Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, à France Info le 7 mai 2021, sur l'annonce de sa candidature LREM au premier tour des élections régionales en Provence Alpes Côte d'Azur.

Texte intégral

MARC FAUVELLE
Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. Vous étiez jusqu'à dimanche la candidate de la République en Marche en Provence-Alpes-Côte d'Azur pour les régionales du mois prochain, jusqu'à ce que le Premier ministre Jean CASTEX annonce votre retrait en faveur du candidat des Républicains Renaud MUSELIER. Depuis la droite, ça je crois que tout le monde l'a compris, se déchire sur cette alliance. C'était bien l'objectif ?

SOPHIE CLUZEL
L'objectif était de pouvoir répondre à cette main tendue que Renaud MUSELIER avait fait mercredi dernier. Le Premier ministre a pris la parole en tant que chef de file de la majorité présidentielle et a parlé de cette alliance possible, justement pour construire un projet pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur avant le premier tour dans la clarté. Force est de constater, et vous l'avez très bien dit, que depuis ç'a déchaîné quelques ego masculins avec des invectives, avec une violence absolument stupéfiante. Moi je parle plutôt même d'un combat de coqs parisien auquel on a eu droit, qui est un très mauvais spectacle qu'ils ont donné.

MARC FAUVELLE
Vous pensez que c'est parce que vous êtes une femme que la droite est en train d'exploser sur cette question ?

SOPHIE CLUZEL
Non. Je pense juste qu'il y aurait besoin plus de femmes en politique. Ça, c'est certain. Parce que là, ce que nous avons vu, c'est tout simplement une espèce d'apparatchiks parisiens, soi-disant des LR qui ont totalement fait des invectives, des insultes. Vous aurez remarqué que pendant cinq jours, moi je me suis tue mais j'ai continué à travailler. J'ai continué à travailler sur mon programme pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur avec mes équipes. Un programme qui se construit tout simplement pour être prêt pour la relance. C'est ça qui m'importe.

MARC FAUVELLE
Ça veut dire que vous êtes à nouveau candidate, Sophie CLUZEL ?

SOPHIE CLUZEL
Mais je suis candidate, oui, de la majorité présidentielle. Bien sûr. Je travaille avec mes équipes. Je suis candidate et la majorité présidentielle sera représentée au premier.

MARC FAUVELLE
Ça, c'est irrévocable, ça ne changera plus.

SOPHIE CLUZEL
Ça ne changera plus. La majorité présidentielle sera représentée au premier tour. Et je continue à travailler avec les équipes. J'ai une équipe formidable. Je vous rappelle quand même que j'ai un comité de soutien avec Sylvie BRUNET, présidente du comité de soutien, députée européenne, femme engagée qui connaît très bien la région, qui a énormément travaillé sur l'apprentissage. Et pourquoi je vous parle de l'apprentissage ? Parce que c'est un sujet majeur que je porterai dans mon projet justement pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

MARC FAUVELLE
Cette liste, Sophie CLUZEL, elle ira donc jusqu'au bout. Elle n'a pas vocation à se retirer avant le premier tour.

SOPHIE CLUZEL
La majorité présidentielle sera représentée au premier tour. Je veux que ce soit très clair. Avec un projet : un projet pour la région, il n'y a que ça qui m'importe. Aujourd'hui nous devons répondre aux attentes des habitants. Le président de la République a tracé un chemin, un chemin d'ouverture. Nous y travaillons. L'accélération de la vaccination, la préparation des protocoles pour la réouverture des restaurants, du tourisme, de la culture, du sport, l'accompagnement de nos entrepreneurs.

MARC FAUVELLE
Pour les restaurants, c'est raté un puisque les régionales ont lieu après la réouverture.

SOPHIE CLUZEL
Les terrasses. Non, les terrasses seront ouvertes.

MARC FAUVELLE
Oui. Donc le protocole sera…

MARC FAUVELLE
Et donc il sera important de pouvoir justement travailler sur les terrasses en plein soleil dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

MARC FAUVELLE
C'est important en PACA et ailleurs. Vous avez raison de le souligner Sophie CLUZEL. Cette liste, est-ce qu'elle a vocation à rassembler uniquement des Marcheurs ou est-ce que les élus de droite sont les bienvenus ?

SOPHIE CLUZEL
La majorité présidentielle. La majorité présidentielle sera bien représentée dans ce dialogue et dans cette ouverture que j'ai toujours prônée. C'est ce que je prône depuis quatre ans. Depuis quatre ans au gouvernement, je travaille sur cette société inclusive, s'enrichir des différences, travailler en complémentarité avec les différences. Donc elle est toujours d'ouverture ma liste, c'est indéniable.

MARC FAUVELLE
Mais l'ouverture jusqu'où ?

SOPHIE CLUZEL
L'ouverture jusqu'à toutes les forces démocratiques, progressistes, qui ont envie de travailler avec leurs compétences et sur ma liste. Je ne peux pas être plus claire.

MARC FAUVELLE
Y compris des hommes ou des femmes de droite.

SOPHIE CLUZEL
Mais y compris des hommes et des femmes qui portent les valeurs que je porte. C'est-à-dire des valeurs de rassemblement, des fédérations…

MARC FAUVELLE
Vous n'arrivez plus à prononcer le mot « droite ».

SOPHIE CLUZEL
Ecoutez, la droite, il y a de la droite dans la majorité présidentielle. Il y a des gens qui sont issus de la droite, du centre droit, du centre gauche, de la gauche. Je pense que c'est cette pluralité que représente la majorité présidentielle et je suis très fière d'en faire partie.

MARC FAUVELLE
Un exemple tout simple si vous le permettez. Le maire de Nice Christian ESTROSI qui vient d'annoncer qu'il quittait Les Républicains, est-ce qu'il est bienvenu chez vous ?

SOPHIE CLUZEL
Mais le maire de Nice a très bien exprimé son intention. Enfin même plus que son intention parce que son départ de la famille des Républicains qu'il estime ne pas porter les valeurs qui pour moi, en effet, ne sont plus les valeurs du parti que Jacques CHIRAC a fondé. Donc c'est son opinion, il l'a exprimée. C'est très bien. Eh bien travaillons avec les compétences comme tout un chacun. Je parle bien sûr à Christian ESTROSI, je parle à Hubert FALCO comme je parle à tous les gens de la société civile qui m'ont rejoint, qui nous soutiennent. J'ai un beau comité de soutien. J'ai tous mes collègues autour de moi. J'ai Joël GIRAUD, j'ai Christophe CASTANER, Frédérique VIDAL.

MARC FAUVELLE
On ne va pas tous les citer.

SOPHIE CLUZEL
Ils sont tous là.

MARC FAUVELLE
On ne va pas tous les citer. Est-ce que vous parlez aussi, Sophie CLUZEL, à Renaud MUSELIER ? Est-ce que vous avez pris votre téléphone ces derniers jours ? Il a dit qu'il était prêt à vous prendre sur ses listes à condition que vous quittiez le gouvernement. Est-ce que vous avez envisagé de le faire aussi ?

SOPHIE CLUZEL
Est-ce que vous ne trouvez pas que c'est contraire à mon ADN de porter des conditions d'exclusion alors que je prône une société inclusive et de s'enrichir des différences ?

MARC FAUVELLE
C'est-à-dire ?

SOPHIE CLUZEL
C'est-à-dire que je ne demande à personne d'avoir des conditions pour rentrer sur ma liste moi aujourd'hui. A personne.

MARC FAUVELLE
Vous n'avez pas envisagé une seule seconde de quitter le gouvernement pour rejoindre Renaud MUSELIER ?

SOPHIE CLUZEL
Je pense que ce n'est pas du tout ma façon de travailler. Je ne pose des conditions à personne. Encore une fois, moi je travaille en m'enrichissant des différences, pas en posant des conditions pour ci, pour là. Mais je trouve surtout que ces conditions, elles ont été posées par les apparatchiks parisiens donc il faudrait aussi se détacher de cette ligne de conduite en permanence, d'aller chercher ses ordres à Paris.

MARC FAUVELLE
Renaud MUSELIER aujourd'hui est un partenaire ou un adversaire politique ?

SOPHIE CLUZEL
Aujourd'hui Renaud MUSELIER porte une liste.

MARC FAUVELLE
Ça, on est d'accord.

SOPHIE CLUZEL
Moi je vous dis que la majorité présidentielle sera représentée. Je porte et nous portons un projet, un projet pour la région. Il y a des complémentarités, certes, et il y a un bilan qui existe, certes. Moi je veux aller plus vite et plus fort.

MARC FAUVELLE
Un bilan de Renaud MUSELIER par exemple qui est bon pour la région PACA ou pas ?

SOPHIE CLUZEL
Alors le bilan, moi je ne regarde jamais dans le rétroviseur en permanence.

MARC FAUVELLE
Bon. Alors est-ce qu'il a un bon projet ?

SOPHIE CLUZEL
Mais c'est mon projet qui compte, OK ? Mon projet, il s'appuie sur quoi ? La mobilisation générale pour la jeunesse aujourd'hui, et ça sera ma grande cause régionale. La jeunesse a besoin d'être accompagnée, de sortir vraiment de ce tunnel dans lequel elle était pendant un an. Cette relance économique, elle doit être en faveur de la jeunesse. Pour la jeunesse mais aussi pour leurs parents et leurs grands-parents qui sont inquiets et c'est normal, et il n'y a que ça qui m'intéresse. Voir sortir du tunnel et accompagner cette relance colossale portée par le gouvernement et portée par l'Europe.

MARC FAUVELLE
Vous ne pensez pas, Sophie CLUZEL, que vos électeurs, que les électeurs de la majorité vont être un peu perdus ? Vous avez été candidate puis plus candidate. Vous avez soutenu Renaud MUSELIER, vous ne le soutenez plus. Là vous nous dites : « Je repars en campagne en solo » ; il y a de quoi y perdre un peu son latin, non ?

SOPHIE CLUZEL
Justement, je suis là pour leur donner de la clarté, OK. Il y a eu une alliance qui n'a pas aujourd'hui les conditions d'être respectée donc je continue. Je trace mon chemin comme toujours avec mon fil. Mon fil conducteur qui est celui du dialogue, de l'ouverture, tout simplement pour porter la majorité présidentielle et qu'elle soit représentée au premier tour.

MARC FAUVELLE
L'idée de cet accord, c'était aussi d'empêcher le Rassemblement national de prendre la région. Vous ne risquez pas aujourd'hui de le renforcer ?

SOPHIE CLUZEL
Non. Ce qui risque de le renforcer, c'est tout simplement ce spectacle qu'on a eu qui va pousser certainement des électeurs à ne pas aller voter. Et donc moi je leur dis : « Rassurez-vous, le projet est toujours là pour cette région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Venez voter. Nous travaillons à la réouverture pour que justement cette vie sociale et culturelle puisse avoir lieu, pour que la vie élective ait lieu ». Et c'est ça le plus important.

MARC FAUVELLE
Et au soir du premier tour, Sophie CLUZEL, si vous n'êtes pas en position de force pour l'emporter - ce que semblaient dire les sondages ces dernières semaines - que ferez-vous ?

SOPHIE CLUZEL
Toujours la même ligne de conduite. C'est un barrage total au Front national.

MARC FAUVELLE
Retrait de votre liste immédiatement si ça peut permettre…

SOPHIE CLUZEL
Je ne vous ai pas parlé de retrait, je vous ai parlé de barrage.

MARC FAUVELLE
C'est une question, pardon.

SOPHIE CLUZEL
Je vous ai parlé de barrage.

MARC FAUVELLE
Il y a cinquante façons de faire barrage.

SOPHIE CLUZEL
Exactement.

MARC FAUVELLE
Quelle sera la vôtre ?

SOPHIE CLUZEL
Je vous dis, on verra à ce moment-là. Mais mon optique est bien là, nous serons tous debout contre ce parti de la division nationale.

MARC FAUVELLE
Debout jusqu'où ?

SOPHIE CLUZEL
Debout, nous verrons à ce moment-là comment nous travaillerons. Moi j'ai toujours dit que j'ouvrirai largement nos listes à tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui veulent se dresser contre le parti de la division nationale.

MARC FAUVELLE
Un dernier mot si vous le permettez, Sophie CLUZEL. Cet accord avec Renaud MUSELIER, est-ce que c'est vous qui l'aviez conclu ou est-ce qu'il a été négocié directement par Matignon ou par l'Elysée ?

SOPHIE CLUZEL
J'ai toujours travaillé en bonne et due forme avec tout simplement l'ensemble des représentants de l'Elysée, de Matignon. Je suis rattachée auprès du Premier ministre.

MARC FAUVELLE
Mais ça, c'est votre casquette de secrétaire d'État    , pas celle de candidate.

SOPHIE CLUZEL
Non, bien sûr que non mais pour autant…

MARC FAUVELLE
Mais qui a négocié l'accord ?

SOPHIE CLUZEL
L'accord, il a été répondu à la main tendue de Renaud MUSELIER. Cette alliance, le Premier ministre l'a annoncée comme une alliance avec le parti de la majorité présidentielle.

MARC FAUVELLE
Vous n'avez pas le sentiment d'être instrumentalisée y compris par votre camp dans cette affaire ?

SOPHIE CLUZEL
Absolument pas. Je fais de la politique autrement, je l'ai toujours fait comme ça. Je suis rentrée en politique il y a quatre ans dans ce gouvernement pour porter des valeurs. Je suis une femme de conviction engagée et je suis engagée pour que la majorité présidentielle soit représentée au premier tour comme l'a annoncé le Premier ministre.

MARC FAUVELLE
Merci à vous Sophie CLUZEL d'être venue ce matin au micro de Franceinfo, candidate donc au premier tour des élections régionales en PACA.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 18 mai 2021