Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, à France Info le 31 mai 2013, sur la politique de lutte contre le tabagisme, l'information aux femmes enceintes, la cigarette électronique et la politique familiale.

Texte intégral

RAPHAËLLE DUCHEMIN
Eric le disait, c'est la Journée mondiale sans tabac. On a vu que la cigarette électronique faisait de plus en plus d'adeptes en France, est-ce que vous allez, oui ou non, interdire son usage dans les lieux publics comme c'est déjà le cas pour le tabac ?
MARISOL TOURAINE
La cigarette électronique n'est pas un produit banal, et donc nous devons appliquer à la cigarette électronique les mêmes mesures que celles qui sont aujourd'hui appliquées pour le tabac, c'est-à-dire faire en sorte qu'elles ne puissent pas être fumées, parce que c'est bien dire que c'est fumer une cigarette électronique dans un lieu…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Oui, on dit « vapoter », mais…
MARISOL TOURAINE
Oui, dans un lieu public, que sa vente soit interdite aux mineurs de moins de 16 ans et qu'il n'y ait pas de possibilité de faire de la publicité pour la cigarette électronique. Mais, au-delà de la cigarette électronique, le tabac est un fléau pour nos sociétés et pour la France, c'est-à-dire qu'il y a une prise de conscience à réaliser. Le tabac tue, le tabac ce sont 73 000 morts chaque année, et je souhaite qu'il y ait donc une mobilisation contre le tabagisme comme notre pays a su en faire il y a quelques années contre les morts sur la route. C'est chacun d'entre nous qui doit pouvoir se mobiliser, il n'y a pas une mesure miracle…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
C'est-à-dire, qu'est-ce que vous appelez mobilisation ?
MARISOL TOURAINE
La mobilisation c'est que c'est l'ensemble de ceux, des acteurs de la société, qui doivent faire en sorte que le tabac recule. Il y a trop de jeunes qui fument, ils sont plus de 10%, en quelques années, à fumer à 17 ans, les femmes enceintes fument trop, nous sommes le pays d'Europe où les femmes enceintes fument le plus, donc la première…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Qu'est-ce que vous pouvez faire dans leurs deux directions, les jeunes et les femmes enceintes notamment ?
MARISOL TOURAINE
Je veux lancer un plan antitabac qui d'abord prévoit de mieux cibler les mesures que nous prenons. En direction des femmes enceintes, il y aura, au terme de discussions, mais il y aura dans les prochains mois un logo sur les paquets de tabac indiquant que les femmes enceintes ne doivent pas fumer.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Comme c'est le cas sur les bouteilles de vin.
MARISOL TOURAINE
Comme c'est le cas sur les bouteilles de vin, pour rappeler aux femmes enceintes que le geste de fumer, le fait de fumer, est tout sauf anodin, pour leur futur bébé. En direction des jeunes, je vais prendre des mesures d'aide au sevrage, qui permettront de mieux soutenir, mieux rembourser, très concrètement, le sevrage tabagique pour les jeunes. Ces mesures figureront dans le prochain projet de loi de financement de la Sécurité Sociale. Donc mieux cibler nos mesures. Mieux mobiliser, je crois que nous devons, avec des villes qui ont envie de s'engager, par exemple pour des espaces sans tabac, pouvoir signer des chartes d'espaces sans tabac. Je sais que la Ville de Paris est intéressée à aller dans cette direction. On peut penser par exemple aux parcs de jeux pour enfants qui pourraient être labélisés « espace sans tabac », les abribus qui pourraient, dans certaines villes, celles qui le souhaitent en tout cas, devenir « espace sans tabac », et puis la principale fédération des restaurateurs et des hôteliers, l'UMIH, m'a fait part de sa volonté de créer un label « terrasse de café » ou « terrasse de restaurant sans tabac », et je crois que c'est une bonne démarche et une bonne direction.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
On entend toutes ces démarches que vous allez entamer, Marisol TOURAINE, est-ce que la vraie solution, au final, ce n'est pas un prix prohibitif des paquets, pourquoi, aussi, ne pas faire, comme c'est le cas, et je crois que vous y êtes favorable d'ailleurs, comme en Australie, des paquets qui soient totalement recouverts, sur lesquels il n'y ait pas de publicité mais uniquement des messages de prévention ?
MARISOL TOURAINE
Il faut renforcer la prévention, d'ailleurs une campagne de prévention va être relancée à partir d'aujourd'hui, en particulier en direction des femmes, je le disais, qui sont de plus en plus fumeuses, des femmes enceintes en particulier, et de celles et ceux qui veulent arrêter de fumer. Il y aura une augmentation du prix du tabac au 1er juillet…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Cet été.
MARISOL TOURAINE
Puisque la loi l'avait annoncé, avait été prévue…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
C'est toujours le problème, faire rentrer l'argent dans les caisses et en même temps lutter contre le tabagisme.
MARISOL TOURAINE
Non mais, le prix… vous disiez vous-même, il y a un instant, le prix du tabac est un des facteurs de renoncement possible au tabac de la part des jeunes, ou d'autres personnes, mais encore une fois il n'y a pas une mesure…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Mais les jeunes disent « on arrive à se procurer du tabac autrement. »
MARISOL TOURAINE
Oui, mais il n'y a pas une mesure miracle, c'est un ensemble de mesures, qui doivent être prises, c'est la raison pour laquelle, je vous le dis, il y aura des mesures à la fois en direction, mieux ciblées, en direction des jeunes et des femmes enceintes, des mesures de prévention, notamment sur la cigarette électronique, qu'il ne faut pas banaliser, je veux insister là-dessus.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Pour que les jeunes ne tombent pas dans une certaine addiction ?
MARISOL TOURAINE
Oui, la cigarette électronique, ça peut être un bon instrument pour que des fumeurs arrêtent de fumer, il ne faut pas occulter cet élément-là, et c'est pour cela que je ne veux pas interdire purement et simplement, comme l'ont fait certains pays, je ne veux pas interdire la cigarette électronique, mais ceux qui ne fument pas ce peut être la manière de commencer à le faire et donc il faut que les mêmes règles qui s'appliquent au tabac, s'appliquent à la cigarette électronique.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Alors autre dossier, dont on a parlé hier sur FRANCE INFO, on le révélait d'ailleurs, le JEVTANA, ce médicament est remboursé dans 20 pays en Europe, je crois, mais pas en France, en tout cas pas aujourd'hui, or il permet, ce médicament, aux malades atteints de cancer de la prostate, de prolonger de quelques mois leur espérance de vie. Ce traitement coûte cher, très cher même, je crois que c'est de l'ordre de 5000 euros par mois. Est-ce que vous avez pris, Marisol TOURAINE, une décision concernant son remboursement ?
MARISOL TOURAINE
Oui, ce médicament sera remboursé. C'est un médicament qui permet à certains malades, qui sont devenus résistants aux autres traitements qui existent, d'être soulagés et d'être soignés à la fin de leur vie, puisque le cancer dont ils souffrent n'est malheureusement pas guérissable. Ce n'est donc pas un nouveau remède miracle, je veux insister là-dessus, ce n'est pas un remède qui permet de guérir cette maladie, et c'est un remède qui concerne une partie seulement des malades, ceux qui sont devenus résistants aux autres traitements, ceux qui existent. Ce médicament sera remboursé.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
Alors, vous êtes aussi ministre des Affaires sociales, Marisol TOURAINE.
MARISOL TOURAINE
Oui.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
On attend évidemment, d'ici lundi, les arbitrages sur la fameuse question des Allocations Familiales, il y a deux pistes, visiblement, qui sont à l'étude. Quelle est la bonne pour dégager les économies, quotient familial, allocations, on touche à quoi ?
MARISOL TOURAINE
L'enjeu n'est pas seulement de dégager des économies, je veux insister là-dessus…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
C'est la juste mesure de justice, c'est ce qu'on a entendu.
MARISOL TOURAINE
Oui, mais si vous voulez, la politique familiale, c'est une politique qui permet aux familles d'être mieux accompagnées, mieux soutenues, et donc nous devons faire en sorte de tenir compte de l'évolution des familles depuis quelques années, quelques décennies, et en particulier nous devons compte du fait que les femmes travaillent. Et donc, une politique familiale c'est une politique qui doit être plus juste, faire en sorte que les classes moyennes, les catégories modestes, soient soutenues. Cela passera par une mise à contribution des ménages les plus aisés, mais c'est aussi une politique familiale qui permet aux familles de concilier vie familiale et vie professionnelle, des places de crèche supplémentaires seront développées, et donc c'est dans cette direction…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
C'est un ensemble.
MARISOL TOURAINE
C'est un ensemble. Une politique familiale ce n'est pas simplement rétablir les comptes de la branche famille de la Sécurité Sociale, même si nous devons rétablir les comptes de la branche famille de la Sécurité Sociale, et c'est la raison pour laquelle les familles les plus aisées doivent contribuer davantage, mais c'est aussi un soutien à la vie professionnelle, des femmes en particulier.
RAPHAËLLE DUCHEMIN
D'un mot, Marisol TOURAINE ce sera ma dernière question, la Commission Européenne vous a demandé d'accélérer la réforme des retraites. Vous dites quoi à Bruxelles ?
MARISOL TOURAINE
Je leur dis que nous n'avons pas attendu leurs recommandations pour engager notre travail. François HOLLANDE avait annoncé, dès la campagne présidentielle, qu'il faudrait…
RAPHAËLLE DUCHEMIN
C'est lui le chef d'orchestre ou c'est Bruxelles ?
MARISOL TOURAINE
C'est évidemment François HOLLANDE le chef d'orchestre. Je vous le dis, dès la campagne présidentielle il avait annoncé qu'une réforme serait nécessaire, une réforme de responsabilité, parce que nous ne pouvons pas accepter le déficit de nos régimes de retraite, c'est notre capacité à verser les retraites demain qui est en cause, mais aussi une réforme de justice, et je veux insister sur cela, nous ferons une réforme de justice parce que, pour nous, une réforme doit permettre, à des femmes, d'avoir une meilleure retraite, à ceux qui ont commencé à travailler jeunes, d'être mieux accompagnés. La réforme des retraites ce n'est pas simplement une réforme comptable, ça ne peut pas être uniquement une réforme comptable.Source : Service d'information du Gouvernement, le 3 juin 2013