Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur la grande galerie du musée de l'Air et de l'Espace, Le Bourget le 9 décembre 2019.

Intervenant(s) :

Circonstance : Inauguration de la grande galerie du musée de l'Air et de l'Espace

Prononcé le

Texte intégral

Madame ministre, chère Geneviève,
Monsieur le préfet,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le chef d'état-major des armées,
Monsieur le délégué général à l'armement,
Madame la secrétaire générale pour l'administration,
Monsieur les chefs d'état-major de l'armée de l'air,
Mesdames et messieurs les officiers généraux,
Monsieur le président du musée de l'Air et de l'Espace,
Madame la directrice,
Mesdames et messieurs,


Ce dôme incroyable a sans aucun doute accueilli de nombreux passagers avant nous, passagers d'un jour dans les années 1930 ; de quelques heures le temps d'une visite ; ou de plusieurs années pour les passagers les plus minutieux et passionnés qui se sont attelés à sa restauration et qui lui ont rendu toute sa splendeur. Ces huit colonnes résonnent encore de leurs murmures et je n'aurai pas l'indiscrétion de les imaginer. Chaque recoin du musée le fera bien mieux que moi. Mais je vous parlerai aujourd'hui d'émotion. Celle, d'arpenter cette grande galerie du musée de l'Air et de l'Espace.

Celle, de découvrir, au cours de la visite, les biplaces des pionniers de l'air, les photographies de Nadar ou encore la folie des ballons.

L'émotion que l'on ressent aussi face à ces affiches immenses de la Dynamiteuse des airs, ou des ascensions nocturnes du Grand Ballon au jardin des Tuileries. On se sent proche des Français et des Parisiens d'autrefois, émerveillés et fascinés par ces ombres immenses qui s'élevaient dans le ciel.

Et finalement, cette galerie qui se découvre au fil des inventions techniques, des nacelles en osier, des modèles d'avion qui se perfectionnent, elle ne raconte pas seulement l'histoire de la conquête du ciel. Elle ne raconte pas seulement l'histoire de la technique ou de l'aviation. Elle raconte avant tout l'histoire des hommes et des femmes.

Elle raconte l'histoire de Louis Blériot. Celle d'un homme doué, passionné de fabrication de motocyclettes et de chars à voiles, fasciné par le ciel et constructeur de l'aéroplane biplace Blériot XI à bord duquel il réalise la première traversée de la Manche en 1909.

Elle raconte l'histoire d'Adrienne Bolland. L'histoire de l'indignation et de la persévérance, la réalisation d'un rêve, celui de devenir pilote malgré le scandale et la désapprobation de la société. Celui aussi de devenir la première femme au monde à traverser par avion les monts de la Cordillère des Andes.

Il y en a bien sûr pour l'aéronautique civile, pour le sport mécanique et le spectacle qu'il offrait alors – et qu'il offre toujours – mais pas seulement. L'histoire de l'aviation civile demeure inextricablement liée à celle de l'aviation militaire et c'est aussi ce que de nombreuses pièces du musée nous rappellent.

Elles nous racontent l'histoire des As de la Première Guerre mondiale, celle du capitaine Georges Guynemer à bord du SPAD VII, dont une aile est visible ici pour la première fois. Et c'est sûrement avec beaucoup d'émotion les aviateurs apercevront l'inscription "Vieux Charles", nom de baptême des avions du capitaine Guynemer.

C'est aussi l'histoire du lieutenant Maryse Bastié. L'histoire de la liberté, de la passion de l'aviation envers et contre tous, et de la volonté de s'engager. Une volonté plus forte et plus féroce que les conventions. Elle est en effet la première femme à rejoindre l'armée de l'air en 1940 et à revendiquer le droit des femmes de participer à la guerre. Elle a ainsi ouvert la voie aux femmes dans les armées.

Cette galerie, c'est enfin l'histoire d'un rêve. D'un rêve universel et d'une fascination intemporelle, qui traverse les âges du mythe d'Icare à nos voyages dans l'espace, des dessins de Léonard de Vinci aux derniers calculs d'Ariane 6. Je vous ai d'abord parlé de pilotes et d'exploits aériens, mais il faut bien évidemment rendre hommage aux inventeurs, aux techniciens, aux génies qui ont servi la conquête de l'air. Et ce musée a l'art et la manière de les mettre en lumière.

Cette galerie, ce sont les exploits de l'homme, ce sont aussi les exploits de la France. C'est notre histoire, notre patrimoine national que les équipes du musée s'efforcent chaque jour de mettre à la portée de tous. Et je sais à quel point donner accès à la culture est primordial pour vous. Je ne peux que vous soutenir et vous encourager dans cette voie. Faites rêver les plus jeunes, continuez à les fasciner et à semer les passions. Etonnez les moins jeunes et toujours, montrez-leur le chemin vers les trésors de cette galerie, vers cette collection unique au monde, mais aussi vers d'autres domaines, vers les sciences, la technique et les arts.

Vous le disiez très bien Monsieur le président, ce musée est autant tourné vers le passé que vers le présent et l'avenir. Nous l'avons démontré aujourd'hui même puisque nous avons tenu ici un comité exécutif du ministère des Armées voué à préparer notre futur dans l'espace. Et je pense que personne n'est demeuré insensible à cette salle magnifique de la cocarde dans laquelle il s'est déroulé. Il y a un certain panache à prendre des décisions structurantes pour notre avenir sous le regard d'un Mystère IV.

En 2019, vous avez vécu le centenaire du musée. Et alors que l'année touche à sa fin, avant qu'elle emporte avec elle les souvenirs de mois de labeur et de passion, profitons un instant de ce point d'orgue. On ne pouvait rêver meilleure fin pour ce centenaire que cette grande inauguration.

L'ouverture de cette galerie au public, tant attendue depuis des années, ce n'est pas un aboutissement, mais c'est un commencement. C'est une page qui se tourne pour en écrire une nouvelle.

Cette nouvelle page, nous en avons écrit les premières lignes ensemble, chère Geneviève Darrieussecq, lorsque nous avons signé au printemps dernier une nouvelle convention liant le musée au ministère des Armées. Une feuille de route pour relever les nombreux défis qui vous attendent d'ici 2024.

Il y a bien évidemment le défi de la modernisation complète du musée. Je sais combien les équipes scientifiques, scénographiques, les conservateurs du musée ont travaillé à la naissance de ce nouveau parcours dans la galerie qui replace les hommes et les femmes au coeur de la conquête de l'air. Je sais aussi qu'elles n'auront aucun répit et continueront de dessiner le parcours du visiteur pour le rendre interactif, ludique et chronologique.

Je vous parlais aussi d'espace tout à l'heure, je pense que l'ensemble des participants au comité exécutif d'aujourd'hui seront ravis de découvrir le nouveau planétarium qui verra bientôt le jour. Je ne sais pas si on prend de bonnes décisions en ayant la tête dans les étoiles, mais c'est certainement une inspiration dont nous ne pouvons nous détourner dans ce domaine.

Il y a aussi le défi de l'attractivité. Vous serez demain au coeur du Grand Paris. Vous serez aussi au coeur du Village des médias, le temps des Jeux Olympiques 2024. Je n'ai aucun doute que vos efforts et vos travaux conjugués à ces opportunités vous permettront d'attirer de nouveaux visiteurs et de nouveaux publics.

Il y a enfin le défi de la renommée. Ce musée est le plus ancien musée de l'air et de l'espace au monde. Il abrite une collection unique et je vous assure, j'ai visité celui de Washington ; il est certes formidable, mais nous n'avons rien à envier aux Américains. Alors faisons-le connaître. Continuons de faire connaître la place de la France dans la conquête de l'air.

Je sais que vous le ferez avec talent. Alors, j'aurai un dernier mot pour vous féliciter et vous remercier. De l'équipe de direction aux équipes scientifiques, techniques, aux conservateurs, aux restaurateurs, à toutes celles et tous ceux qui font de ce musée une merveille, un immense merci. Merci de vivre et de travailler avec passion, merci de faire rayonner la France et son histoire, je devrais dire notre histoire.


Merci de mettre le ciel et les étoiles à notre portée.
Vive la République ! Vive la France !


Source https://www.defense.gouv.fr, le 12 décembre 2019