Entretien de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, à BFM Business le 15 juin 2021, sur l'accord commercial entre l'Union européenne et les États-Unis.

Intervenant(s) :

  • Franck Riester - Ministre du commerce extérieur et de l'attractivité

Prononcé le

Temps de lecture 4 minutes

Texte intégral

Q - Franck Riester, bonsoir.

R - Bonsoir.

Q - Merci d'être avec nous. C'est un accord qui a été difficile à trouver ? C'est un contentieux qui date de 17 ans, avec évidemment toutes les conséquences derrière. Comment cet accord... ? Racontez-nous un peu les dessous de cette trêve.

R - Il y a trois éléments majeurs qui expliquent cette trêve. D'abord, l'affirmation de la souveraineté européenne. Nous avons été très clairs depuis plusieurs mois, dans une dynamique de main ferme, mais une main tendue. Nous avons appliqué à la fin de l'année dernière des tarifs douaniers quand l'OMC nous a autorisés à le faire sur les produits aéronautiques, des produits d'autres catégories, américains, en représailles aux décisions américaines. Donc, nous avons affirmé notre souveraineté européenne.

Le deuxième élément, c'est le changement d'administration aux Etats-Unis, avec la volonté de l'administration Biden de renouer une relation transatlantique avec l'Europe ; une relation transatlantique donc plus forte, renouvelée, plus apaisée et pacifiée.

Et puis, troisièmement, c'est la montée en puissance de la Chine et l'arrivée de concurrents pour nos fleurons aéronautiques, qui menacent, du fait notamment de pratiques déloyales, et Boeing et Airbus. Donc, ces trois éléments ont conduit à cet accord historique. 17 ans de contentieux et là, on a un accord qui permet de se donner beaucoup de visibilité ; de la visibilité non seulement pour les acteurs aéronautiques, mais aussi pour toutes celles et ceux qui ont été les victimes collatérales de ce contentieux, à commencer les producteurs de vins et spiritueux, et d'autres produits qui étaient taxés d'une façon très forte par les Etats-Unis dans ce contentieux.

Q - Justement, Franck Riester, comment cela va se passer, la levée des droits de douane ? C'est déjà effectif ? C'est à partir de quand ?

R - C'est déjà effectif. Vous savez qu'il y avait un moratoire de quatre mois, qui avait été acté le 11 mars, qui nous donnait jusqu'au 11 juillet de négociation. Et là, avec cette décision, on maintient ce moratoire, d'une certaine façon, mais on suspend ces droits de douane pour cinq ans, avec la volonté très claire de trouver un accord par le haut pour, en fait, accepter mutuellement la définition du financement du soutien public à l'aéronautique américain du côté des Etats-Unis, à l'aéronautique européen du côté de l'Union européenne. Et donc, objectivement, les choses, là, sont absolument historiques puisque, après un contentieux de 17 ans, on a 5 ans de visibilité pour qu'il n'y ait pas de guerre commerciale sur l'aéronautique et sur celles et ceux qui étaient les victimes collatérales encore une fois de ce contentieux, comme les vins et les spiritueux.

Q - Merci, Franck Riester, d'avoir été avec nous pour cette réaction à chaud....

R - Mais il nous reste tout de même un certain nombre de sujets à traiter : il y a le contentieux sur l'acier, et il y a, bien sûr, les questions des pratiques extraterritoriales américaines qui continuent de nous poser problème, qui interdisent à un certain nombre de nos entreprises de faire du commerce avec d'autres pays, je pense à la Russie, je pense à l'Iran, je pense à Cuba ou à d'autres. Et donc, nous devons continuer de dialoguer, d'échanger avec les Etats-Unis. Mais là nous franchissons une étape qui permet vraiment de démontrer qu'il y a un changement d'attitude des Etats-Unis, un changement d'air.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 17 juin 2021