Déclaration de M. Cédric O, secrétaire d'État au numérique, en réponse à une question sur l'attractivité économique de la France, au Sénat le 22 janvier 2020.

Intervenant(s) :

  • Cédric O - Secrétaire d'État au numérique

Circonstance : Question d'actualité au gouvernement au Sénat

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Sénateur, je vous remercie de votre question. Et je suis heureux de constater à quel point, sur l'ensemble des travées de cette assemblée, on se réjouit de ces annonces.

Vous évoquez les montants d'investissements. La commande de MSC Croisières, au-delà des milliards d'euros qu'elle représente, c'est dix millions d'heures de travail et deux mille quatre cents emplois supplémentaires.

On peut aussi évoquer les annonces de Coca-Cola ou encore celle d'AstraZeneca, qui créera dans les Hauts-de-France, à Dunkerque, dans une région qui en a besoin, plusieurs centaines d'emplois.

Cela nous rappelle, mesdames, messieurs les sénateurs, que, aujourd'hui, ce sont plus de deux millions de Français, dans tous les territoires, dans toutes vos circonscriptions j'imagine, qui sont employés par des entreprises étrangères.

C'est pour cette raison que cette notion d'attractivité est essentielle pour tous les emplois, dans tous nos territoires.

Cette attractivité, vous avez eu l'occasion de le dire, est historiquement haute. La France est probablement aujourd'hui le pays le plus attractif d'Europe, et c'est grâce à cela, Mesdames, Messieurs les Sénateurs, que nous avons réussi aussi à faire baisser le chômage et à faire en sorte que cinq cent mille Français, depuis 2017, aient retrouvé un emploi.

Cette attractivité, elle ne tombe pas du ciel : elle vient bien évidemment des réformes engagées par le gouvernement depuis deux ans, ce qui est reconnu par la communauté internationale. Mais, au-delà des réformes dans le domaine fiscal, dans le domaine du marché du travail, dans le domaine des investissements technologiques, elle vient aussi de la constance de ces efforts.

Monsieur le sénateur, soyez assuré que nous continuerons dans cette direction parce qu'au bout il s'agit du combat essentiel qui nous concerne tous : celui de l'emploi.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 29 janvier 2020