Interview de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, à France 2 le 29 juin 2021, sur les élections régionales, la réforme des retraites et l'attractivité économique de la France.

Intervenant(s) :

Prononcé le

Temps de lecture 11 minutes

Texte intégral

CAROLINE ROUX
Bonjour Franck RIESTER.

FRANCK RIESTER
Bonjour Caroline ROUX.

CAROLINE ROUX
Elle est difficile à encaisser cette défaite, je ne parle pas des régionales ?

FRANCK RIESTER
Oui, elle est difficile, on y a cru jusqu'au bout, ils avaient fait une superbe remontée, trois partout, les tirs au but, et puis, Kylian qui manque son penalty, il faut qu'on soit tous derrière lui, parce que, franchement, c'est un énorme joueur, et il a un talent fou, et c'est, voilà, une défaite collective de l'Equipe de France. Mais vous savez, dans cet Euro, il n'y a pas de petite équipe, ils sont tous préparés physiquement au plus haut niveau, et ça se joue à pas grand-chose, n n'a pas eu de réussite hier, voilà.

CAROLINE ROUX
Soutien à Kylian MBAPPE.

FRANCK RIESTER
Oui, exactement.

CAROLINE ROUX
Il en a besoin, dites-vous ce matin. Bon, c'est la faute du Covid, pas l'Euro, les régionales, les Français n'avaient pas la tête à ça, voilà ce que dit le président de la République dans une interview qu'il a accordée au journal Elle. Ça vous suffit comme explication pour justifier une abstention abyssale ?

FRANCK RIESTER
Non, ce n'est pas... d'ailleurs, le président de la République ne justifie pas cette abstention qu'à l'aune de ce point-là, mais c'est vrai que les Français sortant de mois de privation de liberté, avec un beau week-end, un beau dimanche, une fête des pères, ne comprenant pas forcément les enjeux des départementales et des régionales, eh bien, ont fait des choix, et pas celui d'aller voter pour certains d'entre eux. D'abord, il faut remercier…

CAROLINE ROUX
Ce n'est pas si grave ?

FRANCK RIESTER
Il faut remercier ceux qui ont été voter, parce qu'il faut quand même le dire, ils ont fait la démarche d'aller voter. Deuxièmement, il faut en tirer quand même des conséquences…

CAROLINE ROUX
Oui, mais est-ce que c'est une façon de dire en gros, les Français n'avaient pas la tête à ça, il n'y a pas de problèmes plus profonds ?

FRANCK RIESTER
Non, non, mais justement, si, il y a des problèmes plus profonds, c'est d'abord le mille-feuille administratif français que plus personne ne comprend, qui a besoin urgemment d'être simplifié, clarifié et qu'on comprenne mieux les compétences de ces collectivités territoriales qui jouent un rôle essentiel dans le quotidien de nos compatriotes. Deuxièmement, il faut peut-être s'interroger, moi, je pense qu'il faut, en tout cas, mettre le débat sur la table, et y travailler, faciliter l'opération de vote, je suis assez…

CAROLINE ROUX
Le vote électronique…

FRANCK RIESTER
Oui, je suis assez attaché à l'isoloir parce que c'est une démarche pas anodine d'aller voter, et puis, deuxièmement, c'est important d'avoir ce côté seul face à son choix politique que de mettre un bulletin dans l'urne. Pour autant, nos compatriotes dans leur usage au quotidien de vie, utilisent plus le numérique, donc il faut regarder si c'est possible à la fois…

CAROLINE ROUX
Il faut regarder vite, avant la présidentielle ?

FRANCK RIESTER
Je ne sais pas, il ne faut pas se précipiter en tout cas, on verra si on peut le faire avant la présidentielle. Ce qui est certain, c'est qu'il faut regarder comment on peut voter peut-être plus facilement avec notamment les outils numériques, à condition que ça soit sûr, et qu'on puisse éviter la pression familiale sur le vote, et ça, ce n'est pas évident.

CAROLINE ROUX
Le président a toujours dit qu'il ne tiendrait pas forcément compte d'un scrutin local. Il dit toujours dans cette interview au journal Elle qu'il ne changera pas de Premier ministre. Alors, il faut changer quoi ? Rien ?

FRANCK RIESTER
Mais écoutez, franchement, ce sont des élections locales, je crois que les Français se trompent de moins en moins d'élections, contrairement parfois aux responsables politiques, et ils font bien la différence entre le vote pour un maire, pour un conseiller départemental ou pour un président de la République ou pour des députés. Et donc là, ils ont fait des choix, ils ont fait le choix de reconduire les sortants dans toutes les régions, parce que, manifestement, ils considèrent que les bilans de ces présidents de région étaient bons. Pour autant, est-ce qu'il faut en tirer une conclusion que les LR seraient maintenant l'alpha et l'oméga de la politique française ou qu'il y aurait un retour de la gauche, je ne le crois pas…

CAROLINE ROUX
Vous dites ça avec un brin de malice, Franck RIESTER, qui ne nous a pas échappé, vous ne le pensez pas, donc, le grand retour de la droite, vous n'y croyez pas ?

FRANCK RIESTER
Non, non, parce que je vois les LR, d'abord, la droite, ça ne se résume pas aux LR, vous l'avez dit tout à l'heure, nous, nous sommes un parti de droite, Agir, qui ne se confond pas du tout avec les LR, qui, pour certains d'entre eux, trahissent – je le dis très clairement – l'héritage des fondateurs de l'UMP, puis, des LR, à commencer par Jacques CHIRAC, en n'étant pas clairs vis-à-vis du Front national…

CAROLINE ROUX
Vous pensez à qui ?

FRANCK RIESTER
Caroline ROUX, regardez que dans sa circonscription, le président des LR, Christian JACOB, dans un des cantons où il y avait un face-à-face entre le RN et un candidat de droite Agir, n'a pas appelé à voter pour le candidat Agir, il n'a pas donné consigne de vote dans sa propre circonscription.

CAROLINE ROUX
Parce qu'il considère que vous, vous avez trahi…

FRANCK RIESTER
Quelqu'un qui se dit descendant de Jacques CHIRAC, héritier de Jacques CHIRAC, il trahit la mémoire de Jacques CHIRAC en n'étant pas clair vis-à-vis du Front national comme beaucoup d'ailleurs de responsables des LR. Et donc, il y a une droite, une droite fière de ses valeurs, libérale humaniste, pro-européenne…

CAROLINE ROUX
Macroniste…

FRANCK RIESTER
Réformiste…

CAROLINE ROUX
Macroniste ?

FRANCK RIESTER
Et qui estime que, à un moment donné, il faut sortir de la vision partisane clanique et de soutenir par exemple au niveau national celles et ceux qui réforment et transforment le pays, à commencer par Emmanuel MACRON et Jean CASTEX, comme Premier ministre, c'est ça aussi qui peut réconcilier les Français avec la politique, avoir des convictions fortes, appartenir à un parti politique, être de droite et soutenir un président de la République qui n'est pas à l'origine de son même parti, dépasser les clivages partisans au service de son pays, parce que les réformes qui sont conduites aujourd'hui par Emmanuel MACRON sont des réformes que la droite a toujours appelées de ses voeux…

CAROLINE ROUX
Alors justement…

FRANCK RIESTER
... Le courage ou la capacité de le mettre en oeuvre.

CAROLINE ROUX
Alors justement, on en parle des réformes, puisqu'il paraît qu'il y en a une qui est à venir, c'est la réforme des retraites avec le passage à la retraite à 64 ans pour les générations nées à partir de 1961, c'est ça qu'attend le pays à votre avis, en tout cas, c'est ça qu'attend la droite ?

FRANCK RIESTER
En tout cas, oui, c'est une réforme qui est importante, celle des retraites, nous devons garantir un régime par répartition, pour cela, il n'y a pas 50 solutions vu les déficits actuels, et l'allongement de l'espérance de vie, soit, vous réduisez les pensions, on ne veut pas, puisque c'est contraire à notre vision du pouvoir d'achat des Français, soit, vous augmentez les charges, les cotisations sociales, et là, vous alourdissez le coût du travail, et dans la compétition mondiale, nous avons besoin de rester compétitifs, et puis, troisièmement, c'est de travailler plus longtemps ; et je pense que vu les déficits que nous avons, il faut travailler plus longtemps. Certains pays européens l'ont fait depuis longtemps…

CAROLINE ROUX
Donc il faut faire cette réforme avant la présidentielle ?

FRANCK RIESTER
Nous devons le faire, nous, en France. Alors, est-ce que c'est avant la présidentielle, ça, c'est au président de la République et au Premier ministre de le dire…

CAROLINE ROUX
Mais vous, en tant que président du parti Agir, qu'est-ce que vous dites ?

FRANCK RIESTER
Moi, je pense qu'on n'a pas de temps à perdre, moi, je pense qu'à partir du moment où il y a des déficits, à partir du moment où on a fait le choix fort et qui était un bon choix du quoi qu'il en coûte, pour protéger les Français et nos compatriotes dans la crise, nous devons veiller à ce que quand on peut travailler plus longtemps, nous puissions faire pour baisser les déficits et garantir la pérennité d'un système par répartition des retraites, auquel nous sommes si attachés.

CAROLINE ROUX
Il ne faut pas traîner, dites-vous, Franck RIESTER, en 2010, passer à 62 ans avait mis un million de personnes dans la rue, c'est Raymond SOUBIE qui rappelle ça ce matin dans la presse, vous pensez que ça va passer comme une lettre à la poste ?

FRANCK RIESTER
Je ne sais pas, mais je pense que les Français sont... vous savez, ils savent très bien compter, ils savent très bien que l'argent, ça ne tombe pas du ciel…

CAROLINE ROUX
Eh bien, pendant quelques mois, c'est tombé du ciel.

FRANCK RIESTER
Non, non, ils savent très bien que ce sont des déficits qu'il faudra rembourser, et donc à un moment donné, sur le temps long, il faudra rembourser, et une des façons de rembourser, c'est de travailler de façon globale plus, et une des façons de travailler plus, c'est de travailler plus longtemps. Vous savez, on est convaincu que ce n'est pas en augmentant les impôts qu'on remboursera les dettes de demain ; nous devons travailler plus longtemps et travailler plus.

CAROLINE ROUX
Franck RIESTER, vous étiez hier, rapidement, aux côtés du président de la République et de Xavier BERTRAND, lorsqu'ils se sont retrouvés dans les Hauts-de-France, c'est un match à trois, dit désormais Xavier BERTRAND, vous avez vu un futur candidat à la présidentielle en la personne de Xavier BERTRAND ?

FRANCK RIESTER
Il l'a dit plusieurs fois, et même, plusieurs, plusieurs fois, moi, je n'ai pas senti la tension qui parfois était décrite hier, ce que je vois, c'est qu'il y a beaucoup de candidats à droite, on verra... chez les LR, on verra comment les LR décideront leur candidat, ce qui est certain…

CAROLINE ROUX
Ça vous intéresse encore ?

FRANCK RIESTER
Bien sûr, mais ce qui m'intéresse, c'est surtout comment on peut continuer de transformer le pays, et pour ça, et à mon avis, il faudra soutenir celles et ceux qui ont commencé à transformer le pays depuis des années…

CAROLINE ROUX
A savoir Emmanuel MACRON, vous avez déjà fait votre choix. 3,5 milliards d'euros d'investissements annoncés avec Choose France, alors que, Emmanuel MACRON a reçu 150 patrons à Versailles hier, la voilà la réponse d'Emmanuel MACRON au score des régionales, c'était ça le message ?

FRANCK RIESTER
Oui, c'est un message qui est fort, un message qui est celui des résultats de la transformation du pays opérée par Emmanuel MACRON depuis 2017, c'est l'amélioration de la compétitivité de la France, et donc de son attractivité, c'est la deuxième année consécutive que la France en Europe est le pays qui accueille le plus d'investissements étrangers sur son territoire ; ce n'est pas le fruit du hasard, c'est le fruit des réformes entreprises depuis 2017, nous voulons continuer de transformer le pays, parce que plus il est compétitif, plus il y a des emplois de créés, plus il y a des investisseurs étrangers, et plus il y a du pouvoir d'achat, plus il y a d'emplois, et puis, bref, la situation du pays s'améliore.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup Franck RIESTER d'avoir été mon invité ce matin.

FRANCK RIESTER
Merci Caroline ROUX.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 30 juin 2021