Déclaration de Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat à la santé, sur la politique de la santé et les priorités pour le secteur libéral de santé et les hôpitaux privés, Paris le 19 janvier 2011.

Texte intégral


Je suis particulièrement heureuse de me trouver parmi vous aujourd’hui à l’aube de cette nouvelle année 2011, et d’adresser à mon tour, à chacune et chacun d’entre vous, tous mes vœux personnels de bonheur, de santé, et d’épanouissement dans vos métiers et vos établissements.
Vous pouvez être fiers d’animer les 1100 cliniques et hôpitaux privés de France, qui représentent d’abord, 146 000 salariés, 40 000 médecins, tous engagés pour répondre aux besoins de santé de nos concitoyens.
Vous incarnez une société où le patient peut exercer une liberté de choix qui me paraît primordiale : en intervenant en complément des hôpitaux publics, dont la réforme HPST assure désormais une plus grande efficacité, une territorialisation renforcée, et une articulation meilleure avec la médecine de ville, vous participez pleinement de la qualité des soins à laquelle les Français ont droit.
Les chiffres concernant vos activités sont éloquents :
* vous assurez, dans vos établissements, 60 % des interventions chirurgicales, et prenez en charge 2 millions de patients en urgence,
* vous accueillez 60 % des hospitalisations pour dépression,
* 30 % des bébés viennent au monde dans vos établissements,
* vous assurez 30 % des séjours de soins de suite et de réadaptation.
C’est dire qu’au-delà de certains domaines spécifiques de compétences où vos services sont appréciés et privilégiés par les Français, vous parvenez à satisfaire également un éventail de besoins très large, qui vous rend non seulement utiles, mais indispensables à notre système de soins. Vous concourez donc pleinement à sa pérennité et à sa qualité.
Vous lui apportez une diversité et une souplesse qui correspondent au respect de l’esprit de libre entreprise, au maintien d’un secteur libéral de santé, compatible avec l’hôpital public.
En ce début d’année 2011, c’est un message de félicitations et d’encouragement dans votre œuvre de santé, à la fois sociale et libérale, que je suis venue vous apporter.
Sachez que je me tiendrai à votre écoute pour vous permettre de continuer à assurer cette mission, importante dans son contenu et dans son sens, pour notre société :
* je suis consciente, d’abord, des conséquences de l’introduction et des ajustements successifs de la T2A, l’une d’entre elles étant l’absence d’une convention collective en matière de rémunération, qui soit un véritable dénominateur commun.
* J’ai bien compris, lors de notre récent entretien, que vous jugiez que le dispositif de formation des professionnels médicaux et paramédicaux avait été organisé surtout en vue d’un exercice prioritaire au sein du secteur public.
* Je prends note de vos inquiétudes concernant les missions difficiles de vos cliniques psychiatriques : c’est avec plaisir que j’accepte votre invitation à assister à votre colloque annuel, que vous consacrerez à la bientraitance à l’Assemblée Nationale, le 22 mars prochain : vous savez combien je suis sensible à ce sujet que j’ai eu l’occasion de traiter dans la cadre de mes précédentes fonctions ministérielles au service des aînés. Je vais continuer à m’y investir avec le projet 2011, année des patients et de leurs droits, d’autant que le thème de la bientraitance y a toute sa place. Je viendrai d’ailleurs à Lyon, Monsieur le Président Devron, visiter un de vos établissements très prochainement.
* Enfin, comptez sur moi, cher Président Bossy, pour relayer auprès de Xavier Bertrand, de la DGOS et des ARS les deux messages de la Confédération des 480 cliniques de soins de suite et de réadaptation : celui concernant vos craintes d’une politique d’Objectifs Quantifiés d’Offres de Soins restrictive qui pourrait remettre en cause un certain nombre de structures existantes, et enfin, vos réserves quant à la tarification à l’activité.
Sachez que je souhaite aborder en 2011 l’ensemble des sujets qui vous préoccupent, dans un esprit pragmatique et concret. Ce qu’il est possible de faire, nous le ferons. Si ce n’est pas le cas, nous vous l’ expliquerons. Vous pouvez compter sur moi pour être à votre écoute, comme je sais aussi pouvoir compter sur vous, car les valeurs qui vous animent sont celles auxquelles je crois.
Je vous souhaite une excellente année 2011 !
source http://www.sante.gouv.fr, le 29 mars 2011