Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur les relations avec l'Afrique, au Sénat le 5 janvier 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question d'actualité au Gouvernement au Sénat

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Sénateur,


Je ne partage pas votre point de vue. Depuis plusieurs mois, les seules initiatives majeures qui ont été prises à l'égard de tout le continent africain, avec les Africains, sont les initiatives de la France. Je vais vous le démontrer et vous le savez bien puisque j'en parle régulièrement avec vous à la commission des affaires étrangères du Sénat.

C'est d'abord le fait que le 18 mai dernier, le Président de la République ait réuni à Paris une très grande partie des chefs d'Etat africains, anglophones, ou francophones, ou lusophones pour aborder avec eux le plan de relance économique pour l'Afrique et permettre la mobilisation de 100 milliards de droits de tirage spéciaux en faveur de l'Afrique. Jamais cela n'aurait été possible s'il n'y avait pas eu cette initiative.

C'est l'initiative que nous avons prise pour lutter avec les Africains - avec les Africains ! - contre le développement de la pandémie. Je pense aux dons, je pense aussi à la création des hubs de production à la fois au Cap et au Sénégal. Je pense aussi à la collaboration que nous avons avec AVAT, qui est le COVAX de l'Union africaine : c'est nous, ce sont les Français.

Je pense aussi à la coalition internationale pour le Sahel, qui concerne à la fois le développement et la stabilité du Sahel et aussi la partie sécuritaire. Et ce n'est pas l'aventure de Wagner... Je rappelle d'ailleurs, et vous le savez, que le service de Wagner s'il se met en place définitivement est un service payant, et je ne suis pas sûr que les Maliens soient déjà au courant, mais en tout cas, les voisins le savent. Et combattent avec nous contre l'arrivée de Wagner en Afrique occidentale.

Et c'est aussi pour cela que nous allons engager ce new deal avec l'Afrique sous la présidence française de l'Union européenne les 17 et 18 février prochain à Bruxelles. Donc vous voyez, je vais réunir les ministres des affaires étrangères de l'Union européenne en présence de M. Moussa Faki, le président de la commission de l'Union africaine, la semaine prochaine. La France est respectée, la France est reconnue et la France est attendue en Afrique.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 7 janvier 2022