Interview de M. Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État en charge des retraites, à Europe 1 le 13 août 2020, sur l'obligation du port du masque et le télétravail.

Prononcé le

Texte intégral

SEBASTIEN KREBS

Bonjour Laurent PIETRASZEWSKI.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Bonjour Sébastien KREBS.

SEBASTIEN KREBS
Merci d'être avec nous ce matin en direct. Le Premier ministre veut donc étendre le plus possible l'obligation du port du masque, ça on l'a compris, et donc y compris sur les lieux de travail, il vous a confié cette mission d'ouvrir des discussions avec les partenaires sociaux sur les entreprises. Aujourd'hui chaque entreprise est libre de mettre en place son protocole sanitaire, vous pensez qu'il faut aller vers une uniformisation, vers une obligation qui serait généralisée ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Bon, d'abord peut-être on peut revenir, si vous le voulez, quelques instants sur la situation actuelle, c'est une situation qui, effectivement, nécessite une vigilance accrue de notre part, vous l'avez rappelé dans votre journal, les indicateurs se dégradent, Olivier VERAN l'a ré-exprimé hier soir, il nous faut avoir une vigilance commune face à ce virus. Et je dirais quelque chose de simple, plus on porte le masque, plus on se protège, et plus on protège les autres, c'est la réalité. Alors, on a effectivement un protocole, qui est à disposition des entreprises, vous savez, on travaille sur ce sujet depuis plusieurs mois puisque j'étais déjà en charge, dans le gouvernement d'Edouard PHILIPPE, de ce sujet, et depuis le mois de mars nous travaillons avec les branches, avec les organisations patronales, mais aussi les organisations syndicales, pour trouver les meilleures solutions en entreprise, pour à la fois assurer la sécurité des salariés, mais aussi permettre aux entreprises de fonctionner.

SEBASTIEN KREBS
Est-ce qu'il faut aller un cran au-dessus de ce qui a été mis en place jusqu'à présent ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Eh bien la situation évolue, le protocole a déjà évolué, puisque nous sommes à la quatrième version du protocole aujourd'hui, qui est mis à disposition des entreprises, et il continuera à évoluer en fonction de la situation sanitaire. Je l'ai dit déjà à plusieurs reprises, je le dis à nouveau ce matin, le protocole est appelé à évoluer, il doit évoluer, et il le fera, nous le ferons à chaque fois en nous appuyant sur les données objectives qui nous sont communiquées par le ministère des Solidarités et de la Santé, et aussi en ayant des échanges approfondis avec les partenaires sociaux. C'est toujours la façon dont nous avons pratiqué depuis le mois de mars.

SEBASTIEN KREBS
Alors un exemple. Dans beaucoup d'entreprises le port du masque était obligatoire dans les déplacements, dans les couloirs, lorsqu'on croisait des gens, mais pas forcément lorsque chacun était à son poste de travail, en revanche on sait aujourd'hui que le virus circule dans l'air, et un médecin nous disait hier que le plus grand danger finalement ce serait de remplir à nouveau les open space à la rentrée. Est-ce qu'il faut au minimum, dans ces open space, qui sont des lieux clos publics, imposer le port du masque même lorsque chacun est à son poste ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Nous allons en discuter. Vous avez évoqué ce qu'on appelle le risque aérosol, le risque aérosol qui est souligné par l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, les évolutions de la situation sanitaire, cela en fait partie, et donc il faut qu'on puisse regarder, avec les autorités sanitaires, mais aussi avec les partenaires sociaux, comment nous allons organiser cela. On peut aussi se dire que, effectivement, lorsqu'on est dans un lieu clos, lorsque nous sommes plusieurs dans un lieu clos, il est prudent de porter le masque, je crois que ces notions-là elles sont claires et elles sont partagées. Vous savez, j'ai visité beaucoup d'entreprises, notamment au mois de mai et au mois de juin, lorsque nous étions en sortie de confinement, et dans toutes les entreprises que j'ai visitées, dans la Manche, dans la Somme, des entreprises d'agroalimentaire, mais aussi des artisans, des artisans de l'aménagement d'entreprises, de bureaux, eh bien le masque était porté systématiquement lorsque les salariés se trouvaient à plusieurs dans un bureau. Donc c'est déjà le cas dans beaucoup d'entreprises.

SEBASTIEN KREBS
Et vous, vous y êtes favorable, à une généralisation du port du masque lorsque chacun est à son bureau, personnellement vous y êtes favorable.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Moi je suis favorable à faire évoluer le protocole au regard des risques sanitaires qui évoluent, et donc ça fait partie des échanges que nous menons, avec Elisabeth BORNE, dès cette fin de semaine, avec les partenaires sociaux, et nous aurons un échange avec eux.

SEBASTIEN KREBS
Est-ce que, compte tenu de cette situation, il va falloir continuer à limiter le nombre de personnes dans les entreprises, présentes physiquement j'entends, est-ce qu'il va falloir continuer à encourager et à favoriser le télétravail ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Le télétravail c'est une bonne solution, mais il doit être encadré et maîtrisé, je crois que c'est un point important. On a bien vu que le télétravail cela répond, certes, à une possibilité de maintenir en activité, notamment tous ceux de nos concitoyens qui sont en situation de fragilité, vis-à-vis du virus, et c'est un point important, d'ailleurs, qui est rappelé dans le protocole qui est mis à disposition des entreprises. Il faut aussi entendre que de nombreux salariés qui se sont vus mis en télétravail pour des raisons sanitaires, depuis le mois de mars, ont aussi besoin de réactiver ce qu'on appelle le lien social. Sur le fond le travail c'est aussi être ensemble. Alors, il faut le faire avec prudence, il faut le faire en respectant les gestes barrières, il faut le faire en se protégeant, en protégeant les autres avec le masque, mais je crois qu'il ne faut pas opposer le présentiel à la possibilité aussi de prendre en compte les règles de prévention. Donc, on peut prendre en compte les règles de prévention en présentiel, on peut mettre en oeuvre un télétravail, un télétravail construit, maîtrisé, notamment par des échanges avec les représentants du personnel, je crois qu'on a des instances qui sont, dans les entreprises, très efficaces pour parler de tout ça, notamment ce sont des CSE où on doit pouvoir discuter de la façon dont le télétravail est vécu par chacun.

SEBASTIEN KREBS
Donc on peut faire revenir tout le monde en entreprise si l'entreprise et si les salariés le souhaitent, sous réserve d'appliquer des mesures supplémentaires sur le masque ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Il faut regarder chaque situation. On a bien vu que ce qui se passe dans une usine agroalimentaire, que j'ai pu visiter, dans la Manche, ce n'est pas la même chose que ce qui peut se passer dans un bureau à La Défense, donc il faut regarder les situations, à chaque fois prendre les bonnes décisions. Vous savez, moi je crois beaucoup aux réponses de proximité, aux réponses où on a la fois l'employeur, mais aussi les salariés et leurs représentants, qui sont associés, c'est pour ça que ce protocole est un protocole national, mais qui doit permettre à chaque branche, à chaque entreprise, de trouver les réponses qui sont utiles au regard de sa configuration.

SEBASTIEN KREBS
Un protocole donc amené à évoluer, c'est ce que vous nous confirmez ce matin sur Europe 1 Laurent PIETRASZEWSKI. Un dernier mot. Votre autre dossier, vous êtes toujours secrétaire d'Etat en charge des retraites, c'est pour ce dossier-là, la réforme des retraites, que vous avez bien intégré le gouvernement à l'origine, cette réforme des retraites elle verra le jour avant la fin du quinquennat ou elle est complètement enterrée ?

LAURENT PIETRASZEWSKI
Vous avez entendu le président de la République et le Premier ministre à plusieurs reprises. Vous savez qu'avec Elisabeth BORNE nous sommes attentifs à mettre en oeuvre aussi cet engagement du président de la République, de proposer aux Français un dispositif de retraite qui soit plus juste, plus équitable. Nous avons une volonté de justice sociale au travers de ce projet de retraite, et nous avons dit, très clairement, le Premier ministre, Elisabeth BORNE, lors des échanges avec les partenaires sociaux courant juillet, que la priorité aujourd'hui, à la rentrée, c'est celle de l'emploi, c'est celle de la santé pour tous les Français, c'est pour cela que nous sommes concentrés dans les semaines qui viennent, nous verrons ensuite comment nous allons traiter le sujet des retraites.

SEBASTIEN KREBS
Merci beaucoup Laurent PIETRASZEWSKI pour vos précisions ce matin en direct sur Europe 1, secrétaire d'Etat en charge de la santé au travail et des retraites, bonne journée à vous.

LAURENT PIETRASZEWSKI
Bonne journée.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 14 août 2020