Interview de M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme, aux Français de l'étranger et à la francophonie, à France 2 le 3 mai 2021, sur les élections régionales et le déconfinement.

Intervenant(s) :

Prononcé le

Texte intégral

CAROLINE ROUX
Bonjour Jean-Baptiste LEMOYNE.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Bonjour.

CAROLINE ROUX
Merci d'avoir accepté notre invitation ce matin. Je le disais, je le rappelais, vous êtes issu des rangs de la droite. Pourquoi signer un accord avant le premier tour, en général, c'est entre les deux tours que ça se passe, quel est le but de l'opération ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais vous savez, il faut se présenter devant les électeurs en étant clair. Eh bien, là, Renaud MUSELIER, Sophie CLUZEL, la majorité présidentielle, la majorité régionale sont claires, et disent ce pour quoi ils s'engagent, construire un projet au service des habitants de la région Sud, et un projet qui soit un projet de rassemblement, vous savez, moi, effectivement, j'étais le premier parlementaire républicain à soutenir Emmanuel MACRON, c'était en 2017, et je l'ai fait parce que j'ai bien vu qu'il avait cette énergie et cette envie sincère de faire bouger les lignes et de prendre les bonnes volontés, de prendre les gens qui avaient envie de redresser la France ensemble, et ça passe effectivement indépendamment, je dirais, des engagements anciens, passés, aujourd'hui, on est face à une crise, une crise majeure, et il y a besoin de reconstruire, et pour ça, on y va ensemble…

CAROLINE ROUX
C'est étonnant, vous ne parlez pas du Rassemblement national ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais écoutez…

CAROLINE ROUX
Le sujet, ce n'est pas ça ? Le sujet, ce n'est pas de s'unir avant le premier tour pour faire barrage au Rassemblement national en PACA ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Il y a l'idée, naturellement, de pouvoir continuer à faire en sorte que cette région Sud, elle soit dirigée par des mouvements qui soient des mouvements authentiquement républicains, qui ne cherchent pas à surfer sur les inquiétudes, mais qui apportent des réponses, des solutions, et aujourd'hui, il y a cet enjeu qui est effectivement de faire en sorte que le Rassemblement national, prétendu Rassemblement national, qui en réalité surfe sur les dissensions nationales, eh bien, ne soit pas en mesure, encore une fois, de gagner sur, eh bien, des craintes, sur des peurs, mais au contraire, nous, on veut apporter des solutions.

CAROLINE ROUX
D'accord, est-ce que c'est le nouveau front républicain ? Vous savez comment il vous appelle Thierry MARIANI ? Il vous appelle, avant, on parlait d'UMPS, etc, maintenant, on parle de : Les Républicains En marche.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais vous savez, je crois que, encore une fois, ce qui compte, c'est aller au résultat, les Français, ce qu'ils veulent, c'est de l'efficacité ; regardez, on a une droite qui éructe et qui pourtant n'a pas été capable de voter les augmentations de policiers, de matériels que nous apportons à nos policiers, et donc ce qui compte, ce n'est pas encore une fois d'agiter des peurs, c'est d'aller au résultat, et avec la majorité présidentielle, autour du président de la République, autour de Jean CASTEX, qui, lui aussi, est issu de cette droite, gaulliste social, eh bien, on est là pour aller au résultat. Les Français…

CAROLINE ROUX
Il y en aura d'autres des accords comme ça, dans la présidentielle, là, en tout cas, pour les régionales, est-ce qu'il y en aura d'autres, et est-ce que ça préfigure de ce qui peut se passer en 2022 ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Vous savez, pour aller sur un rassemblement, il faut être deux, il y a la volonté sincère de la majorité présidentielle, en tous les cas, d'être constructive, de pouvoir, pour les territoires, apporter des réponses, mais encore faut-il qu'il y ait de l'autre côté des élus qui, même s'ils n'ont pas forcément le même engagement au départ, se disent que, oui, il y a un intérêt local, il y a un intérêt régional, vous savez, j'ai été maire d'une commune, dans mon conseil municipal, il y avait des gens qui étaient issus de toutes formations politiques, et pourtant, on arrivait à se mettre d'accord sur l'essentiel, et là, c'est pareil pour une région, ce qui compte, c'est faire en sorte que, eh bien, les trains arrivent à l'heure, que les lycées soient bien gérés, et donc pour cela, eh bien, nous avons à notre actif un certain nombre de succès au niveau national, et on veut participer à la réussite des territoires, mais nous avons aussi beaucoup de listes qui sont sur le terrain, je pense à Denis THURIOT par exemple en Bourgogne Franche-Comté, il a réussi à Nevers, eh bien, il va faire réussir la région Bourgogne-France-Comté…

CAROLINE ROUX
Il y en aura d'autres des accords comme celui-ci, c'était la question, à votre avis, il y en aura d'autres, il faut qu'il y en ait d'autres, vous le souhaitez ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Ecoutez, on verra, une haie après l'autre, aujourd'hui, le contexte de la région Sud fait que ces volontés se sont retrouvées, l'avenir…

CAROLINE ROUX
La droite a retiré l'investiture, les Républicains ont retiré l'investiture à Renaud MUSELIER, est-ce que vous appelez LR à ne pas présenter de candidat face à Renaud MUSELIER ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Je crois surtout que la droite en retirant son soutien à Renaud MUSELIER, elle perd le Sud, mais je crois que surtout Christian JACOB, il perd le Nord et la Boussole républicaine de Jacques CHIRAC, voilà, parce que Jacques CHIRAC, il a toujours été clair dans ses engagements, effectivement, il y a eu ce combat contre le Rassemblement national, eh bien, aujourd'hui, on voit que, finalement, il y a une droite qui n'est pas au clair, et il y a une droite qui quelque part diabolise même ses propres élus, qui sont dans des logiques constructives de fédération, parce que, vous savez, moi, il se trouve que je connais naturellement pas mal d'élus dans la région Sud, ce qu'ils nous disent, c'est : mais qui sont-ils dans ces états-majors pour nous donner des leçons, nous savons ce qui est bon pour notre région.

CAROLINE ROUX
Vous demandez à Christian JACOB de se faire hara-kiri avec le sourire, quoi.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Du tout.

CAROLINE ROUX
Un peu quand même…

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Du tout, il n'y a pas à se faire hara-kiri, le fait de se dire : on veut faire réussir la France à travers ses territoires, ça veut dire qu'on peut trouver un certain nombre, tout simplement, d'accords pour faire rebondir nos territoires.

CAROLINE ROUX
Jean-Baptiste LEMOYNE, le nouveau patron de la droite, c'est Emmanuel MACRON ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Le président de la République, vous savez, il s'inscrit au-dessus de tout ça, clairement, il est là pour fédérer des gens qui viennent de la sociale démocratie, je pense à Jean-Yves LE DRIAN avec lequel je travaille au quotidien, des gens qui viennent de la droite, des gens qui viennent du centre, des gens qui viennent de la société civile et qui n'avaient pas d'engagement partisan, et ça, c'est très important, parce que, du coup, on est là tout simplement pour réunir toutes celles et tous ceux qui veulent faire réussir la France…

CAROLINE ROUX
Ce que j'entends, c'est que vous ne parlez plus de La République En Marche, mais vous parlez de la majorité présidentielle, ça va âtre ça le prochain sujet : fédérer autour du président, y compris des gens qui viennent de la droite, surtout des gens qui viennent de la droite ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Mais voilà, parce que nous, il y a cet arc-en-ciel des sensibilités, mais on est tous unis derrière une chose, encore une fois, faire réussir la France, la France, elle est rentrée dans la crise avec, justement, en étant première en termes d'attractivité, en luttant contre le chômage, eh bien, on va continuer…

CAROLINE ROUX
Mais elle n'est pas sortie de la crise sanitaire, la France, vous êtes le secrétaire d'Etat au Tourisme, je le rappelais, que va changer le nouveau calendrier de déconfinement dans le secteur du tourisme, en gros, à quand aussi le retour des touristes étrangers en France ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Eh bien, écoutez, dès le 9 juin, nous serons heureux de pouvoir accueillir un certain nombre de touristes internationaux, le président de la République l'a dit, il s'est d'ailleurs adressé aux Américains sur une de leurs chaînes, parce que le tourisme, c'est un moteur de nos territoires, également, la France, elle est première en matière d'attractivité internationale touristique, parce que nous avons des paysages formidables, parce que nous avons cet art de vivre, et donc ça va être, eh bien, je crois, le retour aussi du sourire pour un certain nombre de prestataires touristiques qui ont beaucoup souffert, on a été à leurs côtés…

CAROLINE ROUX
Vous imaginez un été normal ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Ça va être un été où il faudra toujours rester prudent, parce que, encore une fois, il faut être instruit de ce qui s'est passé, on a la vaccination, donc ça va aider, et les professionnels du tourisme, surtout, ils se sont préparés très minutieusement avec des protocoles sanitaires, et ça, c'est important, ça va garantir le succès de l'été…

CAROLINE ROUX
Est-ce que vous invitez les Français, Jean-Baptiste LEMOYNE, à préférer la France cet été ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
C'est vrai que le secrétaire d'Etat au Tourisme, eh bien, il dit aux Français que l'été bleu blanc rouge, c'est pas mal, parce que, vous savez, on peut faire le tour du monde en faisant le tour de France, tellement, il y a cette diversité, à la fois les littoraux, la montagne, un certain nombre de trésors dans toutes nos villes, donc il y a cette capacité, il y en a pour toutes les bourses, il y en a pour tous les souhaits, et donc, eh bien, regarder la France de près effectivement, c'est aussi quelque part en solidarité avec tous ces prestataires touristiques qui ont tant souffert et qu'on a tant aidés aussi…

CAROLINE ROUX
Mais il y a certains épidémiologistes quand même qui vous rappellent à l'ordre et qui disent que, au moment de la vraie réouverture, enfin, de la réouverture du 19 mai, la moitié de la population française n'aura pas reçu la première dose, donc il faut quand même se projeter dans un été sous vigilance ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Prudence, prudence, il faut toujours être prudent, effectivement, parce que, il ne faut pas remettre, je dirais, en question ces avancées, on est à 4 pas de cette libération totale, si je puis dire, 3 mai, 19 mai, 9 juin, et puis, 30 juin, à chaque fois, c'est par les précautions que chacun prendra, continuera à avoir qu'on reconquerra toutes ces libertés…

CAROLINE ROUX
En gros, il ne faut pas refaire l'été de l'année dernière, c'est ça ou pas ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Il y a une grande différence par rapport à l'été dernier, nous avons le vaccin, il n'existait pas, et donc je crois que ça permet de travailler sereinement, mais encore une fois, restons toujours prudents.

CAROLINE ROUX
Avec un pass sanitaire dans la poche.

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Avec ce certificat sanitaire qui permettra de reprendre une mobilité en Europe et dans le monde, dans les meilleures conditions sanitaires, là aussi, vous savez, il était important d'avoir un outil, on y est arrivé, on voit que l'Europe, en quelques semaines, elle y est arrivée, il y a tellement parfois le procès qui est fait à l'Europe qui n'avance pas, eh bien, là, je crois qu'elle fait la preuve qu'elle avance…

CAROLINE ROUX
Vous vous occupez des Français de l'étranger, est-ce que vous les vaccinez aussi ?

JEAN-BAPTISTE LEMOYNE
Alors tout à fait, un certain nombre d'entre eux sont déjà vaccinés dans le cadre des pays de résidence dans lesquels ils sont, on pense à l'Union européenne, mais il y a des pays dans lesquels c'est plus compliqué, et donc c'est ainsi que ce matin est arrivé à Madagascar, eh bien, un lot de plusieurs milliers de doses pour nos compatriotes établis à Madagascar, mercredi, ce sont plusieurs milliers de doses qui partent pour nos compatriotes qui sont établis en Inde, et on veille ainsi à ce que personne ne soit laissé de côté, les Français de l'étranger, ce sont des Français à part entière et pas à part.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Jean-Baptiste LEMOYNE d'avoir été notre invité.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 4 mai 2021