Déclaration de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, en réponse à une question sur les relations commerciales avec Cuba et les Etats-Unis, à l'Assemblée nationale le 22 juin 2021.

Intervenant(s) :

  • Franck Riester - Ministre du commerce extérieur et de l'attractivité

Circonstance : Question au gouvernement à l'Assemblée nationale

Prononcé le

Temps de lecture 3 minutes

Texte intégral


Merci, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, Monsieur le Député,


Vous avez raison, les pratiques extraterritoriales sont inacceptables, elles sont inacceptables pour un certain nombre de pays, elles sont inacceptables pour Cuba. J'ai d'ailleurs eu l'occasion de le dire au vice-Premier ministre, M. Cabrisas, qui était en visite en France, il y a deux semaines, pour lui dire que nous considérions que ces pratiques étaient illégitimes et illégales.

Nous ne pouvons pas accepter que certaines puissances, y compris certains alliés, dictent à nos entreprises avec qui elles doivent commercer, là où elles doivent investir, et quels types d'échanges elles peuvent avoir.

Nous sommes malheureusement vulnérables sur ces pratiques et nous sommes très engagés au niveau européen et au niveau français pour renforcer nos dispositifs. Une loi européenne est en préparation, un outil juridique, qui devrait nous permettre, dans les mois qui viennent, de pouvoir réagir avec beaucoup de force à ces pratiques-là, en imposant des tarifs à des produits, sur des secteurs économiques qui sont des secteurs économiques sensibles pour les pays qui pratiquent ces mesures extraterritoriales. Nous travaillons aussi à faire en sorte que l'euro puisse avoir un poids plus important dans les transactions internationales.

Pour autant, les relations aujourd'hui avec les Etats-Unis en matière commerciale sont à la détente, sur un certain nombre de sujets, par exemple, il y a un peu moins de deux semaines, il y a eu un accord très important entre l'Union européenne et les Etats-Unis pour mettre fin à un contentieux de 17 ans entre Boeing et Airbus, puisque nous nous sommes donné cinq ans de suspension supplémentaire de tarifs douaniers sur l'aéronautique, mais pas simplement sur l'aéronautique, mais aussi sur un certain nombre de secteurs d'activités qui étaient des secteurs, victimes collatérales de ce contentieux, à commencer par le secteur des vins et spiritueux.

Il y a des sujets qui restent sur l'agenda de travail entre les Etats-Unis et l'Europe en matière commerciale, à commencer par les pratiques extraterritoriales, mais certains dossiers avancent dans le bon sens, comme la question du contentieux Boeing Airbus.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 25 juin 2021