Entretien de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, avec "ArabNews.fr" le 7 avril 2021, sur les relations économiques entre la France et l'Arabie saoudite.

Texte intégral

Q - Quels sont les objectifs clés de votre visite actuelle en Arabie saoudite ?

R - La France et l'Arabie saoudite ont une longue histoire de coopération riche et fructueuse que nous souhaitons développer davantage. J'ai visité le Royaume pour la première fois en 2019 en tant que ministre de la culture pour le lancement du magnifique projet d'AlUla qui met en valeur l'héritage exceptionnel de l'Arabie saoudite et le partenariat avec des organisations culturelles françaises. Je suis présent à Riyad aujourd'hui pour développer la relation économique entre la France et l'Arabie saoudite, notamment dans le cadre du partenariat convenu entre le président Emmanuel Macron et le prince héritier Mohammed ben Salmane lors de sa visite officielle en France le 18 avril 2018. Nos deux pays partagent la même ambition dans des secteurs clés tels que la transition écologique et la révolution technologique. Ce terrain d'entente fournit des opportunités commerciales concrètes. Mon homologue Khaled al-Faleh, avec qui j'ai eu le plaisir d'échanger régulièrement, et moi-même cherchons à donner corps à la composante économique de ce partenariat en discutant des opportunités d'investissement communes dans les deux pays. Ma visite actuelle est un nouveau pas en avant dans notre relation économique durable et florissante et j'espère déjà pouvoir retourner au Royaume afin d'apprécier pleinement sa beauté et son potentiel.

Q - La France est l'un des plus grands investisseurs en Arabie saoudite, avec des investissements directs s'élevant à plus de 3,7 milliards d'euros. Voyez-vous une marge de croissance à mesure que l'Arabie saoudite diversifie son économie dans le cadre de la Vision 2030 ?

R - Les sociétés françaises sont engagées à augmenter et à diversifier leurs investissements dans l'économie saoudienne, conformément aux priorités de la Vision 2030, notamment l'énergie renouvelable, l'hydrogène, l'eau, l'environnement, les soins de santé, l'économie numérique, la ville intelligente et, bien sûr, les services touristiques et l'infrastructure. Les sociétés françaises sont réputées dans le monde entier pour leur savoir-faire et leur expertise, ce qui les rend idéales pour répondre aux attentes élevées de la Vision 2030. Cela inclut le secteur des technologies : je suis conscient que l'écosystème technologique français n'est pas toujours bien identifié au Moyen-Orient. Pourtant, notre scène technologique en plein essor est l'une des plus innovantes et des plus dynamiques d'Europe et du monde. Elle compte aujourd'hui 10 "licornes" et vise les 25 d'ici 2022.

Q - À l'heure où de nombreux gouvernements se serrent la ceinture, l'Arabie saoudite a lancé des projets dans divers secteurs au cours des derniers mois, s'élevant à des billions de dollars. Voyez-vous de grandes opportunités pour les sociétés françaises ?

R - L'Arabie saoudite a fait le bon choix : c'est maintenant qu'il faut investir et préparer le monde post-Covid. La France est du même avis. Nous avons lancé un plan de relance et d'investissement de 100 milliards d'euros pour soutenir le développement économique à long terme de nos sociétés, tel que le développement des transitions vertes et numériques. Je note que la France et l'Arabie saoudite ont fait les mêmes choix pour l'avenir : nos priorités sont alignées. Les sociétés françaises trouveront donc d'importantes opportunités d'investissement dans ces secteurs de l'économie saoudienne.

Q - Les sociétés françaises investiront-elles dans certains de ces projets, tel que The Line à Neom, ou se considèrent-elles principalement comme des sous-traitants ?

R - Les sociétés françaises ont l'ambition d'être des partenaires majeurs dans les giga-projets, y compris Neom, et plus largement les projets de la mer Rouge, d'Amaala, de Qiddiya et d'AlUla. Ces projets d'une envergure unique servent de catalyseur aux investissements français dans de nombreux domaines, notamment les nouvelles technologies et les solutions innovantes, le tourisme et le divertissement, ainsi que les arts et la culture. Les résultats inégalés de nos fleurons industriels et technologiques parlent d'eux-mêmes. Nos sociétés offrent une gamme complète de compétences, depuis les premières étapes d'un projet jusqu'à sa réalisation finale. Elles ont l'habitude de travailler en partenariat avec des sociétés étrangères. Je suis donc très confiant dans leur capacité à répondre aux attentes du Royaume.

Q - Les initiatives "Saudi Green" et "Middle East Green" récemment annoncées appellent à coopérer pour lutter contre les défis environnementaux auxquels sont confrontés l'Arabie saoudite et la région dans son ensemble. En tant que ministre d'un pays qui a facilité l'accord historique de Paris sur le climat, quel est votre point de vue ?

R - Nous accueillons et soutenons l'initiative du prince héritier. Il est essentiel que l'Arabie saoudite devienne un modèle régional et mondial dans la lutte contre le changement climatique. La "Green Initiative" envoie un signal très positif dans la perspective de la prochaine COP26. Ces dernières années, la France s'est fortement engagée à rendre la mondialisation plus durable. Je crois que l'écologisation du commerce international est la clé pour atteindre cet objectif, d'où la nécessité de placer les considérations environnementales au coeur des règles multilatérales qui organisent le commerce. C'est une priorité que nous défendons à l'OMC avec nos partenaires européens.

Q - Selon le principal expert en énergie du PNUD, l'Arabie saoudite pourrait être le chef de file de la révolution énergétique de demain. Pensez-vous que l'expertise et le savoir-faire français joueront un rôle dans une telle révolution ?

R - Absolument. Le partenariat franco-saoudien dans le secteur de l'énergie est profondément ancré et la confiance mutuelle en termes d'expertise et d'innovation est élevée. Les sociétés et les chercheurs français travaillent d'arrache-pied pour développer avec leurs partenaires les technologies énergétiques de demain, qui nous permettront de placer la transition énergétique au coeur de la reprise économique mondiale, de notre diversification industrielle et de nos stratégies communes de décarbonisation massive de nos bouquets énergétiques. Par exemple, les entreprises françaises ont déjà connu un grand succès en accompagnant l'Arabie saoudite dans son plan ambitieux de développement massif des énergies renouvelables. De nombreux autres projets communs concrets sont à venir dans le domaine des énergies décarbonisées, car nous allouons en France des moyens colossaux pour écologiser notre économie.

Q - Peu de pays ont un ministre délégué au commerce extérieur et à l'attractivité économique. Quels sont, selon vous, les points forts de l'attractivité économique de la France ?

R - Le commerce extérieur et l'attractivité économique sont deux faces d'une même médaille : cela signifie que nous mettons en oeuvre un cadre favorable aux entreprises qui rend notre économie, et les sociétés basées dans notre pays, plus compétitives, innovantes et prêtes à conquérir le monde. Cette stratégie porte déjà ses fruits : en 2019, la France est devenue, pour la toute première fois le leader d'Europe pour les investissements étrangers entrants et est restée forte en 2020 malgré le choc mondial sur les IDE. Les investisseurs ont choisi la France en raison de ses actifs principaux : une situation géographique centrale à l'intérieur de l'UE, une main-d'oeuvre hautement qualifiée, une infrastructure de classe mondiale, une énergie disponible et peu coûteuse et un marché intérieur solide. La France est le premier pays d'Europe pour les IDE dans le domaine de la recherche et du développement et le secteur industriel : le plan "France Relance" de 100 milliards d'euros fera du pays la première économie et le premier écosystème d'innovation verts en Europe. Nous travaillons dur pour que les sociétés saoudiennes désireuses de se déployer en Europe choisissent la France comme siège social et comme centre de production.

Q - L'expertise française concerne traditionnellement les secteurs de l'énergie, de l'eau, des transports, de l'innovation, des nouvelles technologies et de l'aérospatiale, entre autres. Manque-t-il quelque chose dont l'Arabie saoudite pourrait bénéficier ?

R - Je suis convaincu que l'expertise française en matière d'offre de soins de santé et le dynamisme de l'écosystème des technologies de la santé pourrait grandement contribuer aux objectifs ambitieux du Royaume concernant le secteur de la santé et jeter les bases d'une relation durable entre nos deux pays. Je sais que nos entreprises souhaitent aller dans cette direction. La France est également l'un des premiers exportateurs mondiaux de produits agroalimentaires. Nos produits sont réputés pour leur grande qualité, tant gustative que sanitaire, ainsi que pour leur traçabilité. Enfin, en ce qui concerne les fortes ambitions de l'Arabie saoudite en matière de développement urbain, la France serait prête à partager davantage son expertise reconnue et ses meilleures technologies pour concevoir, construire et gérer des villes intelligentes et durables, tout en respectant des normes environnementales et de qualité élevées.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 13 avril 2021