Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, en réponse à une question sur l'Algérie, au Sénat le 26 mai 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Question d'actualité au Sénat

Prononcé le

Temps de lecture 2 minutes

Texte intégral

Madame la Présidente,


Comme vous le savez, nos deux pays sont unis par des liens humains ancrés dans l'Histoire, des liens tout à fait essentiels. Et notre volonté est de renforcer notre relation.

Cette volonté s'exprime au plus haut niveau puisque le Président Tebboune et le Président Macron se parlent régulièrement. Le Premier ministre se rendra bientôt à Alger pour un comité interministériel de haut niveau qui devait avoir lieu, il y a quelques jours, mais qui a été repoussé en raison de la pandémie.

Nous entretenons des relations régulières au niveau des ministres des affaires étrangères. Les autorités algériennes ont exprimé l'ambition de réformer l'Algérie en profondeur, dans un esprit de dialogue et d'ouverture qui correspond aux attentes qui ont été exprimées dans le Hirak, de manière pacifique et avec dignité, par les Algériens.

Notre seul souhait, c'est la réussite des réformes au bénéfice de l'Algérie et des Algériens. Parce que, Madame la Présidente, c'est aux Algériens et à eux seuls, de déterminer la voie de ce chemin. C'est aux Algériens, et à eux seuls, de fixer les modalités de ce destin, dans le respect des libertés publiques, dans le respect de la liberté d'expression, dans le respect de la liberté de la presse, auxquelles la France est attachée partout dans le monde.

Je trouve le moment de votre question singulier, puisqu'il y a des élections législatives dans quinze jours en Algérie et que la campagne est ouverte depuis quinze jours. Et vous permettrez, Madame la Présidente, que par respect pour la souveraineté du peuple algérien je ne fasse pas de commentaire supplémentaire.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 mai 2021
 

Thématiques :