'assemblage de douilles de cartouches récupérées en zone de guerre a été remarquée au Palais de Chaillot, où elle a été révélée au public à l'occasion du 70ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme en décembre dernier. Bravo, Freddy, pour cette réalisation.

A la faveur de cette visite, je voudrais échanger quelques mots avec vous sur la saison culturelle "Africa 20/20". Vous vous en souvenez peut-être, l'idée a été lancée par le président Emmanuel Macron dans le discours qu'il a adressé à la jeunesse africaine à Ouagadougou en novembre 2017. Il y a depuis longtemps, les saisons culturelles croisées qui réunissent la France et des pays d'Afrique et qui ont déjà séduits un large public sur nos deux continents. Mais ce que nous voulons faire maintenant, c'est changer de braquet, en faisant connaître en France, non pas seulement la richesse d'un pays d'Afrique, mais l'extraordinaire richesse du continent africain dans son ensemble. Par cette approche panafricaine, cette saison "Africa 20/20" qui courra du mois de juin au mois de décembre de l'année prochaine aura une ampleur inédite. Et si j'en juge par la reconnaissance internationale dont jouissent les artistes congolais, votre pays est appelé à y jouer un rôle clef, je sais que Fabrice s'y prépare déjà, d'après ce qu'il m'a dit tout à l'heure.

Partout sur notre territoire, à Paris et en province, dans les Outre-mer, dans les lieux culturels les plus prestigieux, comme dans les rues et les écoles, cette saison "Africa 20/20" permettra de mettre en lumière la créativité de votre continent, trop souvent méconnue en France.

Il y a aujourd'hui 250 structures françaises qui ont indiqué qu'elles étaient prêtes à collaborer et à accueillir des événements de la saison. Un tel engouement est considérable. Grâce à votre soutien, nous pourrons je pense, encore aller plus loin, car cette saison, nous voulons la concevoir main dans la main avec les acteurs du monde artistique africain, et nous la voulons ouverte à toutes les disciplines car la vitalité de la création artistique africaine contemporaine s'exprime aussi bien au théâtre que dans la musique, la sculpture, le design, la danse ou encore le cinéma. Je pense au cinéma en particulier parce que dans ma région, au festival du film de Douarnenez, le public français a pu découvrir ou redécouvrir un enfant de chez vous Dieudo Hamadi qui est aussi un très grand cinéaste.

Enfin, pour revenir à "Africa 20/20", nous voulons faire une grande fête populaire, à l'image de celle que l'on célèbre ici, où l'éducation et la jeunesse occupent une place dominante.

Ce que nous nous apprêtons à faire n'a jamais été tenté, mais le défi est à la mesure de nos ambitions, changer les regards que la France et l'Afrique portent l'une sur l'autre, afin de renouveler et d'enrichir le lien unique qui enchevêtre nos destins et nos cultures.

Je tiens à remercier tous ceux qui ont manifesté leur appui à cette initiative, et j'invite tous les autres à s'engager dans cette belle aventure. Nous souhaitons évidemment que les artistes congolais soient encore plus nombreux à rejoindre la saison, comme nous souhaitons voir les mécènes congolais, et plus largement africains présents à ce rendez-vous.

Voilà ce que je voulais vous dire : nos deux pays ont tissé un partenariat solide en matière de culture et d'industrie créative. Le dynamisme des Instituts français et des alliances françaises est ici bien connu, je pense que "Africa 20/20" sera une occasion exceptionnelle de renforcer ce partenariat pour faire de la culture un pilier à part entière de ce partenariat nouveau que nous avons engagé ce matin avec le président Tshisekedi.

Ce partenariat nouveau, il est présent déjà ici ce soir et je suis convaincu qu'il sera en majesté pour votre pays lors de la saison "Africa 20/20" en France.

Merci de votre accueil et bonne soirée.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 5 juin 2019