Déclaration de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie, en réponse à une question sur les sports d'hiver et l'épidémie de Covid-19, à l'Assemblée nationale le 24 novembre 2020.

Prononcé le

Intervenant(s) :

  • Jean-Baptiste Lemoyne - Secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie

Circonstance : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale

Texte intégral

Merci beaucoup, Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Madame la Députée,


Effectivement, la montagne est un joyau de la destination France, c'est trois cent cinquante stations, cent vingt mille personnes qui en vivent, et c'est l'un des premiers domaines skiables.

Face à cette importance, nous avons voulu travailler main dans la main avec les élus et avec les professionnels, je crois que vous pouvez en témoigner, ainsi que Jeanine Dubié, Vincent Rolland ou Xavier Roseren, puisque le Premier ministre a réuni les acteurs de la montagne, hier, et il a été dit que nous allions poursuivre ce travail dans les dix prochains jours.

Je veux témoigner du sérieux des acteurs de la montagne qui se sont préparés très méthodiquement autour du préfet de la Savoie, avec un projet de protocole, vous le savez, ce projet de protocole a été envoyé à la CIC. Et par ailleurs, nous allons travailler sur tous les scénarii. En effet, tous les scénarii sont sur la table, il ne faut pas oublier que nous sommes dans une crise sanitaire qui est totalement inédite. Je le dis en ayant écouté la question précédente et, par conséquent, il nous faut accompagner les acteurs de la montagne dans tous les cas de figure.

Ce que je veux dire, c'est que face aux incertitudes, j'ai trois certitudes : la première certitude, c'est que la décision qui sera prise devra l'être en tenant compte de l'évolution de la situation sanitaire.

La deuxième certitude, c'est que la décision qui sera prise devra être prise en tenant compte des intentions de nos voisins, parce qu'un massif, une montagne, il y a un versant qui peut être dans un pays et l'autre dans un autre.

La troisième certitude que j'ai, c'est que, quelle que soit la décision, l'Etat sera aux côtés des acteurs de la montagne, soit pour les accompagner dans la mise en oeuvre du protocole, soit pour les accompagner dans le soutien, quoiqu'il en coûte.

Et je peux vous dire que la montagne, et vous le savez, elle est résistante, elle est résiliente, on l'a vu l'été dernier. Et je suis sûr que, le moment venu, nous ne savons pas encore quand le moment sera venu, la montagne n'a pas fini de gagner les Français.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 novembre 2020