Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur la Guinée, au Sénat le 27 janvier 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question d'actualité au Sénat

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Sénateur,


Le 7 novembre dernier, la Cour constitutionnelle guinéenne a confirmé la victoire de M. Alpha Condé dès le premier tour de l'élection présidentielle. Et comme vous l'avez dit, justement, nous en avons pris note.

En amont du processus électoral, vous l'avez rappelé, la France et l'Union européenne ont exprimé, à la fois leurs interrogations sur le déroulement du processus électoral et aussi ont condamné les violences qui ont éclaté à la suite de ce scrutin. À plusieurs reprises, nous avons marqué la nécessité d'un dialogue politique interne entre les autorités et l'opposition, afin de permettre une réconciliation de tous les Guinéens qui méritent aujourd'hui un climat politique apaisé, ce qui n'est pas le cas.

J'ai eu l'occasion de le dire moi-même au président Alpha Condé il y a peu de temps, lors de l'installation du président Akufo Addo à Accra, et le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne l'a rappelé lors de l'installation et de l'investiture d'Alpha Condé.

Donc, nous estimons aussi qu'il importe d'être très vigilants sur le respect des droits de l'Homme et nous condamnons la poursuite des détentions, hors procédure judiciaire, d'opposants, en particulier l'opposant M. Diallo, que vous connaissez, et pour lequel j'ai décidé d'apporter la protection consulaire, parce que ce personnage, qui est membre de l'opposition, a été incarcéré et est en train d'être auditionné par la justice alors que pendant ce temps, il a de graves soucis de santé.

Il est donc de la responsabilité du président Condé de réunir et de prendre les initiatives nécessaires. Avec l'Union européenne, nous avons demandé aux autorités de Guinée de faire toute la lumière sur les événements qui se déroulent, en ce moment, avec éventuellement des mesures à prendre si cette lumière n'est pas faite.

Parallèlement à cela, nous voulons néanmoins, et vous le savez, poursuivre notre aide auprès de la population guinéenne pour qu'elle ne soit pas deux fois victime de ces comportements.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 janvier 2021
 

Thématiques :