Interview de M. Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, à France Info le 26 juin 2020, sur la maltraitance animale dans un abattoir et le glyphosate.

Intervenant(s) :

Prononcé le

Temps de lecture 8 minutes

Texte intégral

MARC FAUVELLE
Y a-t-il quelque chose de pourri au royaume du roquefort ? Un abattoir suspendu pour des soupçons de maltraitance animale après une nouvelle vidéo choc, le ministre de l'Agriculture, Didier GUILLAUME, a lancé une enquête, il vient nous en donner les résultats juste après le fil info de 7h40.

MARC FAUVELLE
Il aura fallu une vidéo publiée par l'association de défense des animaux L214 tournée dans un abattoir industriel de l'Aveyron, on y découvre des agneaux malades entassés par centaines ou alors accrochés alors qu'ils sont encore vivants. Je vous passe les autres détails, il est encore un peu tôt. Bonjour Didier GUILLAUME.

DIDIER GUILLAUME
Bonjour Marc FAUVELLE.

MARC FAUVELLE
Ministre de l'Agriculture, dans la foulée de cette vidéo publiée en début de semaine, vous avez suspendu l'agrément de cet abattoir, le temps de connaître les résultats d'une enquête vétérinaire menée sur place. Quels sont les résultats ?

DIDIER GUILLAUME
Alors, les résultats ne sont pas encore définitifs mais l'enquête vétérinaire que j'ai diligentée par les services montre qu'il est vraiment des situations inacceptables. Donc sans aucun état d'âme, alors que ça a des conséquences évidemment sociales pour les 50 employés de l'abattoir sur les ovins, des conséquences sur la chaîne alimentaire, j'ai décidé la suspension de l'agrément, les non-conformités m'ont été confirmées par les services et la suspension de l'agrément sera maintenu, c'est pour les ovins, sera maintenu tant que l'opérateur n'aura pas corrigé, n'aura pas corrigé les dysfonctionnements et les non-conformités.

MARC FAUVELLE
Quels dysfonctionnements avez-vous pu constater dans cet abattoir, abattoir qui est important dans la région ?

DIDIER GUILLAUME
Oui bien sûr, c'est important parce qu'il a à la fois des ovins, il y a à la fois des bovins … qui est encore plus important, mais là, on parle bien de l'abattoir ovin, il y a des règles, des règles sur le bien-être animal contre la maltraitance animale qui sont d'ailleurs la loi est là pour les sanctionner ; il y a des règles de fonctionnement dans un abattoir, de façons de faire et nous avons nous-mêmes des contrôleurs vétérinaires. Moi, je salue L214 d'avoir fait cette vidéo, je regrette que nous ne puissions pas assez le faire en interne.

MARC FAUVELLE
C'est-à-dire, vous n'avez pas assez de contrôleurs aujourd'hui pour faire le tour des abattoirs ?

DIDIER GUILLAUME
Oui, le souci que j'ai, c'est que c'est assez compliqué de surveiller tout cela. Nous allons mettre le paquet là-dessus, le président de la République est très en pointe sur ce sujet sur le bien-être animal, sur les abattoirs. Il m'en parle régulièrement.

MARC FAUVELLE
Et donc merci L214 ?

DIDIER GUILLAUME
Oui, je salue L214 d'avoir fait cette vidéo, je regrette que ça n'est pas remonté par les services de l'Etat. Je passe une information à l'ensemble des préfets et à l'ensemble des directions départementales de protection pour leur demander une veille plus vigilante, c'est absolument inacceptable mais ce que je veux dire, c'est que je ne voudrais pas que ça entache une filière.

MARC FAUVELLE
Evidemment !

DIDIER GUILLAUME
Donc continuons à manger de l'agneau, continuons évidemment à manger du roquefort, l'Aveyron, Rodez, c'est le pays du roquefort. Le roquefort est un excellent produit qu'il faut manger et qu'il faut continuer à commercialiser.

MARC FAUVELLE
Il y avait eu une première alerte dans cet abattoir en 2016 suite à un signalement des services vétérinaires et l'association L214 vous reproche par la voix de son porte-parole, Sébastien ARSAC, de ne pas avoir donné suite à l'époque.

Ecoutez.

MARC FAUVELLE
Manquement grave dans le suivi des contrôles ?

DIDIER GUILLAUME
Non mais je ne peux pas laisser dire cela, je ne sais pas si ce monsieur était déjà allé dans un abattoir, je suppose, c'est des conditions de travail terribles. J'y suis allé, moi ! Et c'est compliqué d'être dans un abattoir, il y a du sang, on tue des animaux, on tue des animaux pour l'alimentation humaine ! Il ne faut pas oublier ça. Donc si certains veulent changer de système, c'est autre chose mais là, ce n'est pas le cas. On parle de maltraitance. Donc en 2014 / 2016, je ne sais pas ce qui s'était passé, j'ai lu des rapports. Les rapports indiquaient que l'abattoir devait améliorer son fonctionnement et avancer, c'est ce que l'Etat avait contrôlé à l'époque, l'abattoir a eu son agrément. Aujourd'hui, moi, la décision que j'ai prise, c'est la suspension immédiate de l'agrément tant que sur le fond mais au fond, au fond du secteur, les choses ne se sont pas améliorées.

MARC FAUVELLE
Didier GUILLAUME hier sur France Info, Yannick JADOT, l'eurodéputé écologiste, a accusé Emmanuel MACRON d'avoir trahi sa promesse d'interdire le glyphosate en 2017. Le chef de l'Etat avait annoncé qu'on ne l'utiliserait plus en France d'ici trois ans, nous y sommes, nous sommes en 2020. C'est une promesse impossible à tenir ?

DIDIER GUILLAUME
Non mais je crois que … j'ai écouté Yannick JADOT ce qu'il disait hier et merci à la limite de me poser la question, pour pouvoir répondre sur le fond. Je crois qu'il ne faut pas jouer sur les peurs. Il faut être sérieux. Il dit des choses qui ne sont pas réelles.

MARC FAUVELLE
C'est-à-dire ?

DIDIER GUILLAUME
Le président de la République a été le premier chef de l'Etat d'un pays européen à dire que nous allions arrêter le glyphosate en 2021, en 2021 ! Mais en même temps, il a rajouté « il n'est pas possible de laisser des filières sans solutions », c'est la différence que nous avons entre une écologie dogmatique, une écologie pragmatique.

MARC FAUVELLE
En 2018, Didier GUILLAUME, l'utilisation du glyphosate a encore augmenté en France, dans des proportions assez importantes, c'était plus 25%.

DIDIER GUILLAUME
Oui, 21 …Oui dans ces eaux-là, oui !

MARC FAUVELLE
Est-ce que ça baisse enfin ?

DIDIER GUILLAUME
Oui, ça baisse mais pas enfin, je l'avais expliqué l'année dernière, c'est très compliqué. Ce que je peux vous dire ce matin, c'est d'ailleurs une primeur parce que ce chiffre n'a pas encore été communiqué, c'est qu'entre 2019 et 2018, la baisse des produits phytosanitaires et du glyphosate, c'est moins 35%.

MARC FAUVELLE
35% de baisse …

DIDIER GUILLAUME
Moins 35% !

MARC FAUVELLE
…l'an dernier après une hausse de 25% l'année précédente.

DIDIER GUILLAUME
Exactement, ce qui fait sur …

MARC FAUVELLE
Donc on est revenu en gros au niveau d'il y a deux ans…

DIDIER GUILLAUME
…en dessous, ce qui fait que sur les deux ans moins 30% entre 2019 et 2017.

MARC FAUVELLE
C'est une baisse, ce n'est pas la fin.

DIDIER GUILLAUME
C'est une excellente nouvelle parce qu'il faut aller vers cette baisse mais moins 30%, vous vous rendez compte, c'est un tiers, c'est un tiers et la transition écologique, elle est en marche. Moi, je veux saluer les agriculteurs qui font un travail remarquable, il n'y a aucun état d'âme, la transition agro-écologique va passer mais nous ne laissons personne sans solution. Ce que je demande, c'est que l'ANSES, l'autorité indépendante de sécurité sanitaire des aliments, que l'INRAE, notre institut de recherche mondialement connu avance, aille plus vite dans les alternatives.

MARC FAUVELLE
Est-ce qu'on y arrivera l'an prochain au zéro glyphosate ?

DIDIER GUILLAUME
Au zéro glyphosate, non !

MARC FAUVELLE
Non …

DIDIER GUILLAUME
On n'y arrivera pas au zéro glyphosate, il faut dire la réalité et dire que nous devrions arriver à tout arrêter, c'est tromper les gens, c'est partir dans une aventure qui serait dramatique pourquoi ? Parce que si on dit « zéro glyphosate », on arrêtera de produire de l'alimentation. Donc il faut avancer. Dans certains secteurs, on est déjà à zéro glyphosate. On n'a jamais eu autant de conversions bio, jamais autant …On en est à plus de 10 000, plus d'agriculteurs qui sont passés en bio l'année dernière. Donc on va dans le bon sens mais l'utilisation du glyphosate et des produits phytosanitaires baisse de 30% cette année à l'année dernière et à deux ans et je veux le dire très clairement, ce qui compte, c'est l'objectif. Nous allons diminuer et sortir de la dépendance aux produits phytosanitaires ; la voie est tracée, le président de la République l'a dit et quand Yannick JADOT dit que le président de la République est un menteur, il faut qu'il fasse attention de ne pas faire peur aux gens.

MARC FAUVELLE
Baisse d'un tiers donc de l'utilisation des glyphosates en France l'an dernier …

DIDIER GUILLAUME
Et de tous les produits phytosanitaires.

MARC FAUVELLE
Et de tous les produits phytosanitaires. Et suspension prolongée pour cet abattoir près de Rodez, ce sont les deux annonces …

DIDIER GUILLAUME
Et moins …en 2025. Nous tiendrons.

MARC FAUVELLE
Oui, ça, c'est pour l'avenir. Vous viendrez …

DIDIER GUILLAUME
Ah, je vous en parlerai …

MARC FAUVELLE
…nous en reparler, Didier GUILLAUME, je ne sais pas si vous serez encore là. Merci beaucoup. Didier GUILLAUME, ministre de l'Agriculture, sur France Info.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 juin 2020