Déclaration de Mme Florence Parly, ministre des armées, sur la coopération militaire entre les deux rives de la Méditerranée, à Rome le 12 décembre 2019.

Intervenant(s) :

Circonstance : Réunion des Ministres de la Défense de l'Initiative 5+5

Prononcé le

Temps de lecture 6 minutes

Texte intégral

Mesdames et messieurs les ministres,
Mesdames et messieurs les officiers généraux,
Chers amis,


Je souhaiterais en premier lieu remercier le colonel Al Namroush, vice-ministre de la défense de Libye pour l'accueil qui nous a été réservé depuis notre arrivée à Rome. Nous regrettons tous que cette réunion n'ait pas pu se tenir à Tripoli comme nous l'avions imaginé l'année précédente, mais notre présence à tous ici est déjà une victoire en soi.

J'aimerais remercier le gouvernement italien de son accueil à Rome et plus particulièrement Lorenzo Guerini, ministre de la défense de la République italienne. Un an après votre présidence, vous n'avez pas manqué d'apporter votre soutien à nos partenaires libyens pour assurer la leur, avec constance et talent.

Nous nous sommes tous mobilisés cette année, pour continuer de porter l'Initiative, malgré les imprévus, malgré la situation à Tripoli, malgré les élections chez certains d'entre nous. C'est un signe très positif, avec peut-être plus de force qu'une déclaration d'intention. Nous avons su créer un climat de confiance au sein du 5+5 et les avancées réalisées me paraissent solides et pérennes.

La France a toujours cru à l'Initiative 5+5. Je sais bien que nos réunions sont parfois un peu répétitives, et que nos réalisations concrètes ne progressent qu'à petits pas. Mais ce que nous faisons ici dépasse la simple addition de petites et de moyennes coopérations.

Tout d'abord parce que nous entretenons les liens entre riverains et vieux amis qui ont un destin commun. Notre géographie nous rapproche, mais notre histoire récente nous tient parfois à distance. Certains d'entre nous ne se voient qu'ici. Je m'inclus dans ce nombre et je me félicite des occasions que donne cette enceinte.

Ensuite, parce que nous faisons face à des menaces communes, à des ennemis communs. Je pense, en particulier, au terrorisme et aux trafics illicites, au premier rang desquels les trafics de migrants. Terrorisme, migration : ce sont les deux préoccupations majeures de sécurité des Européens. Nous en sommes tous les victimes et nous sommes tous pleinement mobilisés. Je tenais à ce titre à saluer l'action et les efforts de toutes les forces de sécurité et de défense, civils et militaires, qui dans chacun de nos pays combattent le terrorisme au quotidien, parfois au péril de leur vie. J'ai évidemment une pensée pour les 13 militaires français tués au Mali le 25 novembre mais aussi pour tous les soldats des pays partenaires qui combattent les groupes terroristes, je pense aujourd'hui en particulier à nos amis nigériens, qui, dans leur combat courageux viennent de subir de lourdes pertes, je souhaite solennellement saluer leur engagement et je présente au peuple nigérien et aux familles des militaires décédés toutes mes condoléances.

Il y a le terrorisme, et il y a aussi les effets du changement climatique de plus en plus visibles, les conséquences sur la gestion des ressources naturelles et sur les mouvements de populations.

Ces menaces, nous devons les affronter ensemble. Je voudrais rappeler la nécessité de renforcer l'échange d'informations. C'est une des clés pour répondre efficacement aux défis. Le 5+5 Défense peut nous y aider. Pas seulement par nos échanges de ministres, mais aussi par nos expériences, notamment grâce aux travaux du Centre de coordination et de planification opérationnel et aux exercices conjoints de nos forces armées.

Les armées françaises sont fortement sollicitées en opérations extérieures en ce moment, et aussi sur le territoire national. Mais nous sommes résolument engagés en 2020 pour poursuivre et soutenir les programmes d'exercice communs. Je remercie mon homologue marocain, Abdellattif Loudyi pour la prise en compte de l'exercice Seaborder en 2020 de sécurité maritime.

J'aimerais avoir un mot pour nos amis algériens, qu'il faut remercier d'être présents malgré les grandes échéances nationales de ce jour. La France regarde de très près ce qui se passe, fidèle à sa doctrine de non interférence, mais aussi de non indifférence.

Je tiens enfin à exprimer notre soutien à la Libye. L'urgence du retour de la sécurité et de la stabilité est nécessaire, plus encore pour les pays voisins dont la Tunisie, dont je salue le représentant, M. Mohamed Janoussi. La tentation de l'escalade peut être grande. Nous y sommes opposés. Nous faisons passer des messages très clairs dans ce sens à Hafter et à ses soutiens, y compris aux Russes. Mais nous sommes également très préoccupés par l'entrisme turc et nous avons condamné vivement les accords noués récemment avec ce pays, qui soulèvent de sérieuses questions de droit international. Il me paraît d'autant plus urgent d'avancer sur la solution politique, et je me réjouis que les dernières discussions tenues à Berlin cette semaine aient semblé positives. En ce qui nous concerne, nous ne ménagerons pas nos efforts.

Mesdames et messieurs, face aux défis qui nous attendent, il est plus que jamais nécessaire de maintenir le dialogue. Il nous faut continuer, pousser plus loin encore nos projets et nos ambitions. Le président Emmanuel Macron souhaite retrouver et renouer le « fil d'une politique méditerranéenne ». La France souhaite encourager tout ce qui permet de bâtir des ponts entre les rives de la Méditerranée. L'Initiative 5+5 Défense y contribue depuis 15 ans et constitue un levier efficace.

C'est au tour de Malte de prendre les rênes de l'Initiative pour cette année 2020. Cher Michael, dans cette mission qui s'annonce vous pouvez bien sûr compter sur la France, l'Italie et la Libye pour vous transmettre tous les éléments utiles pour mener à bien cette présidence.

Je souhaite à Malte beaucoup de succès pour cette année de présidence et j'espère vous retrouver l'année prochaine à La Valette.


Source https://www.defense.gouv.fr, le 16 décembre 2019