Déclaration de M. Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, en réponse à une question sur le conflit du Haut-Karabagh, au Sénat le 19 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question d'actualité au Sénat

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Monsieur le Président,


Je veux rappeler, comme vous, la solidarité sans ambiguïté et sans faille de la France à l'égard de l'Arménie. Vous le savez, la France est extrêmement active depuis le début dans le dossier du Haut-Karabagh et après six mois de calme relatif, il y a eu ces derniers jours une nouvelle montée de tensions et, vous l'avez rappelé, une incursion extrêmement préoccupante de troupes azerbaïdjanaises dans une région arménienne, celle du Syunik, et des troupes ont pris position dans une zone où la frontière internationale est mal délimitée, mais se sont introduites sur le territoire arménien.

Cet incident montre que le cessez-le-feu reste extrêmement fragile et que nous ne pourrons faire l'impasse sur un règlement global du conflit. La France y prend sa part dans le cadre du Groupe de Minsk où nous assurons, vous l'avez rappelé, Monsieur le Président, la coprésidence, et c'est dans ce cadre privilégié que nous poursuivrons ces efforts pour le règlement politique du conflit.

La libération de quelques prisonniers arméniens par l'Azerbaïdjan était un pas important dans la direction de l'apaisement, mais c'est aujourd'hui très clairement à l'Azerbaïdjan qu'il appartient d'aller plus loin et de montrer des signes concrets de désescalade.

Nous sommes mobilisés à tous les niveaux pour assurer ces efforts diplomatiques. Le Président de la République, vous le savez, s'est entretenu avec le Premier ministre arménien le 13 mai. Jean-Yves Le Drian s'est entretenu avec ses homologues d'Arménie et d'Azerbaïdjan, ces derniers jours, avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, pour défendre la libération des prisonniers arméniens, appeler à cette libération la plus rapide possible, et demander instamment le retrait des troupes d'Azerbaïdjan de la région du Syunik.

Hier encore, c'est très concret, il y a eu une consultation des co-présidents, dont la France, du Groupe de Minsk, pour aller dans cette direction.

Enfin, je dois le dire, Monsieur le Président, avec mon collègue Jean-Baptiste Lemoyne, un certain nombre de membres du Sénat étaient à la commémoration du génocide arménien à Erevan le 24 avril. Cela a été l'occasion, pour plusieurs représentants de la France et pour le ministre Lemoyne, de s'entretenir avec des familles affectées, endeuillées par le conflit et par les nombreux morts qu'il a fait du côté arménien.

Notre solidarité se poursuivra, l'aide que nous avons apportée, c'est très concret, se poursuivra. Notre solidarité avec l'Arménie, je le redis, est sans faille. Elle s'exprimera de nouveau, Monsieur le Président.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 mai 2021

Thématiques :