Interview de M. Olivier Dussopt, ministre des comptes publics, à Sud Radio le 16 septembre 2021, concernant la rupture du contrat portant sur la livraison de sous-marins à l'Australie, la situation sanitaire, la reprise économique, le budget de l'Etat, le prix de l'énergie et l'élection présidentielle de 2022.

Texte intégral

PATRICK ROGER
Bonjour Olivier DUSSOPT.

OLIVIER DUSSOPT
Bonjour.

PATRICK ROGER
On va parler de l'état de santé de notre économie, l'état sanitaire aussi dans un instant, mais avant ça tout de même, cette annulation de, on dit toujours du " contrat du siècle ", je ne sais pas si c'est le contrat du siècle, mais 50 milliards de dollars, de l'Australie pour acheter 12 sous-marins, en fait à la France, à NAVAL GROUP, et on a appris que, eh bien finalement ils allaient faire affaire avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. C'est un mauvais coup pour l'économie française ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est une mauvaise nouvelle, et c'est une mauvaise nouvelle pour le constructeur. C'était un contrat très très long, sans impact massif dès la première année, mais c'est effectivement une mauvaise nouvelle, et Florence PARLY et Jean-Yves LE DRIAN ont eu l'occasion de le dire, chacun dans leur fonction. NAVAL GROUP est un est un grand groupe, je ne doute pas qu'il saura rebondir après cette déconvenue.

PATRICK ROGER
Oui, mais c'est difficile quand même, quoi, quand une telle commande…

OLIVIER DUSSOPT
C'est une mauvaise nouvelle.

PATRICK ROGER
Vous redoutez un impact, vous, sur les Comptes publics, l'économie française ?

OLIVIER DUSSOPT
Non, pas à court terme, mais je le répète, c'est une mauvaise nouvelle pour le constructeur, et ce n'est pas une, comment dire, ça laisse…

PATRICK ROGER
Ce n'est pas très fair-play de la part des Américains, des Australiens et des Anglais ?

OLIVIER DUSSOPT
Jean-Yves LE DRIAN.et Florence PARLY l'ont exprimé chacun dans leur responsabilité, ça laisse un peu d'amertume.

PATRICK ROGER
Oui, c'est ça, mais les affaires, c'est les affaires, quoi.

OLIVIER DUSSOPT
On va dire cela comme ça.

PATRICK ROGER
Olivier DUSSOPT, alors, Emmanuel MACRON, sur l'état sanitaire, il s'est montré plutôt optimiste hier en parlant d'allégement de mesures. Alors, qu'est ce qu'on entend par là au gouvernement ?

OLIVIER DUSSOPT
La situation sanitaire s'améliore, le ministre de la Santé l'a dit, les taux d'incidence baissent, la vaccination progresse. On sait que la vaccination est la seule arme véritablement efficace pour endiguer le virus, dès lors que…

PATRICK ROGER
Et les gestes barrières aussi.

OLIVIER DUSSOPT
Et les gestes barrières, bien évidemment. Dès lors que, et j'y reviendrai, puisque nous continuons à y travailler, mais dès lors que nous sommes dans une situation meilleure, nous pouvons envisager, territoire par territoire, activité par activité, un allégement des contraintes, tout en restant très vigilant. Aujourd'hui on a un meilleur état sanitaire, on a aussi une reprise économique qui est plus forte que ce que nous imaginions, que ce que nous espérions, puisque l'INSEE et la Banque de France estiment que la croissance française sera la plus forte en Europe en 2021, entre 6,2 6,3%, et nous sommes depuis le mois de juillet…

PATRICK ROGER
Ça ira même au-delà peut-être alors de ce que vous espériez, avec Bruno LE MAIRE ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous avions prévu 5% en début d'année, et puis nous avons pensé, nous avons annoncé au mois de juillet que nous serions autour de 6%, et mes prévisions sont un peu meilleures, nous restons dans nos calculs sur 6%, parce qu'il faut toujours être prudent, mais en tout cas les…

PATRICK ROGER
Vous espérez plus.

OLIVIER DUSSOPT
La Banque de France…

PATRICK ROGER
6,5, 6,8 ?

OLIVIER DUSSOPT
Ce n'est pas nous qui espérons, c'est la Banque de France et l'INSEE qui considèrent que c'est possible est atteignable. Et par ailleurs, depuis le mois de juillet, le niveau du chômage est revenu à ce que nous connaissions avant la crise, et donc tout ça cumulé nous laisse penser qu'à la fin de l'année 2021, nous serons revenus au niveau de production, au niveau d'activité que nous connaissions fin 2019, alors qu'au début de la crise, c'était un objectif plutôt fin 2022, donc nous aurions un an d'avance dans la reprise.

PATRICK ROGER
Oui mais alors, sur l'allégement des mesures, ça peut être quoi alors ? Sur le Pass sanitaire, sur… ?

OLIVIER DUSSOPT
Ça peut être sur le Pass sanitaire, ça peut être sur les questions d'accès à tel ou tel équipement, tout ça est en cours de travail, en cours de finalisation. Le ministère de la Santé est à la manoeuvre. Vous savez, je l'ai dit déjà à votre micro, lorsqu'on parle de conditions sanitaires, lorsqu'on parle de contraintes parfois ou de gestes barrières, c'est bien que ce soit le ministère de la Santé qui fasse ces annonces, parce que ce sont souvent des sujets complexes, et il ne faut jamais ajouter de la confusion à la complexité.

PATRICK ROGER
Oui. Oui, c'est ça. Et sur ces gestes barrières, alors sur les stocks de masques, etc., on en est où aujourd'hui, en France ?

OLIVIER DUSSOPT
Nous reconstituons, en lien, toujours avec le ministère de la Santé, nous reconstituons ce que nous appelons le stock stratégique, de plus de 140 millions de masques, et nous mettons aussi à disposition des masques pour celles et ceux qui en ont besoin. Ça nécessite des achats, j'ai validé l'achat de presque 50 millions de masques il y a maintenant quelques jours, à la fois pour que les stocks soient au bon niveau, mais aussi pour faire face à des nécessités de distribution. Nous allons continuer à distribuer des masques à des agents publics, nous avons prévu 10 millions masques pour des agents publics, et de manière à les protéger dans leur travail, et puis nous allons aussi prévoir la distribution de 50 millions de masques pour les ménages français les plus fragiles, ceux qui vivent au seuil de la pauvreté, cela représente…

PATRICK ROGER
Gratuitement ?

OLIVIER DUSSOPT
… 7,5 millions de Français, qui vont recevoir gratuitement des lots de des 4 masques, de manière à pouvoir continuer à se protéger, à observer les gestes barrières. Il s'agit de masques textiles bien évidemment.

PATRICK ROGER
Des masques textiles, et donc ce stock, 150 millions, qui sera constitué quand ?

OLIVIER DUSSOPT
Il est en cours de constitution, nous l'avons reconstitué, et justement, pour faire face à ces distributions, aux agents publics et aux personnes les plus défavorisées, nous achetons à nouveau démasque pour être capables, à la fois de distribuer ces masques, mais aussi de garder notre stock au bon niveau.

PATRICK ROGER
Oui, et c'est acheté, c'est produit en France ou à l'étranger ? Parce que beaucoup des masques, et notamment alors les masques en papier, viennent de l'étranger, de Chine.

OLIVIER DUSSOPT
Pour l'essentiel, ce sont des produits français, et nous y faisons attention, dans le respect de des marchés publics bien évidemment. Et non seulement ce sont des produits français, mais une part de ces masques sera aussi produite par des entreprises d'insertion, dans le cadre de l'économie sociale et solidaire et dans le cadre aussi d'achats solidaires de la part de l'Etat.

PATRICK ROGER
Oui. Bon, alors, le quoi qu'il en coûte, c'est terminé ou pas ?

OLIVIER DUSSOPT
Le quoi qu'il en coûte se termine, nous l'avons toujours dit…

PATRICK ROGER
Bon, alors, non mais attendez… Oui, allez-y.

OLIVIER DUSSOPT
Je rappelle que vous l'avez annoncé au mois de janvier, ça m'avait valu d'ailleurs une volée de bois vert de quelques acteurs économiques, mais en janvier j'avais dit que l'année 2021 devait à la fois marquer la sortie de la crise, c'était un espoir, grâce à la vaccination, et la fin du quoi qu'il en coûte. Nous avons décidé, avec Bruno LE MAIRE, sous l'autorité du président de la République, de prolonger pour le mois de septembre le fonds de solidarité, et à partir du mois d'octobre, d'avoir un dispositif très spécifique pour aider les entreprises qui, à cause de la situation sanitaire, on peut penser par exemple aux entreprises très exposées au tourisme international, rencontreraient des difficultés.

PATRICK ROGER
Tourisme, salles de sport etc., encore un peu…

OLIVIER DUSSOPT
On vérifiera au cas par cas, en fonction du niveau d'activité…

PATRICK ROGER
Et là ils pourront bénéficier de quoi alors ?

OLIVIER DUSSOPT
D'une prise en charge des coûts fixes, mais je le répète, il faudra que la perte de chiffre d'affaires par rapport à 2019 soit assez conséquente, et ce sera vraiment vérifié au cas par cas. Mais dès lors que l'activité revient à son niveau normal, il est tout à fait logique que les aides exceptionnelles s'arrêtent, parce que nous ne sommes pas dans une économie subventionnée, et parce que nous l'avons toujours dit, le quoi qu'il en coûte cela représentait 70 milliards de dépenses supplémentaires, économiques, sociales, sanitaires, en 2020, 70 milliards en 2021 sans compter le plan de relance, et donc nécessairement il faut revenir à un niveau normal de dépenses publiques.

PATRICK ROGER
Eh bien oui, parce que, Olivier DUSSOPT, quand on regarde et quand on écoute le président de la République ces derniers jours, on a l'impression que l'Etat a gagné au Loto. Il y en a pour tout le monde de l'argent : à Marseille, les agriculteurs, les policiers, ce n'est pas fini, les budgets de la Justice, de l'Armée etc. Ça va représenter combien ça ?

OLIVIER DUSSOPT
Alors, derrière votre interrogation, il y a une autre question : que diriez-vous si le président de la République ne tenait pas ses engagements ? Il les tient.

PATRICK ROGER
Ah ben là, ce ne sont pas des engagements, ce sont des promesses, c'est pour la suite. Ça, il ne l'a pas fait il y a 5 ans en fait.

OLIVIER DUSSOPT
Il tient ses engagements, et notamment sur les questions régaliennes, il a toujours dit qu'il fallait réarmer les fonctions régaliennes, leur donner plus de moyens. Aujourd'hui…

PATRICK ROGER
Il le fait à 7 mois de la présidentielle.

OLIVIER DUSSOPT
Non, vous vous trompez.

PATRICK ROGER
Ah ben si ! Il le fait aujourd'hui, Olivier DUSSOPT.

OLIVIER DUSSOPT
Alors, pardon…

PATRICK ROGER
Il ne l'a pas fait il y a 3 ans ou il y a 4 ans.

OLIVIER DUSSOPT
Pardon, mais, alors, juste un chiffre, et c'est une question que je vous pose.

PATRICK ROGER
Oui.

OLIVIER DUSSOPT
De combien a augmenté le budget des Armées entre 2017 et 2018 ?

PATRICK ROGER
Alors, le budget a augmenté.

OLIVIER DUSSOPT
Non mais, répondez-moi…

PATRICK ROGER
Je n'ai pas le chiffre très précis.

OLIVIER DUSSOPT
1,7 milliard, et depuis 2018…

PATRICK ROGER
C'est vrai, sur les Armées…

OLIVIER DUSSOPT
Laissez-moi aller au bout.

PATRICK ROGER
Oui.
OLIVIER DUSSOPT
8 milliards d'augmentation depuis 2018. De combien a augmenté le budget du ministère de l'Intérieur ? 3 milliards depuis 2018. De combien a augmenté le budget de la Justice ? 2 milliards. Et l'année prochaine…

PATRICK ROGER
Mais ça, ce n'était pas dans les promesses, en fait, je ne l'avais pas vu dans les engagements, précisément…

OLIVIER DUSSOPT
Vous avez mal lu…

PATRICK ROGER
Ah ben si, je l'ai bien lu en fait à l'époque…

OLIVIER DUSSOPT
Vous avez mal lu, tout simplement. Le président de la République a toujours dit qu'il fallait réarmer les fonctions régaliennes dans les premières lois qu'il a fait voter. C'est une loi de programmation pluriannuelle pour les Armées, 1,7 milliard d'augmentation par an, elle est tenue, c'est la première fois depuis 20 ans que l'on tient cette promesse.

PATRICK ROGER
Bon, vous êtes meilleur que moi sur les chiffres…

OLIVIER DUSSOPT
Deuxième chose, la loi de programmation de la Justice, elle est tenue et nous allons plus loin avec deux augmentations successives de 8%, c'est presque 700 millions d'euros de plus pour la justice. Et nous mettons des moyens sur le ministère de l'Intérieur, l'année dernière nous avons augmenté son budget d'un milliard d'euros, l'année prochaine c'est 1,5 milliard de plus, donc tout ça ce sont des engagements tenus et c'est une réponse à des besoins. C'est la qualité du président de la République que de tenir cet engagement.

PATRICK ROGER
Mais alors, comment faites-vous ? Comment faites-vous pour avoir cet argent alors que…

OLIVIER DUSSOPT
Nous l'avons intégré dans notre programmation pluriannuelle, et pour vous donner peut-être un chiffre qui va vous rassurer, je donne beaucoup de chiffres ce matin…

PATRICK ROGER
Oui, oui oui, eh bien non, c'est normal, vous êtes le patron des chiffres, en fait, publics.

OLIVIER DUSSOPT
A cause de la crise et à cause des mesures liées à la crise, le déficit public en 2020 a été de 9,1% du PIB, il sera inférieur à 9% en 2021, parce que nous continuons à dépenser beaucoup pour faire face à la crise. L'année prochaine il revient à 5%. 5% c'est beaucoup comme déficit, mais ça montre qu'on peut tenir les engagements et revenir progressivement à une situation plus normale et plus soutenable en matière de dépenses publiques.

PATRICK ROGER
Bon, à propos de chiffres, il y avait eu un engagement dans un premier temps par exemple de suppression de 120 000 postes dans la Fonction publique, ça s'est terminé.

OLIVIER DUSSOPT
Est-ce que vous souhaitez qu'on remette…

PATRICK ROGER
Non non non…

OLIVIER DUSSOPT
Est-ce que vous souhaitez qu'on va remette sur la table…

PATRICK ROGER
Non mais je vous dis ça parce que vous me parlez de chiffres, donc je vous en donne d'autres.

OLIVIER DUSSOPT
Je vais au bout, oui, mais comme vous mélangez les choux et les carottes, je vais essayer de vous répondre sur l'essentiel.

PATRICK ROGER
Tout ça pour faire du pot-au-feu, il faut tous les légumes, vous le savez.

OLIVIER DUSSOPT
Mais le budget de l'Etat n'est pas un pot-au-feu, justement, c'est un outil pour mettre en oeuvre les politiques publiques et tenir les engagements du président de la République. Est-ce que vous souhaitez qu'on revienne sur des fermetures d'écoles en zones rurales, alors que nous avons arrêté de le faire après le Grand débat ? Est-ce que vous souhaitez qu'on revienne sur des projets de suppressions de postes dans le domaine de la santé et de la prévention ?

PATRICK ROGER
Non, je préfère qui agite les Français en ce moment…

OLIVIER DUSSOPT
Je crois que ce qui s'est passé…

PATRICK ROGER
Ce sont les prix de l'énergie qui flambent.

OLIVIER DUSSOPT
Ce qui s'est passé avec la crise des Gilets jaunes et avec la crise sanitaire, montre que dans les services publics, il est normal de maintenir les moyens pour répondre aux besoins des Français.

PATRICK ROGER
Bon, d'accord. Un autre sujet, donc je disais Olivier DUSSOPT, qui agite les Français, c'est les prix de l'énergie qui flambent, c'est-à-dire il y a l'essence, près 2 € parfois le litre, bon c'est assez exceptionnel…

OLIVIER DUSSOPT
C'est très exceptionnel, effectivement.

PATRICK ROGER
Non non, mais je vous l'accorde, mais quand même on est beaucoup plus sur du 1,70, 1,80.

OLIVIER DUSSOPT
Il y a une augmentation du prix de l'essence.

PATRICK ROGER
Le gaz, l'électricité également. Est-ce que vous nous confirmez d'ailleurs qu'il va y avoir une rallonge du Chèque énergie pour les plus modestes ? Combien de personnes ?

OLIVIER DUSSOPT
Oui. Le Premier ministre le précisera cet après-midi. Aujourd'hui, presque 6 millions de Français touchent un Chèque énergie, ils le reçoivent, dès lors qu'ils sont éligibles, dès lors qu'ils ont droit à ce Chèque énergie, ils le reçoivent directement, et ce Chèque énergie leur est adressé par LA POSTE. Il sera augmenté, d'un chèque de 100 €, parce que justement nous avons vu cette augmentation du prix de l'énergie, et plutôt que d'attendre que toutes les augmentations, qui sont souvent des augmentations automatiques, elles ne sont pas décidées par le Parlement, elles ne sont pas décidées par le gouvernement, plutôt que d'attendre qu'elles s'appliquent brutalement, nous anticipons et nous prévoyons cette mesure d'aide pour les 6 millions de Français qui en ont le plus besoin, à hauteur de 100 € supplémentaires.

PATRICK ROGER
Est-ce qu'il y a une possibilité pour vous d'intervenir aussi sur les taxes et les surtaxes, de l'ensemble en fait de ces moyens d'énergie ?

OLIVIER DUSSOPT
Les différentes interventions dans le passé, sur les taxes, ont montré que c'était souvent avec un effet marginal, et surtout ça ne tient pas compte des évolutions du prix de l'énergie. Actuellement…

PATRICK ROGER
Mais c'est un sujet sensible, vous le savez. Les Gilets jaunes ça a démarré en fait là-dessus, sur les carburants, notamment.

OLIVIER DUSSOPT
Mais absolument, parce qu'il y a une reprise économique très forte, pas seulement en France, mais au niveau mondial, il y a une énorme demande d'énergie, et donc il y a une augmentation des coûts. Nous espérons que cette reprise économique, évidemment forte et utile, puisse aussi aller vers une forme de normalisation, de régularisation, avec un retour à des prix plus classiques et plus normaux.

PATRICK ROGER
Vous craignez l'inflation ou pas ?

OLIVIER DUSSOPT
L'Inflation est un petit peu plus importante que les autres années, mais là aussi les économistes, tout ceux que nous consultons, avec qui nous travaillons…

PATRICK ROGER
Vous tablez sur combien ?

OLIVIER DUSSOPT
… nous disent que cette inflation qui pourrait être entre 1,8 et 2% cette année, en 2021, devrait revenir là aussi à des niveaux plus normaux l'année prochaine, et d'ailleurs nous avons des mécanismes de protection, puisque par exemple le pic d'inflation, on parle de 2%, il faut avoir en tête que dans les années 80, au début des années 90, on parlait de 4, 5, 6%, là on est à 2%…

PATRICK ROGER
Et même avant on était à 8, 10%, 12%.

OLIVIER DUSSOPT
Il déclenche un certain nombre de mécanismes, et notamment le fait qu'au 1er octobre, le smic sera revalorisé de 2,2%, parce qu'il y a des mécanismes automatiques qui permettent cet ajustement, en cas justement de pic inflationniste.

PATRICK ROGER
Vous êtes l'aile gauche un peu de ce gouvernement Olivier DUSSOPT….

OLIVIER DUSSOPT
Avec d'autres, oui.

PATRICK ROGER
Avec d'autres. Là on a vu quand même qu'il y allait avoir un mouvement derrière Edouard PHILIPPE, avec Territoires de progrès. Comment vous, vous pouvez peser face à cela ?

PATRICK ROGER
Territoires de progrès est un parti, un parti de gauche, et de gauche de la majorité présidentielle. Avec Jean-Yves LE DRIAN nous l'avons fondé, et nous sommes accompagnés par quelques collègues, des parlementaires, des militants…

PATRICK ROGER
Mais comment vous pouvez effectivement, face à Edouard PHILIPPE et son mouvement…

OLIVIER DUSSOPT
Nous considérons que notre rôle est à la fois de porter des valeurs qui sont les nôtres, des valeurs de gauche dans la majorité, en soutien au président de la République. Edouard PHILIPPE a dit, ça n'est absolument pas une surprise pour moi, qu'il soutiendra totalement la réélection du président de la République, il a dit aussi qu'il voulait former un parti, un mouvement politique pour accompagner cela. Il n'y a pas à être face, c'est être à côté, à côté pour travailler à la même chose, c'est-à-dire la réélection du président de la République.

PATRICK ROGER
Oui. Le PS, votre ancien parti, est derrière a priori Anne HIDALGO, enfin sauf surprise, vous en êtes éloigné aujourd'hui ?

OLIVIER DUSSOPT
Evidemment, mais je garde des amis, je garde des valeurs, une culture politique. Je regarde tout ce qui se passe avec un peu d'attention, et je constate effectivement que le Parti socialiste pourrait se ranger derrière la candidature d'Anne HIDALGO.

PATRICK ROGER
Elle peut incarner ?

OLIVIER DUSSOPT
C'est aux militants socialistes de choisir. Je considère qu'aujourd'hui, le celle qui est en capacité de porter un vrai projet social-démocrate, un vrai projet progressiste, avec un ancrage européen mais aussi avec de nouveaux droits, je pense au reste à charge zéro sur les lunettes, sur les prothèses dentaires ou encore la 5ème branche de la Sécurité sociale…

PATRICK ROGER
Bon, vous allez me dire : c'est Emmanuel MACRON.

OLIVIER DUSSOPT
C'est évidemment Emmanuel MACRON, qui est le seul…

PATRICK ROGER
Bon, mais il y en d'autres qui vont dire que c'est Anne HIDALGO, ou alors que c'est en fait à droite, c'est Jean-Luc MELENCHON ou les Verts. Les Verts, vous attendez qui chez les Verts ? Ils votent aujourd'hui.

OLIVIER DUSSOPT
Ce n'est pas à moi de faire un pronostic sur une primaire, la seule chose qui m'intéresse…

PATRICK ROGER
Vous ne vous êtes pas inscrit pour voter.

OLIVIER DUSSOPT
Non, certainement pas. La seule chose qui m'intéresse, c'est que le président de la République puisse être accompagné, soutenu, pendant toute la fin de ce quinquennat, parce qu'il a un bilan à défendre, et je souhaite évidemment qu'il soit candidat, et je souhaite encore plus qu'il soit réélu, parce que je pense que c'est l'intérêt de la France, que c'est le plus efficace pour faire avancer les droits et reconstruire notre pays.

PATRICK ROGER
Est-ce que Eric ZEMMOUR va aussi beaucoup peser, selon vous, dans le débat de la présidentielle ?

OLIVIER DUSSOPT
Attendons de voir qu'il soit candidat, je n'ai pas le sentiment qu'il soit sur le même espace politique que le président de la République.

PATRICK ROGER
Il n'est pas candidat. Il n'est pas candidat pour l'instant.

OLIVIER DUSSOPT
Pour le moment non.

PATRICK ROGER
Il n'aurait pas dû être décompté alors par le CSA.

OLIVIER DUSSOPT
Nous sommes dans une période pendant laquelle chaque jour il y a une déclaration de candidature supplémentaire. Je ne vais pas passer mon temps à commenter chaque déclaration de candidature, je l'ai dit, je le répète, il n'y en a qu'une qui m'intéresse, c'est celle du président de la République.

PATRICK ROGER
Oui, mais Olivier DUSSOPT, vous avez dit : il n'est pas candidat, donc il ne devrait pas être décompté dans les temps accordés par le CSA.

OLIVIER DUSSOPT
Ce n'est pas à moi de regarder les règles du CSA. Le CSA a visiblement considéré qu'Eric ZEMMOUR était désormais un personnage politique et non plus simplement un journaliste. C'est le rôle du CSA, mais je le répète, la foire aux candidatures, parce que c'est un petit peu la foire aux candidatures en ce moment…

PATRICK ROGER
Oui, c'est ça.

OLIVIER DUSSOPT
… ça n'est pas mon sujet. Mon sujet c'est d'être efficace dans ce que je fais au ministre des comptes publics et de soutenir le président de la République.

PATRICK ROGER
Merci Olivier DUSSOPT.

OLIVIER DUSSOPT
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 septembre 2021