Interview de M. Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, à France Info le 20 octobre 2020, sur la lutte contre l'islamisme radical et la politique agricole commune.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Texte intégral

ALIX BOULHAGUET
Julien DENORMANDIE, bonjour.

JULIEN DENORMANDIE
Bonjour.

ALIX BOULHAGUET
Merci d'être avec nous. On va parler d'agriculture mais juste avant Gérald DARMANIN souhaite dissoudre le CCIF, le collectif de lutte contre l'islamophobie, est-ce que c'est juste de museler les défenseurs de la laïcité ou est-ce que c'est justifié dans la société française, cette notion d'islamophobie ?

JULIEN DENORMANDIE
Mais je crois surtout qu'il est totalement justifié de prendre des mesures très fortes. Le ministre de l'Intérieur l'a montré, il l'a exprimé très clairement face à cet acte atroce, ignoble, face cette République qui a été attaquée. Je crois que ce message, il est très clair, c'est que la République, elle est debout, la République, elle va répondre avec force comme elle a toujours répondu et le gouvernement est pleinement mobilisé pour faire en sorte que des mesures d'ampleur soient mises sur la table afin de protéger les Français. Et je crois que c'est cela que les Français nous demandent. Donc le ministre de l'Intérieur, il a raison de prendre des mesures fortes, il en a annoncé plusieurs, que ce soit des contrôles, que ce soit des associations visées, que ce soit des lieux fermés et je crois que c'est important et c'est évidemment ce que les Français attendent du gouvernement.

ALIX BOULHAGUET
Gérald DARMANIN, il veut aussi mettre sur la table un tour de vis sur la délivrance du statut de réfugié, est-ce que c'est aussi une bonne réponse ?

JULIEN DENORMANDIE
Vous savez, moi je suis pas ministre de l'Intérieur donc je laisse le ministre de l'Intérieur détailler les mesures qu'il semble souhaitable mais ce que je veux vraiment insister en tant que membre du gouvernement, c'est que la main du gouvernement ne tremble pas, le gouvernement a déjà beaucoup fait mais il faut aller encore plus loin et la main du gouvernement ne tremble pas. La main du ministre de l'Intérieur, du Premier ministre à la demande du président ne tremble pas. Et donc oui il faut prendre des mesures fortes additionnelles, il y aura également le projet de loi sur la lutte contre les séparatismes qui est en cours de finalisation et sera présentée prochainement.

ALIX BOULHAGUET
Donc juste vous nous confirmez le calendrier, c'est à dire le conseil des ministres le 9 décembre ?

JULIEN DENORMANDIE
Ça c'est au président, au Premier ministre de le dire, nous avons un nouveau conseil des ministres demain où évidemment ces sujets seront abordés et le calendrier, je laisserai le Premier ministre le dire. Mais enfin le souhait du gouvernement, c'est évidemment, évidemment d'avancer très rapidement sur ces sujets.

ALIX BOULHAGUET
Alors vous êtes-vous actuellement en train de négocier la prochaine PAC, en clair c'est l'agriculture européenne de demain. Vous allez voter ce soir, en quoi c'est important très concrètement ?

JULIEN DENORMANDIE
C'est le quotidien de millions d'Européens, mais je dirais même le quotidien de nous toutes et tous, parce que cette politique agricole commune c'est ce qui permet de faire en sorte que notre alimentation elle soit saine, elle soit durable. Cette politique agricole commune, c'est ce qui permet à nos agriculteurs, à nos centaines de milliers d'agriculteurs en France de pouvoir avoir les financements nécessaires à leur activité et aujourd'hui est en train d'être renégocié la nouvelle politique agricole commune. Qu'est-ce que va être cette politique dans les 7 prochaines années ? Donc c'est quelque chose d'essentiel, c'est par donc comment on favorise la transition agro-écologique. C'est par exemple comment et favorise de nouvelles productions, on sait aujourd'hui que nous sommes dépendants des importations de soja brésilien, c'est quelque chose qui m'est insupportable. Et donc comment cette politique agricole commune elle permet de gagner en souveraineté, souveraineté agricole.

ALIX BOULHAGUET
Alors si on prend juste un exemple, si on prend les normes environnementales, comment on fait pour avoir partout en Europe les mêmes normes ?

JULIEN DENORMANDIE
C'est tout l'enjeu des discussions que nous avons débuté hier matin et qui vont se terminer très tard cette nuit. Aujourd'hui ça n'est plus concevable d'avoir des pays en Europe qui n'ont pas les mêmes normes environnementales. Pourquoi, parce que nous sommes un marché commun donc dans le supermarché du coin, quand vous y allez, vous pouvez trouver des concombres qui n'ont pas les mêmes normes environnementales.

ALIX BOULHAGUET
Mais justement est-ce que vous allez y arriver ?

JULIEN DENORMANDIE
C'est ce pourquoi je me bats, on a fini très tard hier soir, on va continuer à travailler ardemment toute la journée et moi ce que je dis très clairement à mes collègues européens, c'est que je veux plus d'accompagnements environnementales mais je veux que ces normes environnementales elles soient obligatoire pour tous les Etats. Au moment où je vous parle il y a à peu près la moitié des pays européens qui sont d'accords pour faire ces normes environnementales. Il y a une autre moitié qui aujourd'hui émet des doutes et donc les prochaines heures vont viser justement convaincre cette autre moitié pour que ces normes, elles soient obligatoires. Et moi comme je l'ai dit encore hier à la présidence allemande de la Commission européenne, c'est pour moi une ligne rouge en France, il nous faut avoir une politique agricole commune où les normes deviennent obligatoires à tous les Etats membres. Je pense que c'est le minimum, je pense que c'est ça qui doit nous permettre de faire vivre une politique où il n'y a pas de distorsion de concurrence à l'intérieur du marché commun. Donc c'est une demande très ferme que j'ai exprimé sur laquelle je me bats, sur laquelle nous faisons des alliances avec beaucoup d'autres pays et nous continuons les discussions toute la journée sur ce sujet. Mais il nous faut obtenir, comptez sur moi pour y travaillaient, que ces normes soient désormais obligatoires à tous les pays de l'Union européenne.

ALIX BOULHAGUET
Très bien merci Julien DENORMANDIE, on va suivre tout ça de très près, merci d'avoir été avec nous ce matin.

JULIEN DENORMANDIE
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 octobre 2020