Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur l'enseignement du français aux Émirats arabes unis, à Abou Dabi le 28 octobre 2019.

Texte intégral

Monsieur le Ministre,
Monsieur l'Ambassadeur,
Madame la Consule générale,
Messieurs les Conseillers consulaires,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,
Monsieur le Proviseur,


Moi aussi je veux apprendre, et c'est la raison pour laquelle je reviens une fois par an au Lycée Louis Massignon. Je sais bien que ce n'est pas suffisant, de ne revenir qu'une fois par an pour apprendre, mais considérez que c'est un bon début. Sur ma feuille de notes, il sera mentionné "bon début, peut mieux faire", mais encore faut-il avoir le temps.

En tout cas, je m'étais engagé à venir ici l'année dernière pour l'inauguration de cette école maternelle. Je suis présent et je suis ravi de ce moment très agréable qui m'est offert.

Ce n'est pas le quotidien, lorsque l'on est ministre des affaires étrangères, surtout dans la période actuelle. On ne traverse pas toujours des moments aussi agréables - il y a même parfois des moments de grandes tensions - mais c'est un plaisir pour moi d'être là ce matin.

D'abord, parce que je suis aux Emirats arabes unis, Monsieur le Ministre, dans un pays avec lequel nous avons un partenariat d'excellence. Tous les entretiens que nous avons eus hier soir et que nous aurons encore aujourd'hui en témoignent et en témoigneront.

C'est aussi un plaisir parce que nous sommes dans un lieu somptueux, nouvelle manifestation de la présence française, ici, à Abou Dabi.

Je voudrais féliciter les architectes pour cette belle réussite. Nous avons pu admirer la superbe canopée et ces lieux de grandes qualités, à la fois lumineux et sereins. Nous avons aussi pu admirer vingt nouvelles salles de classe qui illustrent le succès de ce lycée, Monsieur le Proviseur, Mesdames et Messieurs les enseignants. Plus globalement, cela montre le succès du réseau de l'enseignement français aux Emirats arabes unis, qui compte désormais sept établissements et plus de 10.000 élèves.

C'est aussi un succès de notre partenariat, Monsieur le Ministre.

D'abord, parce que vous êtes entrés à l'Organisation internationale de la francophonie. Vous êtes entrés dans la francophonie. Vous avez pris les mesures nécessaires pour renforcer l'enseignement du français dans les écoles émiriennes et nous sommes ici présents pour renforcer l'enseignement du français aux Emirats arabes unis.

L'enseignement du français, ce n'est pas uniquement l'enseignement d'une langue. C'est aussi, vous l'avez dit tout à l'heure, lors de notre entretien, l'enseignement d'une culture. C'est un enjeu de développement, un enjeu d'influence, un enjeu de partenariat, un enjeu géopolitique, entre la France et les Emirats arabes unis. C'est important que nous puissions poursuivre cette dynamique-là.

Je le dis aussi aux parents d'élèves et aux enseignants : nous allons doubler, d'ici 2030, le nombre d'élèves accueillis dans les lycées et les écoles à l'étranger, dans le monde. Cela veut dire que notre objectif, aux Emirats arabes unis, est de passer de 10.000 élèves aujourd'hui à 20.000 en 2030. C'est un challenge exceptionnel voulu par le président de la République. Cela veut dire qu'entre maintenant et 2030, il nous faudra à la fois plus d'élèves et plus de formations. Il nous faudra, pour cela, renforcer l'attractivité de nos établissements, et ce que l'on vient de faire le démontre : nous pouvons être au rendez-vous.

Je veux également annoncer que nous avons décidé de créer un institut régional de formation, ici, à Abou Dabi, au sein même du Lycée Louis Massignon, qui rayonnera sur toute la zone du Moyen-Orient.

Nous voulons, dans le même temps, plus d'écoles, avec des moyens à la hauteur de nos ambitions. C'est la raison pour laquelle nous allons renforcer l'aide financière à l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE). Je le dis pour rassurer les parents en particulier, puisqu'il y avait eu, à un moment donné, des difficultés que je ne sous-estime pas.

Le budget du ministère des affaires étrangères qui va être soumis à l'Assemblée nationale cette semaine permettra une augmentation du budget de l'AEFE de 25 millions d'euros dès l'année 2020.

Les moyens financiers seront au rendez-vous. Les moyens humains le seront aussi, puisque mon collègue Jean-Michel Blanquer a décidé le détachement de mille enseignants supplémentaires dans les prochaines années.

Plus d'écoles, plus d'enseignants, plus d'attractivité mais aussi des familles et des élèves mieux associés à la vie des établissements : cela fait également partie du plan que j'ai soumis aux instances responsables, à la demande du président de la République.

Je considère que nos écoles et nos lycées ne seraient pas ce qu'ils sont sans l'engagement des familles. C'est pourquoi nous avons décidé de renforcer la présence des familles, des élèves et des anciens élèves, au sein des Conseils d'administration.

Il s'agit d'une réforme importante qui se traduit ici concrètement par le succès de cette nouvelle maternelle.

Il s'agit d'une réforme importante qui signifie à la fois plus de France et le renforcement, Monsieur le Ministre, de notre partenariat d'exception à Abou Dabi. Vous l'avez marqué, vous-même, par le retour du français dans les écoles publiques émiriennes. Nous le marquons par ces engagements, par ces investissements et ces participations.

Nous aurons l'occasion, nous en avons parlé, d'établir ensemble un réseau complet avec, je le souhaite, des jumelages entre nos établissements qui permettront de créer une véritable dynamique.

Je suis vraiment très heureux de ce moment agréable. Heureux de saluer les élèves, les enseignants, les parents. Je veux vous dire que vous êtes ici la France, dans un pays ami, avec lequel nous avons une relation exceptionnelle qui va encore se poursuivre dans les années qui viennent.


Merci beaucoup.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 29 octobre 2019