Interview de Mme Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, à France 2 le 7 juin 2021, sur la transition écologique et le plan de relance, les véhicules électriques et le déploiement de éoliennes.

Texte intégral

CAROLINE ROUX
Bonjour Barbara POMPILI.

BARBARA POMPILI
Bonjour !

CAROLINE ROUX
Merci d'être notre invitée ce matin. On va parler des éoliennes mais quand même dans deux jours, c'est une nouvelle étape du déconfinement, on a lu hier le ministre de l'Economie dans une longue interview dans Le Journal du Dimanche qui se félicite de la reprise économique très forte et il appelle les Français à consommer. Est-ce que vous mettez un bémol écolo à cette reprise ?

BARBARA POMPILI
Ce n'est pas un bémol ; c'est une orientation. On a tous envie de retrouver une vie normale ; on a tous hâte de pouvoir oublier, laisser derrière nous cette crise mais on peut aussi en tirer du positif. Et donc moi, depuis que je suis arrivée, moi je suis arrivée en plein milieu de la crise et avec Bruno LE MAIRE, on a travaillé sur le plan de relance pour réorienter l'économie vers ce qui est écologique et donc les gens qui vont consommer …

CAROLINE ROUX
Oui, vous leur dites : consommez quoi ?

BARBARA POMPILI
Eh bien, allez-y, regardez depuis le début de l'année, on a commencé à installer des étiquettes par exemple pour savoir si les produits sont réparables eh bien, comme ça, ils sauront si le produit qu'ils vont acheter, ils peuvent le réparer facilement ou pas. Ça va être une aide pour eux, pour réorienter leur consommation. Dans la loi que je porte "Climat Résilience", il va aussi y avoir une étiquette environnementale, donc les personnes, notamment les vêtements, c'est ce qui va arriver en premier, ils pourront voir si le vêtement qu'ils achètent est un vêtement bon ou mauvais pour l'environnement et donc ils pourront aussi faire leur choix en conséquence.

CAROLINE ROUX
Donc vous leur dites : consommer oui mais consommer responsable, consommer français aussi, consommer écolo ?

BARBARA POMPILI
En tout cas, on vous donne le moyen de le faire. On va vous donner la connaissance de ce qui est dans vos produits pour que vous puissiez faire votre choix en toute connaissance de cause.

CAROLINE ROUX
Au plus fort du confinement, on se disait "plus rien ne sera comme avant" ; au final quand on voit la nature de cette reprise dans le monde entier on se dit, au fond c'est un système économique qui se remet en place comme avant ?

BARBARA POMPILI
Non, non on voit par exemple que la finance verte se développe énormément, on a de plus en plus de plans de relance qui réorientent comme ce qu'on fait en France – en France, on met 30 milliards pour réorienter la transition écologique. Par exemple moi, je suis allée inaugurer à Dunkerque le dry-port. Le dry-port, c'est quoi ? C'est un endroit où on va pouvoir mettre les containers sur des trains et plus sur des camions. On aide des petites entreprises, je suis allée avoir une petite entreprise qui développe le béton de chanvre et plus le béton habituel donc qui est meilleur en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Donc la relance, elle est en train de se faire et on l'accompagne pour qu'elle se fasse justement sur une orientation écologique.

CAROLINE ROUX
Pensez-vous que les fonds publics mis en place pendant cette période, notamment on pense aux plans d'urgence, qui ont soutenu notamment une industrie qui était mise à mal, auraient dû être davantage conditionnés justement à une réorientation de l'activité plus écolo ? Est-ce que vous avez des regrets en la matière quand même ?

BARBARA POMPILI
La plupart des plans de relance, enfin des mesures qui ont été mises en place sont des mesures sur appel à projet. Appel à projet, ça veut dire quoi ? Ca veut dire qu'on a des entreprises qui viennent avec leur projet et si le projet correspond à l'état d'esprit dans lequel on est, il est validé et il est financé. Donc il y a quand même une immense partie du plan de relance …

CAROLINE ROUX
L'industrie automobile, l'industrie aéronautique, il n'y a pas … c'était surtout des plans de sauvetage !

BARBARA POMPILI
Vous savez, l'industrie automobile, elle a multiplié par 3 la vente de voitures électriques l'année dernière. Donc la transition elle est en train de se faire et elle se fait très vite.

CAROLINE ROUX
On n'aurait pas pu faire mieux ?

BARBARA POMPILI
On peut toujours faire mieux ! Vous demandez à une écologiste "est-ce qu'on peut faire mieux, est-ce qu'on peut aller plus vite ?" oui …

CAROLINE ROUX
Est-ce qu'on n'aurait pu poser davantage de conditions ?

BARBARA POMPILI
Sur les conditions, je crois encore une fois qu'à partir du moment où on travaille sur des projets, ça va mieux et c'est l'immense majorité du plan de relance. Regardons aussi la réalité

CAROLINE ROUX
Alors, il y a une mesure qui concerne 3,5 millions de Français et qui est passée un peu inaperçue la semaine dernière et qui se chauffent au fuel, c'est la fin des chaudières au fioul, qui était prévue au 1er juillet 2021 a été reportée à juillet 2022. Pourquoi ? Il n'y a plus urgence ? Je me rappelle de l'époque où vous disiez "se chauffer au fuel, c'est émettre autant de CO2 que d'utiliser trois voitures en un an" !

BARBARA POMPILI
Et je le confirme.

CAROLINE ROUX
Ah !

BARBARA POMPILI
Et je confirme. Non mais c'est très mauvais de se chauffer au fuel mais il y a une volonté dans la période d'y aller tranquillement.

CAROLINE ROUX
Pourquoi vous dites ça ? Il y a une urgence écologique. Pourquoi est-ce qu'il y a une "volonté d'y aller tranquillement" ?

BARBARA POMPILI
Parce que ce qu'on veut, c'est faire comprendre aux gens la nécessité d'évoluer. Sur les chaudières au fioul, vous savez, beaucoup de gens m'ont posé la question en me disant "vous allez m'obliger à changer ma chaudière au fioul" alors que c'est faux, c'est une des nombreuses fake news qui circulent. Là, ce qu'on dit, c'est qu'à partir de cette date …

CAROLINE ROUX
Juillet 2022.

BARBARA POMPILI
…quand vous devrez changer votre chaudière, c'est-à-dire quand votre chaudière sera morte, eh bien, il faudra choisir une chaudière qui ne soit pas au fuel mais en juillet 2022 si votre chaudière fonctionne encore, si vous devez la réparer par exemple, vous pourrez toujours la réparer, il n'y a pas de problème. Moi, j'essaye toujours de remettre les choses à leur place parce que beaucoup, beaucoup de fausses nouvelles circulent.

CAROLINE ROUX
Et il y avait la volonté de ne pas braquer les Français sur un sujet comme celui-ci ?

BARBARA POMPILI
On a vu qu'il y avait un problème de compréhension et donc à partir du moment où il y a un problème de compréhension, on veut que les choses puissent se passer correctement, donc on prend un peu plus de temps pour expliquer. Vous savez, on l'a vu avec les problèmes sociaux qui ont existé, notamment la crise des Gilets jaunes quand quelque chose n'est pas compris ou mal accompagné, eh bien, on n'avance pas. Moi, ce que je veux, c'est qu'on avance et surtout qu'on ne se bloque pas.

CAROLINE ROUX
Il y quelque chose qui est mal compris, c'est le développement des éoliennes, c'est un sujet que personne n'a vu venir, enfin peut-être vous mais pendant cette période des régionales et qui cristallise une partie des colères sur les territoires. Marine LE PEN, après Stéphane BERN, a signé une tribune dans Le Figaro dans laquelle elle dénonce la mise en place et le développement d'éoliennes, elle dit elle non plus … leur place dans notre pays. Est-ce que vous sentez monter là aussi la colère et l'incompréhension comme vous dites ?

BARBARA POMPILI
Ce qu'on voit surtout, c'est quand le Front national, enfin le Rassemblement national apparaît, c'est en général pour attiser les crises plutôt que pour proposer des solutions. Je cherche vainement les propositions alternatives parce que moi, je peux entendre qu'on dise "non, on ne veut pas non plus d'éoliennes" sauf que ce que je vois, c'est que dans le reste du monde, l'éolien se développe massivement. C'est une énergie renouvelable qui n'est pas la seule d'ailleurs en France, c'est 8% de notre production d'électricité, on veut passer à 15%. Donc il y aura plein d'autres énergies à côté mais les personnes qui sont contre les éoliennes et notamment les politiques ne proposent rien en face et c'est ça qui est dangereux.

CAROLINE ROUX
Alors, ils ont des arguments. Vous disiez : il faut parfois trier le vrai du faux.

BARBARA POMPILI
C'est vrai !

CAROLINE ROUX
Ils ont des arguments, elle développe des arguments, Marine LE PEN dans cette interview. Elle dit : ces éoliennes n'ont produit que 24,7% de leur capacité maximale de production. C'est vrai ? En clair, elles ne sont pas utilisées ?

BARBARA POMPILI
Elles sont utilisées 75% du temps et 25% du temps au max mais ce qui n'arrive pas pour d'autres énergies non plus. En fait, si vous voulez, ils prennent des petits bouts d'arguments qui sont semi-vrais pour les tourner. Les éoliennes, elles tournent 75% du temps et elles n'utilisent pas, comme Madame LE PEN semble le dire, elles ne sont pas là …elles ne sont pas aidées par le charbon ; tout ça est …

CAROLINE ROUX
…le vrai du faux, on continue, l'ancien directeur général d'EDF que cite Marine LE PEN dans cette tribune, Hervé MACHENAUD, dévoile que ces éoliennes contribuent à un transfert financier d'environ 40 milliards d'euros par an vers des sociétés éoliennes allemandes. En gros, on finance l'industrie étrangère. Est-ce que c'est vrai ou est-ce que c'est faux ?

BARBARA POMPILI
Alors, les éoliennes, on a mis énormément de temps à les développer dans notre pays. Donc d'autres pays ont pris de l'avance sur nous.

CAROLINE ROUX
Les Allemands.

BARBARA POMPILI
Les Allemands, les Chinois et donc on est en train de perdre une capacité de production qu'on pourrait avoir en France et c'est pourquoi moi, ce que je fais, c'est que je développe les éoliennes et notamment là sur l'offshore, on met en place des usines en France pour produire des éoliennes françaises plutôt que d'attendre effectivement que ça vienne de l'étranger. Ce chiffre-là, je ne le confirme pas. En revanche, ce que je vous confirme, c'est que soit l'industrie éolienne se développe en France avec l'industrie française, soit on va encore être dépassé par nos concurrents.

CAROLINE ROUX
Barbara POMPILI, est-ce qu'il faut ralentir le rythme justement comme vous l'avez fait sur le fioul parce qu'il y a une forme d'incompréhension et de colère sur le développement des éoliennes ? Vous avez prévu ?

BARBARA POMPILI
Vous savez, sur des éoliennes, moi, je vois bien qu'il y a des endroits où ça a pu mal se passer. Moi, je suis élue de la Somme, c'est un des endroits où il y a eu le plus d'éoliennes. Simplement moi, ce que je veux, c'est essayer de trouver des solutions pour avancer mieux. On a besoin des éoliennes dans un mix énergétique global.

CAROLINE ROUX
On ralentira …

BARBARA POMPILI
On a une programmation, ça ne se fait pas comme ça, il faut être sérieux sur ces questions-là, on avance tout doucement. Par contre, il faudra certainement plus de concertation et j'ai demandé aux préfets de faire des cartographies pour qu'on puisse mieux concerter avec les personnes et aussi aider aussi à ce que les gens puissent investir dans les éoliennes. On voit que quand ils investissent dans les éoliennes, ça marche mieux !

CAROLINE ROUX
Je ne peux pas ne pas vous poser cette question. Jean-Luc MELENCHON prédit un grave accident ou un meurtre avant la présidentielle, c'est plus qu'un dérapage ?

BARBARA POMPILI
Oui c'est plus qu'un dérapage ! Jean-Luc MELENCHON, il a toujours fait un peu d'outrance mais là qu'il parte dans le complotisme, qu'il insulte la mémoire des personnes qui ont été assassinées, je trouve que c'est grave et extrêmement décevant de sa part.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Barbara POMPILI d'avoir été mon invitée ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 8 juin 2021