Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sur la coopération spatiale entre la France et l'Inde, à Bangalore le 15 avril 2021.

Texte intégral

Monsieur le Président de l'Organisation indienne pour la recherche spatiale (Indian Space Research Organisation),
Monsieur le Directeur du Centre spatial,
Madame la Directrice du programme des vols habités,
Monsieur le Secrétaire scientifique,
Mesdames et Messieurs,


La coopération spatiale est l'un des piliers historiques de notre partenariat, puisque le premier accord spatial entre la France et l'Inde date de 1964 ! Mais c'est aussi, assurément, l'un des domaines où se joue l'avenir de ce partenariat. C'est pourquoi je suis très heureux d'être ici avec vous ce matin, au Centre des vols spatiaux habités.

La force de notre coopération, c'est la force de la complémentarité, autour d'objectifs parallèles et convergents, puisque nos deux pays ont bâti leur capacité spatiale sur la même volonté d'indépendance.

Indéniablement, l'Inde est devenue une grande puissance spatiale technologique. Et je sais que le Premier ministre Modi a lancé de grandes réformes pour faire de votre pays aussi une puissance spatiale économique. Ne doutez pas que la France est aussi prête à vous aider, à vous accompagner à franchir ce nouveau cap.

Nous pouvons être fiers d'avoir d'ores et déjà établi des partenariats dans la quasi-totalité des domaines de l'activité spatiale. Ces collaborations pionnières sont des atouts très concrets pour relever les grands défis du XXIe siècle.

Je pense au défi climatique, puisqu'au moment de la signature de l'Accord de Paris, nos deux pays disposaient déjà de deux satellites opérationnels, développés et exploités en commun, qui fournissent au quotidien des informations pour la recherche climatique.

Depuis, cette flotte s'est encore renforcée et vous lancerez cette année le satellite océanographique OCEANSAT 3 qui emportera à son bord la mission ARGOS 4 du CNES.

Par ailleurs, le futur satellite franco-indien TRISHNA d'observation infrarouge thermique est en cours de développement à Toulouse et ici, à Bangalore. Il permettra pour la première fois de mesurer en continu et avec une précision inégalée la température de surface sur l'ensemble de la planète.

J'ai parlé du défi climatique, je pense aussi au défi de la sécurité, puisque notre programme conjoint de surveillance maritime va entrer dans sa phase opérationnelle dès cette année, avec l'installation en Inde d'installations dédiées.

Les équipes du CNES, du Commandement de l'espace et de l'ISRO ont également entamé des discussions dans la perspective d'un partenariat renforcé à l'égard de la sécurité.

Et je pense aussi au défi de l'exploration scientifique de l'espace.

À ce sujet, je suis très heureux d'annoncer aujourd'hui la participation de la France au formidable programme GAGANYAAN, qui s'inscrit dans le sillage des grandes explorations qui ont jalonné l'Histoire de l'humanité.

Mais, aujourd'hui, je voudrais surtout vous parler du futur de notre coopération. Par le passé, nous avons toujours su avoir un coup d'avance, et je vous remercie d'avoir cité M. Jean-Yves Le Gall comme témoin de ce partenariat, et c'est donc en regardant vers l'avenir que nous resterons vraiment fidèles à notre histoire commune.

Je pense aux technologies des lanceurs réutilisables.

Je pense aux futures missions indiennes d'exploration planétaire.

Et je pense, au-delà de ce que nous allons faire ensemble sur GAGANYAAN, à la conception et au déploiement de la future station spatiale indienne.

Trois chantiers me semblent prioritaires pour écrire la suite de cette aventure collective.

D'abord, les rapprochements entre nos industriels du secteur spatial.

Des discussions sont en cours. Car il est clair que c'est l'union qui fera la force pour asseoir la compétitivité de nos acteurs sur les nouveaux marchés.

Ensuite, l'approfondissement de la vocation indopacifique de notre partenariat spatial.

Je sais que l'ISRO [Organisation indienne pour la recherche spatiale] a signé un accord de coopération avec l'agence spatiale australienne. Nous avons nous-mêmes de nombreuses coopérations en cours avec l'Australie. Je pense important d'inviter nos gouvernements à examiner les possibilités d'un tel rapprochement stratégique que vous pourriez ensuite décliner au sein de nos agences spatiales. Je suis particulièrement attaché à ce sujet.

Enfin, la protection de nos infrastructures face aux menaces nouvelles.

Nos deux pays ont récemment conduit des réformes d'envergure dans le domaine de la sécurité spatiale. La coopération spatiale civile peut servir de modèle à la mise en place d'une coopération spatiale militaire entre la France et l'Inde. Je souhaite donc qu'un Dialogue stratégique spatial puisse se nouer entre nos deux gouvernements. C'est essentiel, pour faire converger nos positions au plan stratégique et politique, comme nous le faisons déjà dans d'autres domaines de la sécurité et de la défense.

Voilà, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, les points les plus importants que je voulais évoquer avec vous pour inscrire pleinement notre coopération spatiale historique dans un XXIe siècle riche de défis mais aussi riche en opportunités nouvelles pour nos coopérations.

Je vous remercie.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 19 avril 2021

Thématiques :