Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur le régiment de marche du Tchad, à Meyenheim le 24 mai 2019.

Intervenant(s) :

Circonstance : Allocution au régiment de marche du Tchad, à Meyenheim (Haut-Rhin)le 24 mai 2019

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le chef d'état-major de l'armée de Terre,
Monsieur le préfet,
Mesdames et messieurs les élus,
Colonel, Officiers, sous-officiers, caporaux-chef, caporaux et marsouins du régiment de marche du Tchad,


Dans le désert libyen, à l'approche de Koufra, les audacieux marsouins progressent, sous les ordres du colonel Leclerc. La détermination des artilleurs, les attaques feintes pour tromper l'adversaire et les ripostes violentes défont l'ennemi le 1er mars 1941. Et avec cette victoire, un serment, celui de ne « déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs flotteront sur la cathédrale de Strasbourg ». Ce jour-là, le régiment de marche du Tchad entre dans l'histoire avec cette magnifique devise chargée de sens qui fait de vous : « Le régiment du serment. » L'engagement vigoureux et la promesse entière.

Du courage et de l'audace, il n'en a certainement pas manqué aux valeureux marsouins du RMT qui débarquèrent sur les plages de Normandie le 1er août 1944, à ceux qui permirent avec toute la 2ème DB la libération d'Alençon, de Paris et surtout, de Strasbourg. Le serment a été tenu par ces hommes dont bon nombre ont rejoint la cohorte glorieuse des Compagnons de la Libération, ordre dont votre régiment est d'ailleurs un des membres éminents. Être ici avec vous à quelques jours des commémorations du 75ème anniversaire du Débarquement a une saveur toute particulière. Et je sais qu'en me rendant en Normandie le 6 juin prochain, j'aurai une pensée pour le régiment de marche du Tchad.

Vous portez fièrement l'héritage de vos aînés. Vous leur faites honneur. Je le ressens ici, votre engagement est vibrant. Je regarde vos visages. J'y lis de la détermination, de l'ardeur, le dévouement entier à la France, à votre arme et à votre régiment.

Et votre régiment n'attend pas que l'histoire se fasse. Il l'écrit. Il l'a écrite, entre autres, au Cameroun, au Tchad, en Libye, en Normandie, au Kosovo, au Liban, en Afghanistan ou encore en Côte d'Ivoire.

Plus récemment, c'est en République Centrafricaine, en Guyane, au Niger et au Mali que vous avez servi et défendu la liberté. Il n'est pas un combat que vous ayez manqué, pas un appel de la France auquel vous ayez faux bond. Tout au long de l'année, vous protégez les Français, sur les théâtres d'opération extérieure et sur notre propre sol, dans le cadre de la mission Sentinelle.

Et votre histoire, j'ai même entendu qu'elle pouvait se lire en bande-dessinée, les « Marsouins de Leclerc, de Koufra à Kaboul (de 1940 à 2009) ».

Vous en écrirez bientôt les nouvelles pages. Vous serez bientôt projetés au Levant, au Sahel, vous rejoindrez Harpie, Chammal, Lynx et Barkhane.

Et partout, vous ferez honneur aux Troupes de marine. Chaque jour, sur les théâtres, au sein de la mission Sentinelle, dans le sable et la poussière, vous bravez le danger, vous surmontez chaque difficulté avec sang-froid, résolus et humbles.

Par votre disponibilité, votre engagement dans la durée, souvent dans le danger, la fatigue et les éléments contraires vous incarnez cet esprit guerrier dont nous parle si souvent le général Bosser.

L'esprit guerrier, ce n'est pas une idée, c'est votre force au quotidien. C'est le dépassement de soi sans limite dont vous faites preuve. Ce sont les obstacles que vous franchissez, physiques, techniques, psychologiques. Ces épreuves, vous les traversez avec vos frères d'armes et c'est aussi ça l'esprit guerrier : la camaraderie et la solidarité.

J'ai eu l'occasion de mesurer aujourd'hui toute votre excellence technique et opérationnelle. J'ai mesuré tout l'engagement physique déployé en combat débarqué, toute la diversité de votre savoir-faire dans le domaine de l'infanterie mais aussi dans toutes les fonctions, notamment les maintenanciers, qui forgent les outils de vos succès. Je voudrai m'adresser aux plus jeunes d'entre-vous : vous êtes la sève de l'armée de Terre, nous avons besoin de votre vitalité, de votre dévouement et vous pouvez être fier d'avoir rejoint cette magnifique unité.

Votre énergie est le souffle de nos armées. Et ce souffle, nous devons le protéger. Votre fougue, votre soif de service et d'audace, c'est la force de nos armées, c'est leur avenir aussi.

Porter l'avenir de nos armées, c'est s'assurer que nos soldats bénéficient des meilleures conditions possibles pour vivre leur engagement. Vous dédiez votre vie aux autres. Vous consacrez toute votre âme et toutes vos forces à la protection des Français. Nous nous devons d'être à la hauteur de votre engagement. Nous nous devons de déployer des solutions et d'améliorer la vie quotidienne des unités, à la hauteur de chaque homme et de chaque femme de nos armées.

J'ai conscience des difficultés que vous rencontrez ici au quotidien. J'ai conscience qu'un régiment de troupes de marine de l'armée de Terre sur une ancienne base aérienne ne vous offre pas des conditions satisfaisantes.

J'ai visité vos bâtiments, je mesure le chemin que nous avons encore à parcourir même s'il y a des perspectives positives à l'horizon. La vétusté des infrastructures est le reflet de toutes ces années où il a été considéré que ce qui est essentiel, le quotidien du soldat, n'était qu'accessoire parce que la pression budgétaire était trop forte.

Ces temps sont révolus. Nous avons porté une loi de programmation militaire ambitieuse qui prévoit un budget en hausse de 1,7 milliard d'euros par an jusqu'en 2022. Cette loi de programmation militaire est beaucoup de choses, mais si je devais en retenir une aujourd'hui, c'est la réparation. Réparer, améliorer, préparer.

Venir ici aujourd'hui était une volonté. C'est désormais une évidence après avoir visité vos infrastructures. Votre régiment montre bien tout l'effort qu'il reste à accomplir. Pour réparer ces années de privation vécues par les armées. Mais nous avançons. Et j'annoncerai prochainement un programme pour accélérer et renforcer les investissements dans le domaine de l'hébergement. Et je vous promets de faire tout mon possible pour créer du mouvement.

Car j'ai un objectif très simple : changer vos conditions de vie. Améliorer vos conditions d'engagement, me battre pour vos quotidiens, pour ceux de vos familles.

Ce que je vous dis, ce ne sont pas des paroles en l'air. Depuis deux ans, j'ai décidé de placer l'humain au centre de toutes mes préoccupations. Vous êtes ceux qui acceptent de prendre tous les risques pour la France, vous êtes le guide de mon action.

Bien sûr, des choses avaient été faites, déjà. Nous n'avons pas découvert du jour au lendemain le poids des absences, l'anxiété d'une nouvelle, la crainte de ne pas trouver une place en crèche ou un logement. Mais il fallait faire plus.

Le plan Famille, lancé l'année dernière, se déploie et continuera d'irriguer progressivement chaque unité.

Pour mieux accompagner vos familles lors des absences répétées comme c'est le cas ici au RMT. Il porte également une attention particulière aux conditions d'hébergement des célibataires et des célibataires géographiques.

Il y a aussi les conditions d'entraînement. La victoire sur le champ de bataille est rarement un hasard. C'est une incessante préparation, auprès des meilleurs instructeurs que nous avons et avec les équipements les plus performants. Au quartier Dio, la loi de programmation militaire que nous avons construite « à hauteur d'homme », c'est la livraison des équipements d'infanterie les plus récents. Le nouveau fusil HK-416 et le remplacement de la P4 sont les derniers en date. Moins impressionnant mais tout aussi essentiel, vous êtes en passe de recevoir de nouveaux gilets pare-balle et surtout les nouveaux treillis ! Je n'oublie pas la nouvelle tenue de sport de l'armée de terre pour laquelle votre chef d'état-major s'est battu et qui doit arriver dans quelques mois.
Un véritable coup de frais aux couleurs de l'armée de Terre.

Ces couleurs, celles de la croix de la Libération de votre fourragère, vous les porterez fièrement sur les Champs-Elysées, pour le défilé du 14 juillet. Et je serai là pour vous regarder, pour vous témoigner toute la reconnaissance de la France.

Officiers, sous-officiers, marsouin du régiment de marche du Tchad, vous êtes les boussoles de mon action, vous le resterez.

Dans tous les engagements, dans tous les combats, la France sait pouvoir compter sur ses marsouins. La France sait pouvoir compter sur le RMT. Et quand sonne l'heure du combat, sa place est plus que jamais à l'avant-garde.


Vive la République ! Vive la France !


Source https://www.defense.gouv.fr, le 5 juin 2019 

Thématiques :