Interview de Mme Geneviève Darrieussecq, ministre chargée de la mémoire et des anciens combattants, à RFI le 17 septembre 2020, sur la situation en Centrafrique.

Intervenant(s) :

Prononcé le

Temps de lecture 7 minutes

Texte intégral

FRÉDÉRIC RIVIERE
Bonjour Geneviève DARRIEUSSECQ.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Bonjour.

FREDERIC RIVIERE
Vous allez partir demain pour la Centrafrique, on va rentrer un petit peu dans le détail de la situation du pays aujourd'hui, mais tout d'abord quel est l'objectif principal de votre déplacement ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Eh bien il est assez simple. Il y a au sein de l'EUTM, Centrafrique, un changement de commandement, puisque le commandement de…

FREDERIC RIVIERE
On rappelle peut-être en un mot ce que c'est que l'EUTM.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
L'EUTM c'est l'Europe, c'est l'Europe qui…

FREDERIC RIVIERE
Je crois que c'est un acronyme en fait qui est en anglais, bien que ce soit l'Europe, mais enfin !

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
C'est l'Europe qui intervient en Centrafrique pour, bien sûr, rentrer dans le processus des accords de paix, et qui… alors, les accords de paix c'est bien sûr international, mais c'est la participation européenne, qui permet la formation, l'équipement et l'aide au déploiement des forces armées centrafricaines, donc c'est un appui au pouvoir centrafricain et à l'armée centrafricaine afin qu'elle se structure et qu'elle soit formée.

FREDERIC RIVIERE
Et alors, donc vous y allez parce qu'il y a un changement de commandement à la tête de l'EUTM.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Alors, un changement de commandement, l'EUTM était commandée par un général français, le Général PELTIER, et va être commandée dorénavant par un général portugais, et je veux saluer d'ailleurs le Portugal qui, avec la France, est un partenaire absolument fort et indispensable, en Centrafrique.

FREDERIC RIVIERE
Qui avait déjà commandé l'EUTM auparavant, juste avant le général français. En Centrafrique il y a bien sûr aussi la MINUSCA, quelle est aujourd'hui la participation de la France à la mission des Nations unies en Centrafrique ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
La MINUSCA, déjà, le chef d'Etat-major de la MINUSCA est un français, c'est un général français, donc la participation est importante dans le commandement du déploiement de la MINUSCA. La MINUSCA c'est 12.000 hommes, qui sont déployés sur tout le territoire de Centrafrique, et qui permet, qui a un rôle majeur dans la protection des populations, c'est son rôle principal, le déploiement, ou le redéploiement des services de l'Etat dans ce pays, qui est très très progressif, mais qui nécessite vraiment d'être accompagné, et bien sûr l'attention particulière, de proximité, aux populations.

FREDERIC RIVIERE
Vous allez rencontrer demain le président de la République centrafricaine, les élections présidentielles devraient avoir lieu en principe le 27 décembre, est-ce que vous pensez, en l'état actuel de la situation du pays, qu'elles pourront se tenir dans des conditions satisfaisantes sur l'ensemble du territoire ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
C'est notre souhait en tout cas, je sais que c'est le souhait du président de la République. Notre souhait, le souhait de la France, c'est que ce moment démocratique du pays ait lieu, et ait lieu dans les meilleures conditions possibles, dans les bonnes conditions. Nous participons bien sûr à l'élaboration de la mise en oeuvre de ce scrutin, la constitution des listes électorales, et tous ces processus qui sont absolument indispensables pour des élections de bonne qualité, la France sera très très attentive, et je le redirai d'ailleurs au président de la République demain, sera très attentive à la volonté de chacun d'aller vers une élection qui soit la mieux conduite possible en décembre prochain.

FREDERIC RIVIERE
Il y a quelques jours les évêques centrafricains ont lancé un appel à l'unité nationale. Dans ce texte assez long, qui fait 18 pages, ils déplorent que malgré la signature d'un accord de paix en février 2019 entre le gouvernement et 14 groupes armés, la République centrafricaine ne soit pas sortie de la violence, 70 % à 80 % du territoire, disent-ils, demeure sous le contrôle des groupes armés. Dans ces conditions, en effet, on peut s'interroger sur les conditions dans lesquelles aurait lieu ce scrutin.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Tout va trop lentement, bien entendu, mais l'action de chacun, la MINUSCA, l'EUTM, doit se poursuivre, c'est un processus qui doit sans arrêt, en permanence, aller de l'avant. Tout est trop lent, oui, mais je crois qu'il ne faut pas être défaitiste, ni impatient, et ce processus de stabilisation, de sécurisation du pays, de retour des services de l'Etat dans tous les territoires, c'est un processus qui est long, qui demandera certainement des mois, des années, mais c'est un processus que nous devons continuer d'accompagner, et la France sera là pour accompagner ce processus.

FREDERIC RIVIERE
Pour vous, aujourd'hui, quel rôle jouent les deux grands voisins de la République centrafricaine, le Tchad et le Soudan, est-ce qu'ils sont des éléments de stabilisation ou des éléments de perturbation ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Il y a des grandes frontières avec ces voisins, avec le Tchad en particulier, la France, de toute façon, est avec… parle avec le Tchad et agit avec le Tchad, également avec le Soudan, et nous sommes attentifs bien entendu à ce que chacun respecte l'autre.

FREDERIC RIVIERE
Où en est, pour ce que vous en savez, le programme appelé DDR, Désarmement, Démobilisation, Réintégration ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Eh bien là aussi, c'est un programme qui se déploie lentement, le désarmement de certains groupes armés, notamment dans certaines zones, l'Ouest du pays, a été un succès, avec la constitution de ces groupes, disons composés d'anciens groupes armés et de soldats des forces armées centrafricaines, sont des groupes mixtes en fait, qui se sont constitués dans certaines régions avec succès, dans d'autres régions le processus est long, mais nous sommes résolus, avec bien sûr la MINUSCA, au sein de la MINUSCA, et l'Europe est résolue au sein de EUTM, de poursuivre ce travail.

FREDERIC RIVIERE
Vous allez dire demain au président de la République centrafricaine que vous trouvez que les choses ne vont pas assez vite ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Eh bien je vais lui dire que nous sommes…

FREDERIC RIVIERE
Diplomatiquement.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Nous sommes attentifs au bon déroulement de toutes ces opérations, pour nous l'enjeu majeur c'est l'accord de paix, et que cet accord de paix soit respecté, ce qui à l'heure actuelle n'est pas complet, et que nous devons ensemble, parce que nous ne pourrons le faire qu'avec eux, qu'avec les autorités centrafricaines, eh bien nous devons avancer pour le bien de ce pays.

FREDERIC RIVIERE
Dans la longue tribune des évêques de Centrafrique dont je parlais il y a un instant, ils adressent aussi un encouragement, rendent hommage aux femmes centrafricaines pour leur action politique, "sans la poursuite ", disent-ils, "de votre engagement civique", en s'adressant aux femmes, "moral et spirituel auprès de vos familles, des responsables politiques, économiques et sociales, notre pays manquerait d'humanité dans la conduite du destin commun." Est-ce que la France, aujourd'hui, est présente pour soutenir les femmes de Centrafrique ?

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
D'abord moi je suis très admirative des femmes africaines, je pense que dans de nombreux pays elles portent des actions importantes, avec une vraie bienveillance pour les populations, un désir d'avancer vers un apaisement général, et ces actions, enfin d'organisations de femmes, sont particulièrement importantes. Ce qui se passe en Centrafrique, eh bien, voilà, je crois que c'est important, qu'il faut l'encourager, et que les femmes, effectivement, dans leur famille, portent des messages, et sur leur territoire, dans leur village, portent également des messages importants d'apaisement, donc vraiment je les encourage et je veux même dire que les remercie.

FREDERIC RIVIERE
Merci Geneviève DARRIEUSSECQ. Bonne journée.

GENEVIEVE DARRIEUSSECQ
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 1er octobre 2020