Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur les relations entre la France et le Qatar, à Doha le 11 février 2019.

Intervenant(s) :

Circonstance : Déplacement au Qatar ; Conférence de presse avec on homologue qatarien Cheikh Mohammed ben Abdulrahman Al-Thani

Prononcé le

Texte intégral

Merci mon cher ami, je suis ravi d'être aujourd'hui au Qatar où j'effectue ma dixième visite. Je tiens à remercier vivement son altesse l'émir Thani qui a eu la bienveillance de me recevoir, et j'ai toujours plaisir à retrouver mon collègue Cheikh Mohamed avec qui je me suis entretenu ce matin.

Avant toute chose, je veux féliciter le Qatar pour sa victoire à la coupe d'Asie des nations. Les "Annabi" ont fait un parcours remarquable, et cette victoire est une source légitime de fierté nationale. Elle est aussi de très bon augure pour la coupe du monde que vous accueillerez en 2022.

Le football est une des plus belles passions qui unit nos deux peuples, et nous serons aux côtés du Qatar pour l'organisation de son mondial, comme nous l'avons été à chaque grande manifestation sportive depuis les jeux asiatiques de 2006.

Dans un autre ordre d'idée, la livraison il y a quelques jours du premier Rafale qatarien à Bordeaux en présence du vice-premier ministre et ministre de la défense, Mohammed Al Attiyah, est venue rappeler que nous avons en matière de défense et de sécurité un partenariat solide.

La multiplication des menaces et des crises au Moyen Orient et au-delà, ne lui donne que plus d'importance. Je pense en particulier à la lutte contre le terrorisme, contre son financement et contre l'idéologie qui le sous-tend. Mais au-delà de ces questions essentielles que nous poursuivrons dans le cadre de notre partenariat stratégique, notre relation est amenée à se développer dans tous les domaines :

- la culture et la Francophonie, puisque l'inauguration du musée national conçu par l'architecte français Jean Nouvel et à laquelle participera le Premier ministre français Edouard Philippe le 27 mars, est un symbole des liens qui nous unissent ;

- l'économie puisque la France et ses entreprises souhaitent accompagner l'autonomisation de l'économie qatarienne et le développement des investissements productifs qatariens en France ;

- le sport, naturellement, je l'ai évoqué, dans la perspective de la coupe du monde de 2022.

Ces intérêts communs justifiaient que nous lancions aujourd'hui, avec Cheikh Mohamed, un dialogue stratégique bilatéral au niveau ministériel, qui a vocation à se poursuivre avec régularité. Ce dialogue a porté en particulier sur les moyens de faire advenir en Libye une solution politique, sanctionnée par des élections qui permettent de stabiliser ce pays clé pour notre sécurité.

Ce dialogue porte aussi sur les paramètres d'une sortie de crise en Syrie, qui passe par une constitution et des élections auxquelles puissent participer tous les Syriens, qui passe aussi par un environnement neutre pour que le scénario ne soit pas écrit d'avance, car sans cela il n'y aura ni victoire durable contre Daech, ni retour des réfugiés, ni sécurité pour les pays voisins.

Ce dialogue porte aussi sur le soutien à la souveraineté, l'indépendance et la prospérité des pays ébranlés par les crises comme le Liban et l'Irak.

Par ailleurs, la situation dans les territoires palestiniens, et notamment à Gaza, appelle une action résolue de la communauté internationale, pour faire advenir la solution de deux Etats vivants côte à côte, dans la paix et la sécurité au sein de frontières reconnues avec Jérusalem pour capitale de l'un et l'autre Etat.

Et bien sûr, la situation dans le Golfe, avec d'une part les tensions entre l'Iran et les pays arabes, et d'autre part les mesures prises à l'encontre du Qatar par plusieurs de ses voisins. Sur ce point, notre position est commune. Les différends doivent se régler par le dialogue entre pays de la région et les populations ne doivent pas faire les frais des désaccords entre Etats.

La ministre des armées m'a précédé ici vendredi soir. Son homologue, le ministre de la défense du Qatar était en France la semaine dernière. Le président du comité national des droits de l'Homme qatarien se rendra à Paris mi-février. Le Premier ministre français viendra à Doha le 27 mars, c'est vous dire la densité de nos liens et la richesse de notre partenariat. Je vous remercie.


Q - Les relations entre la France et le Qatar sont très fortes et ce dans plusieurs domaines. Est-il vrai que la France entretien de meilleures relations avec le Qatar qu'avec l'Italie ?

R - J'approuve complètement ce que vient de dire le Cheikh Mohammed. L'avantage de ce partenariat stratégique, c'est qu'il nous oblige à une méthode et à une régularité sur l'ensemble des sujets de nos partenariats, que ce soient des sujets fondamentaux de lutte contre le terrorisme ou de la sécurité de nos deux pays, que ce soient des sujets de défense de manière générale, que ce soient aussi les domaines économiques et culturels. Cela nous oblige à des rendez-vous réguliers, à un bilan régulier de l'ensemble de notre action. Ce qui veut dire que c'est une ligne permanente de coopération.

Je ne vais pas avoir l'audace de faire des comparaisons avec l'Italie, comme vous m'y invitez. Ce que je pourrais dire c'est qu'entre le Qatar et la France, nous avons une relation qui est en ligne droite avec une permanence des objectifs et que nous avons une relation avec l'Italie qui est en dents de scie, je crois que l'on peut utiliser ce terme. Il y a des hauts et des bas, avec le Qatar il n'y a que des hauts.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 13 février 2019
 

Thématiques :