Entretien de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, avec "Arab News" le 4 décembre 2020, sur les relations économiques de la France avec les pays arabes.

Texte intégral

Q - Vous rentrez tout juste d'une tournée aux Emirats arabes unis et en Jordanie. Vos rencontres ont-elles été fructueuses ?

R - Comme vous le savez, les prises de position du président de la république sur la laïcité ont fait l'objet de manipulations et ont suscité un certain nombre d'incompréhensions au sein du monde musulman. Je me suis donc déplacé en Jordanie pour dissiper les malentendus et rappeler la force des liens, notamment économiques, qui nous unissent. Il ne peut y avoir de malentendus entre partenaires et amis. Dans le même esprit, je me rendrai prochainement en Arabie saoudite et au Koweït.

Je me suis déplacé en Jordanie pour dissiper les malentendus et rappeler la force des liens, notamment économiques, qui nous unissent.

J'ai également passé quarante-huit heures aux Emirats arabes unis pour amplifier nos relations économiques, tout particulièrement dans les secteurs d'avenir. Je pense notamment à la fintech [technologie financière], la Greentech [éco-innovation], l'intelligence artificielle, la ville durable ou encore les transports, où la coopération franco-émiratie est intense. J'ai pu mesurer la force de notre partenariat stratégique, que nous avons réaffirmé pour les dix années à venir en juin dernier. L'Expo 2020 de Dubaï, qui aura lieu l'an prochain et où la France sera naturellement présente, marquera une nouvelle étape de notre partenariat. Je me suis engagé à m'y rendre.

Q - Quel rôle pour la France au sein du G20, à la lumière des nouveaux défis - crise économique, pandémie, terrorisme ?

R - Avec ses partenaires européens, la France entend assumer un certain leadership dans l'élaboration des réponses que nous apportons collectivement aux grands défis mondiaux. Nous nous engageons notamment en faveur d'un véritable renouveau du multilatéralisme, car nous avons la conviction que l'échelon multilatéral est l'échelon d'action le plus pertinent. C'est vrai en matière de sécurité ou de climat, ça l'est également en matière commerciale. C'est pourquoi nous souhaitons une réforme profonde de l'Organisation mondiale du commerce, qui apaise les tensions commerciales et permette de mieux utiliser les règles du commerce pour répondre aux enjeux de développement durable.

Q - En termes d'attractivité, sur une échelle de 1 à 10, où se place l'Arabie saoudite pour la France ?

R - L'Arabie saoudite est un partenaire économique important, et nous souhaitons renforcer encore cette dynamique. Le Royaume compte parmi les 40 pays prioritaires que nous suivons étroitement en matière d'attractivité. Le réseau diplomatique français est pleinement mobilisé pour identifier et accompagner les projets d'investissements en France qui pourraient provenir d'Arabie saoudite.

Q - Les récentes réformes sur la kafala - les travailleurs étrangers n'auront plus besoin de l'autorisation de leur employeur pour changer d'emploi, voyager ou quitter l'Arabie saoudite, à partir de mars 2021 - sont-elles de nature à encourager les investissements français dans le Royaume ?

R - La France est d'ores et déjà très présente en Arabie saoudite, où elle est le troisième investisseur avec plus de 5 milliards d'euros d'investissements directs. Les autorités saoudiennes ont placé l'attractivité du Royaume et la diversification de l'économie saoudienne au coeur du programme Vision 2030. Nous nous attachons à sensibiliser l'ensemble des acteurs français à cet objectif. La création d'un ministère de l'Investissement ainsi que les réformes économiques en cours, dont celles de la kafala, sont des signaux positifs.

Q - Prévoyez-vous une augmentation des flux d'investissement de l'Arabie saoudite vers la France ? Si oui, comment ?

R - La progression notable des investissements saoudiens en France ces dernières années est un signe encourageant et nous pouvons aller encore plus loin. Nous sommes d'ailleurs honorés d'accueillir le premier invité saoudien au sommet "Choose France 2021", au château de Versailles, organisé par le président de la République.

Pour aller plus loin, je crois qu'il nous faut aller au-delà des partenariats traditionnels dans le secteur immobilier et hôtelier, où se concentre encore aujourd'hui la grande majorité des investissements saoudiens. Car la France, c'est aussi un écosystème d'innovation leader en Europe, qui compte parmi les plus dynamiques du monde.

Nous sommes honorés d'accueillir le premier invité saoudien au sommet "Choose France 2021", au château de Versailles, organisé par le président de la République.

Avec le plan France Relance, nous mobilisons des moyens inédits pour consolider ce leadership, dont 30 milliards d'euros sur deux ans d'investissements pour la transition écologique. Notre ambition est de devenir la première grande économie décarbonée européenne à l'horizon 2050.

La France est une terre d'opportunités pour les investisseurs saoudiens qui cherchent à diversifier leur portefeuille en l'élargissant aux énergies vertes, aux hautes technologies et aux secteurs d'avenir où l'excellence du savoir-faire français est reconnue dans le monde entier.

Q - Comment évaluez-vous cette édition du G20 en matière d'avancées des relations commerciales entre l'Arabie saoudite et la France ?

R - Les réunions du G20 sont avant tout des sommets de chefs d'Etat et de gouvernement destinés à élaborer des réponses communes aux défis mondiaux. Ce n'est pas le lieu pour traiter des questions bilatérales. En matière commerciale, nous avons un certain nombre de projets en cours avec l'Arabie saoudite. Nous les suivons de près, avec l'objectif de densifier encore les relations que nous entretenons déjà.

Q - Quel bilan faites-vous de la gestion de ce G20 par l'Arabie saoudite ?

R - Je tiens à remercier l'Arabie saoudite pour l'organisation de ce sommet. Le G20 de Riyad a permis d'obtenir des résultats satisfaisants dans de nombreux domaines prioritaires pour la France et ses partenaires européens. En matière de santé notamment, les chefs d'Etat et de gouvernement se sont entendus pour considérer les vaccins contre la Covid-19 comme un "bien public mondial" afin d'y garantir un accès équitable.

Il faut le saluer, le G20 est parvenu à un accord sur la suspension du service de la dette pour 77 Etats fragiles, et sur un cadre pour le traitement des dettes à venir

Le G20 a également envoyé un signal positif en termes de lutte contre le réchauffement climatique: conformément à la feuille de route tracée par l'accord de Paris, ses signataires se sont engagés à relever leur niveau d'ambition et à réviser à la hausse leurs contributions nationales dans la perspective de la Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques, ou COP26.

Enfin, et il faut le saluer, le G20 est parvenu à un accord sur la suspension du service de la dette pour 77 Etats fragiles, et sur un cadre pour le traitement des dettes à venir. Au moment où de nombreux Etats peinent à faire face aux conséquences financières de la crise économique et sanitaire, cela pose les bases de restructurations de dettes souveraines au cas par cas, dans un cadre multilatéral auquel souscrit la Chine.

L'Arabie saoudite va à présent transmettre sa présidence à l'Italie, et nous poursuivrons notre engagement l'année prochaine pour que le G20 continue de jouer son rôle de promotion d'une mondialisation mieux régulée et plus durable.

Q - Quels défis à l'aune de la pandémie ?

R - Notre premier défi est de sortir de la crise. Tant au plan économique que sanitaire, la coopération internationale est la clé. C'est le sens de l'initiative ACT-Accelerator, ou ACT-A, qui vise à mettre les futurs vaccins contre la Covid-19 à la disposition du monde entier.

C'est le sens de la réflexion, promue notamment par la France, pour rendre les circuits commerciaux mondiaux plus résilients et plus durables, pour sécuriser les chaînes de valeur dont dépend notre approvisionnement en produits stratégiques, pour verdir les pratiques commerciales multilatérales afin de mettre les échanges internationaux au service d'une croissance soutenable au plan environnemental.

C'est aussi le sens des efforts que déploie le gouvernement français pour diversifier ses partenaires économiques et approfondir les relations bilatérales à fort potentiel.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 8 décembre 2020