Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur le détournement d'un avion en Biélorussie, à l'Assemblée nationale le 25 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Temps de lecture 4 minutes

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,

Le détournement du vol de Ryanair, à la seule fin d'arrêter un opposant politique biélorusse, s'apparente, pour la France, à un acte de piraterie aérienne étatique.

Il a mis en jeu illégalement la sécurité des passagers d'un vol commercial opéré par une compagnie européenne, entre deux capitales européennes, transportant principalement des passagers européens, et tout cela pour emprisonner M. Protassevitch, opposant politique, exilé dans un pays de l'Union européenne.

Tout cela est un comportement inacceptable et inadmissible. Dans un monde où les régimes autoritaires n'ont plus aucune limite dans leurs comportements déstabilisateurs et répressifs, l'Europe se devait de réagir fortement et dans l'unité. C'est ce qui a été fait, Monsieur le Président, vous avez bien voulu le dire.

Je rappelle les mesures qui ont été prises hier soir : d'abord, interdiction de survol de l'espace aérien biélorusse aux compagnies européennes. Ensuite, interdiction du passage par l'espace aérien européen, et évidemment, interdiction de poser sur les aéroports, de l'ensemble de l'espace européen par les compagnies aériennes biélorusses ; ensuite, mise en oeuvre de sanctions économiques renforcées contre le régime. Et je voudrais dire que cela sera le quatrième train de mesures. Il y a déjà eu des mesures de prises, y compris contre M. Loukachenko lui-même et contre son fils, dans le paquet de 88 hauts responsables biélorusses qui ont été sanctionnés antérieurement.

Ces mesures sont immédiatement applicables et, évidemment, nous souhaitons et nous exigeons la libération de M. Protassevitch et de sa compagne Mme Sapega, dans les plus brefs délais.


Monsieur le Député,

J'ai répondu en partie, tout à l'heure, à cette question lorsque j'ai été interrogé par le président Bourlanges. Je voulais vous dire que je comprends d'autant plus votre interrogation et votre émotion que vous êtes président du Groupe d'amitié entre la France et la Biélorussie, amitié qui n'est quand même pas le bon terme pour décrire nos relations avec M. Loukachenko, et que, par ailleurs, vous avez des relations personnelles avec ce pays.

Donc, vous savez que depuis le mois d'août 2020 il y a dans ce pays des arrestations arbitraires, des associations bâillonnées, des opposants intimidés, des opposants emprisonnés, une répression très grave, à la suite d'une élection présidentielle irrégulière. Et c'est cela le fond. Les événements de dimanche, que vous avez décrits, et dont on a parlé, tout à l'heure, ne sont qu'une escalade supplémentaire, une escalade très grave, mais une escalade supplémentaire dans une stratégie de répression aveugle menée par le régime de M. Loukachenko.

Je voudrais vous dire plusieurs choses en complément de ce que j'ai dit au président Bourlanges, j'ai rappelé les mesures prises hier par le Conseil européen, elles sont très strictes, et je voulais dire aussi que jamais nous ne reconnaitrons la légitimité de l'élection de M. Loukachenko, jamais. Nous ne la reconnaissons pas aujourd'hui, nous ne la reconnaîtrons pas plus demain qu'aujourd'hui.

Ensuite, nous apportons notre solidarité permanente avec l'opposition biélorusse. Je me suis entretenu hier avec Mme Tikhanovskaïa qui est aujourd'hui réfugiée en Lituanie, en lui montrant le soutien que nous apportons à l'opposition.

Et par ailleurs, nous avons engagé des séries de sanctions, déjà trois trains de sanctions, antérieurement, complétés depuis hier par des sanctions économiques contre certaines entités majeures économiques de la Biélorussie. Nous poursuivrons jusqu'à ce que ce régime accepte les reconnaissances démocratiques et la pression du peuple.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 27 mai 2021
 

Thématiques :