Déclaration M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur le conflit israélo-palestinien, à l'Assemblée nationale le 26 mai 2020.

Texte intégral

Monsieur le Député,


Vous avez rappelé que désormais il y a un gouvernement en Israël. Ce n'était pas arrivé depuis décembre 2018, et nous voulons avoir avec ce gouvernement une relation d'amitié et de coopération qui préside aux relations entre la France et Israël depuis très longtemps.

J'ai d'ailleurs l'occasion de m'entretenir avec le ministre des affaires étrangères, M. Ashkenazi, dès dimanche qui vient.

Vous avez rappelé cela mais nous serons très attentifs aux décisions qui seront prises au sujet des territoires palestiniens. Vous avez rappelé, et vous avez raison, que le gouvernement qui vient d'être formé l'a été sur la base d'un accord de coalition qui permet l'annexion d'une partie de la Cisjordanie à brève échéance. Et lors de son investiture, le Premier ministre, M. Netanyahou, a d'ailleurs réaffirmé sa détermination à s'engager rapidement dans cette voie.

Une telle décision, Mesdames et Messieurs les Députés, serait une violation grave du droit international. Elle contribuerait à attiser les tensions et compromettrait gravement la solution des deux Etats qui est la seule, à long terme, qui permet de garantir la paix et la stabilité dans la région. Elle irait donc à l'encontre des intérêts des Israéliens, comme des Palestiniens.

Et la priorité pour la France, là, maintenant, c'est, en lien avec ses partenaires européens et arabes, d'éviter qu'une telle situation se produise. Et nous mobilisons pour cela les Etats membres de l'Union européenne et nous appelons le gouvernement israélien à s'abstenir de toute mesure unilatérale, en particulier l'annexion.

Et, Monsieur le Député, compte tenu de la gravité d'une telle décision, je vous le dis ici, une telle décision ne pourrait rester sans réponse.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 27 mai 2020

Thématiques :