Déclaration de M. Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, en réponse à une question sur le conflit israélo-palestinien, au Sénat le 19 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Qiuestion d'actualité au Sénat

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Madame la Sénatrice,


Vous avez raison de rappeler la nécessité d'efforts diplomatiques amplifiés. Le Premier ministre a rappelé à l'instant la position d'équilibre que la France défend, depuis plusieurs jours, de manière active. Et vous l'avez rappelé aussi, nous sommes une des rares parties, un des rares pays qui peut parler aux deux parties.

Nous menons ce travail, et ces efforts ne sont pas concurrents avec la médiation régionale que propose le Président Sissi pour l'Egypte. Le Président, comme l'a rappelé le Premier ministre, s'est entretenu avec le Président Sissi, avec le Roi de Jordanie, pour soutenir ces efforts de médiation régionale. Nous y apportons notre appui. Et je crois que nous devons aller ensemble dans ce sens.

Nous sommes membre permanent, bien entendu, du Conseil de sécurité des Nations unies, et nous avons à ce titre un rôle clé à jouer pour relayer ces efforts de médiation et de désescalade. C'est ce qu'en ce moment même, Jean-Yves Le Drian est en train de faire avec une nouvelle réunion du Conseil de sécurité. Vous l'avez indiqué, nous avons proposé un projet de résolution qui vise à amplifier ces efforts diplomatiques, à tenir cet équilibre entre la nécessité d'un accès humanitaire rapide, notamment à Gaza, et puis, les efforts pour appeler à un cessez-le-feu, et permettre un cessez-le-feu le plus rapide possible.

Je regrette, comme vous, que les efforts de coordination européenne ne soient pas plus efficaces, dans les dernières heures qui ont suivi, parce que quelques partenaires européens n'ont pas voulu jouer ce jeu collectif. Néanmoins, le Haut représentant Josep Borrell a été très clair sur le fait que la position européenne était la même que celle que défend la France, c'est-à-dire le soutien à la sécurité d'Israël, l'appel à la désescalade et le soutien à tous les efforts humanitaires d'urgence.

Nous poursuivrons encore ces prochaines heures, avec nos partenaires de la région - et nous sommes un des rares pays à pouvoir parler à ces partenaires régionaux, Jordanie et Egypte, en particulier -, pour assurer le plus vite possible le retour à un dialogue, le cessez-le-feu, et le soutien à la situation humanitaire.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 mai 2021