Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur, à Europe 1 le 6 avril 2021, sur les dîners clandestins, la vaccination contre le coronavirus, les violences urbaines, la lutte contre le terrorisme et l'islamisme.

Texte intégral

SONIA MABROUK
Bienvenue à vous et bonjour Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

SONIA MABROUK
Vous excluez toute participation d'un ministre ou d'un secrétaire d'Etat à des dîners clandestins ?

GERALD DARMANIN
A ma connaissance, il n'y en a pas eu, mais je voudrais dire ici qu'il n'y a pas deux règles, la même règle pour tous existe en France, il y a autant de restaurants qui sont contrôlés dans tous les quartiers de Paris, dans toutes les villes de France, pas d'un côté les bourgeois qu'on laisserait continuer à festoyer, et puis de l'autre le peuple qu'on viendrait contrôler. C'est une règle qui s'applique à tous, c'est ce que je donne comme consigne aux policiers et aux gendarmes. Une enquête a été déclenchée suite au reportage de M6, mais à ma connaissance il n'y a pas de ministre.

SONIA MABROUK
A votre connaissance, c'est important, vous êtes l'homme le plus renseigné de France, en tant que ministre de l'Intérieur.

GERALD DARMANIN
Je ne sais pas si je suis l'homme le plus renseigné de France, en tout cas je peux vous dire qu'à ma connaissance il n'y a pas de ministre. Je voudrais simplement dire peut-être sur ce point, indépendamment évidemment des restaurants clandestins, des fêtes clandestines, qui sont des actes anti-citoyens, puisqu'ils participent à la propagation du virus, quand la quasi-intégralité des Français font attention, à quel point la rumeur est dure pour notre démocratie. Et Pierre DESPROGES disait dans un de ses sketches : « plus menteuse que la rumeur, tu meurs », mais je crois que vraiment on devrait réfléchir à cette idée que c'est le soupçon qui permet de condamner des gens et non pas la vérité. Et j'ai vu s'affoler sur les réseaux sociaux, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai commandé une enquête également, pour que les Français soient informés et soient sûrs de leur jugement, d'une continuité alors même que ce monsieur CHALENÇON continue à dire que ceci était de la blague et que finalement il avait menti…

SONIA MABROUK
Il s'est rétracté après l'ouverture d'une enquête.

GERALD DARMANIN
Voilà, pour se faire une fausse publicité, mais enfin je crois une publicité qui peut lui coûter cher. Je crois que cette rumeur continue à exister, et cette rumeur elle sape les fondements de la démocratie. Je dis à vos auditeurs et je dis à chacune et chacun d'entre nous, remplaçons, essayons de remplacer la réflexion par le réflexe, parce que c'est, cette rumeur elle vient je crois saper profondément la confiance que nous avons tous dans nos institutions.

SONIA MABROUK
Mais, Monsieur le Ministre, ce qui saperait les fondements d'une démocratie, ce serait un défaut d'exemplarité, vous dites qu'il n'en est pas question, mais on est d'accord qu'un tel défaut…

GERALD DARMANIN
Bien évidemment que s'il y avait quelqu'un qui, membre du gouvernement, participait à un dîner, je n'ai pas à prendre les décisions que prendraient le président de la République où le Premier ministre, mais je considérerais que personnellement il ne serait pas à la hauteur de sa fonction.

SONIA MABROUK
Sanctions et démission.

GERALD DARMANIN
Je ne suis pas le Premier ministre ni le président de la République, mais ça me paraîtrait juste.

SONIA MABROUK
Les Français, vous l'avez dit, sont, en tous les cas dénoncent un deux poids, deux mesures, certains dénoncent un Etat intransigeant quand il s'agit, Monsieur le Ministre, d'un honnête citoyen qui dépasse de quelques instants le couvre-feu, et un Etat permissif avec la France d'en haut qui s'acoquine justement dans des dîners clandestins.

GERALD DARMANIN
Eh bien c'est faux. La police intervient autant pour les dîners cachés des restaurants du 16ème arrondissement quand il y en a, et des barbecues dans les quartiers populaires. C'est faux. Je peux en témoigner tous les jours de ce travail. Je constate d'ailleurs que souvent ceux qui sont les plus réfractaires à l'autorité, c'est ceux qui sont les plus bourgeois, on va dire ça comme ça, qui disent « on a les moyens de payer » ou qui envoient balader les policiers, disant qu'ils ont des relations. Eh bien je peux vous dire, depuis que je suis ministre de l'Intérieur, je suis sûr que c'était le cas avant, qu'il n'y a pas deux types de police, selon que vous êtes grand ou misérable, comme disait LA FONTAINE. Le président de la République souhaite que ce soit les contrôles Covid, les contrôles stupéfiants, comme je l'ai fait lorsque j'étais en charge des impôts, pareil pour tout le monde. Voilà, donc c'est la même règle.

SONIA MABROUK
Est-ce que vous craignez que ça craque, qu'il y ait des débordements ?

GERALD DARMANIN
Ecoutez, ça fait un an que les Français, je trouve, dans une grande compréhension, avec un grand sens civique, respectent les règles qui sont difficiles : ne pas aller voir ses petits-enfants quand on est une grand-mère, ne pas vivre quand on est un jeune, ne pas pouvoir sortir plus qu'on ne peut le faire, je suis sûr que ça frustre les Français, que ça peut les énerver parfois, mais qu'ils le respectent franchement dans leur quasi-intégralité.

SONIA MABROUK
Ils le respectent, parce qu'il y a un horizon qui a été donné par le président, mi-mai, vous avez un impératif, vous y tenir ?

GERALD DARMANIN
Ils le respectent d'abord parce qu'ils sont des citoyens qui ont conscience d'habiter une même Nation, et que chaque geste de leur part, de fraternité, dit notre devise, est à respecter. Et puis oui, le président de la République a donné un horizon qui est le début de cet été, pour faire vite, grâce à la vaccination, et je veux dire à quel point tout le monde est mobilisé pour cette vaccination, j'ai encore ce week-end visitant à Marcq-en-Baroeul d'ailleurs, là c'était une clinique privée, et les collectivités locales en lien avec l'Etat, des vaccinations, 6 000 vaccinations dans ce vaccinodrome en un week-end, donc les choses avancent et j'espère qu'elles nous permettront tous de retrouver une vie normale.

SONIA MABROUK
Elles avancent, mais là encore, impression qu'il y a beaucoup de communication, d'images pendant le week-end, et puis qu'ensuite ça s'amenuise, ça s'amenuise, ça s'amenuise, lieu de vacciner, vacciner vacciner.

GERALD DARMANIN
Oh, ce n'est pas vrai, ce matin déjà, à 09h00 du matin, au Stade de France, je remercie les sapeurs-pompiers de Paris et de manière générale les sapeurs-pompiers vont ouvrir un grand vaccinodrome qui ouvrira à tous les jours, qui pourra faire 10 000 vaccins par semaine, c'est absolument énorme. Ce week-end à Lyon, moi je remercie l'Olympique lyonnais qui a laissé son stade ouvert également pour qu'on puisse vacciner par milliers des personnes. On voit que c'est… il y a 38 vaccinodromes ne serait-ce que par les sapeurs-pompiers, je sais que l'armée se mobilise également. Non, il y a une confiance à avoir aussi dans les vaccins, et notamment…

SONIA MABROUK
Et dans les doses, qu'elles suivent.

GERALD DARMANIN
Mais d'abord avant même les doses, si vous me permettez, il y a eu des vaccins dans ma région des Haut-de-France, par exemple ; pardon, des vaccinodromes qui ont fermé avant la fin officielle de la fermeture, alors qu'il restait des doses, parce qu'une partie des personnes ne voulait pas se faire vacciner par AstraZeneca. Donc là encore la rumeur. Voilà. Donc il faut absolument dire aux Français qu'il faut se faire vacciner, que tous les vaccins sont des bons vaccins. Moi dès que je le pourrai, dès que je ferai partie…

SONIA MABROUK
Difficile Monsieur le Ministre, après les atermoiements de ce même gouvernement sur l'AstraZeneca notamment.

GERALD DARMANIN
Ce n'est pas un atermoiement, c'était le rythme…

SONIA MABROUK
Mais là encore la confiance.

GERALD DARMANIN
Je ne le crois pas du tout, au contraire c'était une règle de précaution, lorsque les instances européennes, lorsque nos pays voisins, je rappelle que l'Allemagne avant nous avait suspendu pour vérifier le sujet du vaccin AstraZeneca, nous avons suspendu, et lorsque les Autorités sanitaires, les médecins, ont constaté qu'il n'y avait pas de problème, nous l'avons rétabli. Justement, ça devrait encourager les Français à voir que le gouvernement n'est pas dans la politique du chiffre ou dans la course de vitesse, mais ne joue pas avec leur santé. Ce vaccin est un bon vaccin.

SONIA MABROUK
Alors, peut-être êtes-vous dans les chiffres puisque depuis ce matin en tous les cas et après le week-end pascal c'est la fin d'une certaine tolérance pour les déplacements des Français, et malgré tout il y a eu quand même des verbalisations et des contrôles.

GERALD DARMANIN
Il y a eu plus de 100 000 contrôles, 103 000 contrôles ce week-end pascal, avec 10 500 verbalisations, essentiellement pour non-respect du couvre-feu après 19h00, c'était une consigne que j'avais donnée aux policiers et aux gendarmes, et aux regroupements de plus de 6 personnes. Permettez-moi d'ailleurs, parce qu'on passe souvent d'un événement à un autre, revenir sur ce qui s'est passé sur les quais à Lyon…

SONIA MABROUK
J'allais vous en parler, oui.

GERALD DARMANIN
Bon ben voilà, et la manifestation de Marseille. Les Français doivent savoir qu'avec la justice nous continuons ce travail, même lorsque médiatiquement on n'en parle plus. Et il y a eu des comparutions immédiates et des personnes condamnées à Marseille. Et par ailleurs on continue une enquête pour retrouver les organisateurs de cette manifestation. Plusieurs personnes ont été entendues, je laisserai le Parquet de Marseille communiquer plus précisément.

SONIA MABROUK
Oui, mais au moment même Gérald DARMANIN, pourquoi les policiers ont eu l'ordre d'intervenir, en retard ?

GERALD DARMANIN
Mais parce qu'une manifestation qui a plus de 6 000 personnes, non déclarée, avec des enfants de 3 ans, de 5 ans, de 7 ans, on n'envoie pas les CRS et de gendarmes mobiles pour appliquer le non-port du masque. Il faut rester proportionné. La première chose que doivent faire les policiers de la République, c'est protéger, y compris mais malgré eux-mêmes, les personnes. Donc moi je ne donne pas consigne de disperser des foules quand il y a des enfants de 3 ans ou 5 ans, qui sont dans cette foule. Les parents sont irresponsables, ceux qui l'ont organisée sont irresponsables, ceux qui doivent être poursuivis et condamnés sont les organisateurs, mais il faut savoir rester toutes proportions gardées. Ce que nous faisons, c'est nous luttons pour la vie. Et nous n'allons pas, sous prétexte que nous luttons pour la vie, en empêchant les rassemblements, faire charger les CRS sur des familles. Personne ne le comprendrait.

SONIA MABROUK
Il n'est pas question de cela, mais certains se sont étonnés du temps qui passait pendant la soirée au carnaval notamment à Marseille, alors que pour un contrôle généralement sur la route vous intervenez extrêmement rapidement et que l'amende tombe très vite.

GERALD DARMANIN
Non mais je pense qu'il ne faut pas avoir, tomber dans cette démagogie. Quand il y a 6 000 personnes non déclarées dans une manifestation, encore une fois avec des familles, qui par ailleurs une fois que nous pouvons faire des contrôles, pour une partie d'entre eux, puisqu'il y avait l'ultragauche qui était très présente, s'en prennent aux policiers à coups de jets de pierres, de pavés, de mobilier urbain, cassent des vitres, prennent des voitures pour s'en faire des barrages, alors qu'il y a des enfants juste à côté, je pense qu'il faut savoir rester proportionné, et c'est la grandeur me semble-t-il de la police de la République, de savoir qu'elle est la police du peuple et qu'elle n'intervient pas que pour faire respecter des règles, elle le fait pour protéger les citoyens en premier. Mais je voudrais vous dire qu'à Marseille, ces personnes sont aujourd'hui poursuivies et condamnées, je vais vous dire qu'à Lyon c'est la même chose, ces personnes sont poursuivies et condamnées. Je vois que par exemple les deux organisateurs du rassemblement des quais de Saône seront jugés le 27 avril prochain, et ils ont été placés sous contrôle judiciaire et ils risquent un an de prison ferme. Je pense qu'il faut dire aux Français que nous poursuivons évidemment ces responsables.

SONIA MABROUK
Et pendant ce temps, bien sûr, mais Gérald DARMANIN, les policiers sont sur-sollicités sur différentes missions. Vous étiez hier avec le Premier ministre à Creil et à Méru où malgré les renforts, les policiers subissent des guet-apens avec tirs de mortier, certains disent qu'il y a une impuissance de l'Etat face à tous ces scénarios qui se répètent.

GERALD DARMANIN
Alors, ça c'est faux.

SONIA MABROUK
Ils se répètent.

GERALD DARMANIN
S'il y a aujourd'hui des violences urbaines, il y en a eu ce week-end aussi à Evreux, par exemple, c'est parce que la police de la République, sur l'ordre du président de la République, fait un travail extrêmement important de lutte contre les trafics de stupéfiants. Et quand vous dérangez des points de deal, c'est ce qui s'est passé à Creil, c'est ce qui s'est passé à Méru, c'est ce qui se passe à Evreux, lorsque vous dérangez des points de deal qui rapportent entre 40 000 et 50 000 € d'argent liquide par jour, et que vous faites des saisies records, et que vous mettez dans des fourgons de police, des délinquants, il y a une réaction, parce que c'est de l'argent facile. Et je suis venu dire hier avec le Premier ministre à Creil, non seulement que nous continuons ce travail et que nous les encourageons, on y a mis à disposition des CRS par exemple, mais surtout c'est toujours la République, la police qui va gagner à la fin et pas les trafiquants.

SONIA MABROUK
Oui, mais est-ce que c'est la justice ? Que répondez-vous à ceux dans l'opposition qui dénoncent un laxisme judiciaire et qui expliqueraient que ces agresseurs, ces délinquants n'aient pas du tout peur de la sanction, qu'il y aurait une impunité ?

GERALD DARMANIN
Je pense que c'est faux. Je pense qu'on doit…

SONIA MABROUK
Pas de laxisme judiciaire.

GERALD DARMANIN
Non, je ne crois pas.

SONIA MABROUK
Toutes les peines prononcées sont appliquées ?

GERALD DARMANIN
Moi je ne critique jamais, comme vous le savez, des décisions de…

SONIA MABROUK
Est-ce que toutes les peines prononcées sont appliquées Monsieur le Ministre ?

GERALD DARMANIN
Mais moi je ne suis pas le garde des Sceaux, je suis sûr que l'administration de la justice elle a affaire…

SONIA MABROUK
Mais est-ce que vous avez une politique en cohérence avec le garde des Sceaux ?

GERALD DARMANIN
L'administration de la justice, elle a affaire à un manque criant de moyens, on le sait, depuis des dizaines d'années, et c'est notre gouvernement qui l'augmentons de quasi 10% son budget. Et il y a chez les policiers et les gendarmes parfois des manques de preuves lorsqu'ils arrêtent des personnes, parce qu'il n'y a pas assez d'images de caméras de vidéo-protection. Hier à Creil dans le quartier où nous sommes allés, moins de 2 caméras pour quasiment 5 000 habitants, on voit bien que c'est difficile ensuite pour retrouver les personnes la nuit, qui sont cagoulées, et il faut effectivement que les maires mettent des caméras de vidéo-protection. Nous équipons à partir du 1er juillet, à la demande du président, tous les policiers et tous les gendarmes de caméras piétons, qui nous aideront évidemment à interpeller et pouvoir faire condamner les personnes. Nous augmentons le nombre d'officiers de police judiciaire qui permettent de faire des enquêtes. Nous augmentons le nombre de policiers, plus de 10 000, et partout dans les commissariats de France, il y a plus de policiers aujourd'hui, et le président de la République aura l'occasion d'en reparler sans doute dans le cadre du Beauvau de la sécurité. On doit avoir une meilleure police, mieux formée, mieux équipée, pour que la justice puisse mieux condamner.

SONIA MABROUK
Il y a aussi le renseignement, sur le front de la lutte anti-terroriste, la garde à vue des 5 femmes interpellées à Béziers a été prolongée. Une jeune femme de 18 ans est la principale suspecte. C'était une menace sérieuse qui visait des églises lors des fêtes de Pâques ?

GERALD DARMANIN
Très certainement. La DGSI, et je voudrais l'en remercier, par ses renseignements et son travail, sous l'autorité judiciaire d'ailleurs, le juge des libertés et de la détention, puis aujourd'hui le Parquet national antiterroriste, qui communiquera s'il en a envie, a eu me semble-t-il raison, à la fois de travailler comme il l'a fait et de prémunir ce qui s'est passé ce week-end, un week-end pascal en paix pour nos compatriotes chrétiens, je pense aussi à nos compatriotes juifs et à nos compatriotes musulmans dans quelques jours, à l'heure du ramadan, et je pense que notre devoir c'est de continuer à dire aux Français que le risque terroriste est très grand dans notre pays, malgré de Covid, malgré les restrictions, et que c'est d'autant plus admirable de la part de la police que de continuer à travailler comme elle le fait, pour nous protéger et à nous déjouer des attentats.

SONIA MABROUK
Mais une question sur l'islam politique et l'islam radical, vous avez demandé Gérald DARMANIN à ce que l'association Millî Görü?, au coeur de la polémique liée au financement de la plus grande mosquée d'Europe à Strasbourg, soit exclue des assises territoriales de l'islam, qui vont être organisées. C'est tout ?

GERALD DARMANIN
Eh bien d'abord, madame, ce que nous faisons c'est que nous rejetons de l'arc républicain, ceux qui n'ont pas voulu signer la charte des valeurs. Et c'est-à-dire que toutes les associations qui n'ont pas voulu reconnaître que la loi de la République est supérieure à leur loi, que l'égalité entre les femmes et les hommes n'est pas négociable, ne doivent plus faire partie des instances représentatives de l'islam de France.

SONIA MABROUK
Et vous trouvez que c'est une sanction à la hauteur de ce qui leur est reproché ?

GERALD DARMANIN
D'abord c'est une structure très importance, parce que ça veut dire qu'ils sont sortis de la représentation de l'islam de France. Deuxièmement, quand la loi séparatisme sera adoptée, cette semaine au Sénat se termine cette discussion, nous pourrons nous opposer à la vente de lieux de culte à des Etats étrangers, nous pourrons nous opposer à des financements étrangers pour ces associations, nous pourrons dissoudre ou suspendre ces associations…

SONIA MABROUK
C'est ça l'objectif, c'est la dissolution de cette association ?

GERALD DARMANIN
L'objectif c'est que les ennemis la République, ceux qui s'opposent aux valeurs de la République, ne puissent plus continuer à vivre en France…

SONIA MABROUK
Donc l'objectif de Gérald DARMANIN, par exemple, par rapport à cette association Millî Görü?, c'est sa dissolution ?

GERALD DARMANIN
Moi je ne juge les gens que sur les faits, comme je l'ai fait sur BarakaCity…

SONIA MABROUK
Vous n'en avez pas assez ?

GERALD DARMANIN
Quand je l'ai fait…

SONIA MABROUK
Des faits.

GERALD DARMANIN
En tout cas…

SONIA MABROUK
Je vous pose la question.

GERALD DARMANIN
Comme je l'ai fait BarakaCity, comme je l'ai fait sur le CCIF par exemple, comme je l'ai fait sur les Loups gris à la demande du président de la République. Donc voilà, je ne suis pas dans la politique de la rumeur, pour reprendre le début de notre conversation, mais ce qui est certain, c'est que d'abord, avant qu'on demande des responsabilités à l'Etat, demandons aux collectivités locales d'être responsables. Et je redis encore une fois, que je regrette profondément qu'après toutes les alertes, qu'après tous les débats, qu'après tous les avertissements, la mairie de Strasbourg, verte, continue à financer cette association.

SONIA MABROUK
Mais ils vous reprochent la même chose, cette association. Est-ce que vous-même, l'Etat je veux dire, a toujours été au clair avec cette association ? Un article de Libération mettait en avant une autorisation d'ouverture d'une école accordée en 2019, et des contrats de subvention en 2020. Vous le réfutez ?

GERALD DARMANIN
Mais non, je ne le réfute pas, mais qu'est ce qui s'est passé entre-temps ? C'est quand même très…

SONIA MABROUK
Avant ils respectaient l'égalité hommes-femmes, ils respectaient les lois de la République ?

GERALD DARMANIN
Avant, personne ne leur avait demandé de signer la charte du président de la République, et donc je peux vous dire que l'instruction a été donnée, qu'aucun financement ne concerne plus ces associations. Je peux vous dire par ailleurs, avec la plus grande fermeté, que nous avons prévenu à la maire de Strasbourg, que la préfète elle-même, elle a communiqué d'ailleurs, a prévenu la maire de Strasbourg, et je regrette une nouvelle fois, qu'après toutes ces alertes, une association qui ne signe pas cette charte, avec des propos incroyables du président ERDOGAN sur la France et sur le président de la République, avec ce que nous savons de l'islam politique, et parfois des ingérences étrangères sur notre sol, la mairie verte de Strasbourg continue à souhaiter financer ce lieu de culte.

SONIA MABROUK
Merci Gérald DARMANIN d'avoir été notre invité ce matin sur Europe 1.

GERALD DARMANIN
Merci à vous.

SONIA MABROUK
Et bonne journée à vous et à nos auditeurs.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 16 avril 2021