Déclaration de M. Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, en réponse à une question sur le Sahara occidental, à l'Assemblée nationale le 13 avril 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Monsieur le Député,


Vous avez cité une initiative prise localement, que je regrette, et qui ne change en rien la position de la France sur cette question hautement sensible.

Vous le savez, le conflit au Sahara occidental est encore un risque permanent de tensions. Nous l'avons vu encore au mois de novembre, au point de passage de Guerguerate, et depuis, avec plusieurs opérations menées par le Polisario, dont la dernière a conduit elle-même à la mort du chef de la gendarmerie du Polisario, le 7 avril dernier.

L'ensemble de cette situation rappelle l'urgence de la seule voie possible, celle de la reprise d'un processus politique. C'est cette voie d'équilibre que défend la France. La France appelle, dans ce contexte, à nouveau, au calme, reste attachée et engagée pour la recherche de cette solution politique, dans le cadre de la légalité internationale et dans le cadre des Nations unies.

Nous sommes sur cette base, avec le ministre Jean-Yves Le Drian, favorables à cette solution politique juste, durable, mutuellement acceptable, qui respecte l'ensemble des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Et dans cette perspective, reconnaissons-le, le plan d'autonomie marocain est une base de discussion sérieuse et crédible qu'il faut prendre en compte. Nous apportons ainsi notre soutien à la mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, la MINURSO, dont le rôle reste essentiel pour le maintien ou le retour à la stabilité, et la prévention des tensions.

Nous encourageons aussi, dans ce cadre, le secrétaire général des Nations unies, nous l'avons encore rappelé, à nommer sans attendre un nouvel envoyé personnel, pour permettre cette reprise des discussions. C'est cette ligne que défendra la France, à nouveau, au Conseil de sécurité, le 21 avril prochain.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 16 avril 2021