Interview de Mme Olivia Grégoire, secrétaire d'Etat à l'économie sociale, solidaire et responsable, à RTL le 27 octobre 2021, sur le pouvoir d'achat des Français.

Intervenant(s) :

Prononcé le

Temps de lecture 11 minutes

Texte intégral

ALBA VENTURA
Bonjour Olivia GREGOIRE.

OLIVIA GREGOIRE
Bonjour.

ALBA VENTURA
Vous publiez " Et après ? Pour un capitalisme citoyen " dans la collection Impact, des Editions Cherche-Midi. Emmanuel MACRON a préfacé votre livre. On va en reparler, Olivia GREGOIRE, car vous savez bien que le sujet qui préoccupe les Français, c'est le pouvoir d'achat en ce moment. Olivia GREGOIRE, à chaque fois que les prix vont augmenter, vous allez distribuer des chèques ?

OLIVIA GREGOIRE
Je ne crois pas que ça ait été prévu comme ça. Vous dites : « le pouvoir d'achat est une préoccupation des Français, en ce moment », le pouvoir d'achat est une préoccupation des Français depuis des années, et c'est une préoccupation récurrente. On a aujourd'hui les conséquences d'un retour de la croissance, d'un retour fort de la croissance, avec ses prix de l'énergie qui augmentent, avec d'autres prix qui vont augmenter, il vaut mieux prévenir les Français, que ce soit le pain, que ce soit le blé, le vin possiblement dans les prochains mois, et donc l'idée c'est de les accompagner. Il y a eu ce Chèque inflation, cette indemnisation, qui dépasse largement le carburant, vous le savez. Il n'est pas prévu à cette heure de faire d'autres démarches. On a fait beaucoup pour le pouvoir d'achat structurellement, ici c'est une action conjoncturelle.

ALBA VENTURA
Mais je vous dis ça, parce que le patron des patrons, Geoffroy ROUX de BEZIEUX, dit : " C'est dangereux. Cette aide met dans la tête des Français, l'idée que l'on va compenser systématiquement l'inflation par des mesures d'aides gouvernementales ".

OLIVIA GREGOIRE
Non, je ne crois pas que ça soit le cas. Je crois que les Français ne sont pas dupes, c'est un coup de pouce, ça n'est pas une mesure pérenne. Et j'ai envie de dire aussi, chacun fait ce qu'il peut pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, aux entreprises et donc à Geoffroy ROUX de BEZIEUX, de voir aussi, dans les dialogues de branches qui sont enclenchés, comment on augmente les rémunérations, dans les branches.

ALBA VENTURA
Eh bien on y vient. 38 millions de Français vont toucher ce chèque. Si on enlève les chômeurs, les retraités, les étudiants, allez, on a on va dire environ 20 millions de personnes qui travaillent…

OLIVIA GREGOIRE
Salariées.

ALBA VENTURA
… je dis bien qui travaillent, qui vont toucher ce chèque. Le constat c'est que le travail ne paie pas. Et donc là vous êtes en train de dire ce matin aux entreprises : c'est à vous d'augmenter les salaires ?

OLIVIA GREGOIRE
Je ne crois pas que le constat soit que le travail ne paie pas, je n'ai pas le temps de vous faire toute la liste de ce qui a été fait, mais en matière de suppression des cotisations chômage, assurance maladie, rapprocher le salaire brut du salaire net, la prime d'activité, l'ensemble de la prime PEPA, prime Macron, l'ensemble des choses qui ont été faites en matière de pouvoir d'achat…

ALBA VENTURA
Là, vous distribuez à 38 millions de personnes ce chèque…

OLIVIA GREGOIRE
Oui.

ALBA VENTURA
Dont de nombreuses personnes touchent moins de 2 000 € net par mois.

OLIVIA GREGOIRE
Oui, mais savez-vous le salaire médian en France, Alba VENTURA ?

ALBA VENTURA
Oui.

OLIVIA GREGOIRE
Oui, donc c'est une réalité et il n'est pas nul le salaire médian français en Europe…

ALBA VENTURA
1 700.

OLIVIA GREGOIRE
Tout à fait. Donc on a une limite qui est un peu au-dessus du salaire médian, 2 000 €, c'est la réalité. Autant de Français gagnent plus de 2 000 € que moins de 2 000 €. On a une vision assez pragmatique et pas idéologique sur ce sujet. C'est aujourd'hui le montant moyen gagné par les Français.

ALBA VENTURA
Mais, est-ce qu'il faut augmenter les salaires ?

OLIVIA GREGOIRE
Augmenter les salaires, ça passe par des négociations de branches. S'il y avait un bouton magique, je peux vous dire que j'en ai parlé longuement avec Bruno LE MAIRE, s'il y avait un bouton magique pour augmenter automatiquement toutes les rémunérations dans toutes les branches, d'abord on aurait été informé et possiblement on aurait appuyé dessus. On ne peut pas d'un côté nous réclamer, à juste titre, le dialogue social, et de l'autre ne pas considérer qu'il faut avoir ces dialogues de branches. Il y a des secteurs où ça va bouger, hôtellerie, restauration, vous avez vu les annonces. Il y a des secteurs dans lesquels les marges sont trop petites pour pouvoir augmenter les salaires. Il y a d'autres dispositifs qui devraient pouvoir, dans les mois qui viennent, et j'en parle dans mon livre, permettre de gagner plus. C'est l'objectif le pouvoir d'achat. L'objectif c'est plus d'argent sur le compte en banque à la fin du mois. Pour ça, au-delà du salaire il y a aussi les primes, et là-dessus je fais des propositions : participation, intéressement, actionnariat salarié. Un chiffre, que je partage avec vous, en moyenne, vous parlez des 20 millions de salariés français, 8 millions de salariés ont accès à ces primes, par construction 12 millions ne touchent pas ces primes. Ça fait un tiers des Français uniquement qui touchent 2 660 € par an, en moyenne de primes, participation, intéressement, actionnariat salarié. Vous imaginez ce chiffre ? Ça fait 2 660 €, ce sont les chiffres de la DARES, source calcul 2019, sortis en 2021…

ALBA VENTURA
Et ça concerne qui ?

OLIVIA GREGOIRE
Ça concerne un peu moins de 8 millions de salariés français, sur 20 millions. Ma question ce matin, et la question sur laquelle je bosse pour le président de la République, c'est : pourquoi seul un tiers des Français y a accès, comment faire en sorte qu'en fonction de l'entreprise où tu vas travailler, notamment dans les plus petites, tu puisses avoir accès aussi à ces surplus de rémunérations, qui ne sont quand même pas anodins.

ALBA VENTURA
Mais, toutes les entreprises ne peuvent pas le faire ça !

OLIVIA GREGOIRE
Mais c'est l'avantage…

ALBA VENTURA
Les grandes entreprises ok, mais les PME, c'est incertain.

OLIVIA GREGOIRE
Mais, les PME que je connais bien, ou des entreprises de taille intermédiaire, qui font du bénéfice, qui créent de la valeur avec leurs salariés, c'est un projet collectif, les salariés sont quand même partie prenante de l'augmentation de la richesse dans l'entreprise, l'avantage de la participation c'est : il y a du bénéfice, on partage, il n'y en a pas parce que l'année n'est pas bonne, on ne partage pas. C'est extrêmement pragmatique comme approche, ça n'a rien de… on ne partage pas de la richesse que nous n'aurions pas créée. L'intéressement c'est de la performance, on peut tout à fait intéresser les salariés dans les années qui viennent de façon plus simple, et l'actionnariat salarié, j'ai à coeur de rappeler que nous sommes quand même encore le plus grand pays d'Europe à partager le capital des entreprises. 110 milliards d'euros de capital entre les mains des salariés français.

ALBA VENTURA
Donc, plutôt le partage de la valeur que l'augmentation des salaires.

OLIVIA GREGOIRE
Les deux mon Général. Quand on peut augmenter, exemple branche restauration, hôtellerie, on y va. Quand on ne peut pas, parce que marges trop petites, exemple industrie créative et culturelle, c'est compliqué, allons sur le partage de la valeur, et vite. La participation, elle a à 60 ans. Il est temps en 2022 de la rénover.

ALBA VENTURA
Et là, votre ami Geoffroy ROUX de BEZIEUX, dit que l'Etat aussi balaie devant sa porte. " Je serais curieux de savoir combien Bercy paie ses femmes de ménage ".

OLIVIA GREGOIRE
Oui, eh bien c'est une très bonne question à laquelle je vais répondre à Geoffroy ROUX de BEZIEUX. Je crains, avec tout le respect que j'ai pour lui, que ce soit un peu un élément de langage, pour travailler avec lui, avec le MEDEF, qui n'est pas rotor sur ces enjeux de partage de la valeur, je crois qu'on a beaucoup de choses a construire ensemble, et qui ne sont pas forcément opposées philosophiquement à plus partager la valeur dans l'entreprise. J'ai beaucoup de discussions avec son numéro 2 notamment, Patrick MARTIN, qui connaît bien le sujet et qui dirige une entreprise de taille intermédiaire.

ALBA VENTURA
Olivia GREGOIRE, vous publiez " Et après ? Pour un capitalisme citoyens ". Capitalisme, c'est un si gros mot que vous lui accolez citoyen ?

OLIVIA GREGOIRE
Oh non, ça n'est, d'ailleurs je le démontre assez vite dans le livre, je rappelle tous les bienfaits du capitalisme, ce qui peut être politiquement incorrect pour certains, mais je rappelle à quel point le capitalisme a amené l'émergence des classes moyennes, le progrès, la diffusion de l'éducation, notamment pour nous les femmes. Néanmoins aujourd'hui il connaît des turbulences, la crise l'a démontré. Moi, ce que je dis en un mot c'est qu'on a longtemps cru que l'économie était une sorte de moteur qui tournait, qui avançait comme ça, qu'il fallait freiner ou accélérer. C'est bien plus compliqué que ça, il faut un pilote, il faut un volant, il ne faut pas forcément changer le moteur capitaliste, il faut lui donner une direction. Aujourd'hui, on sait beaucoup de choses sur les produits, il est indispensable que les Français qui le veulent, qu'ils soient consommateurs, salariés ou épargnants, puissent savoir plus de l'entreprise dans laquelle ils travaillent, investissent, et qu'ils puissent en transparence savoir ce qu'il se passe et comment la richesse, on vient d'en parler, elle est créée mais elle est surtout partagée dans l'entreprise.

ALBA VENTURA
C'est ça, vous voulez plus de transparence sur les entreprises.

OLIVIA GREGOIRE
Plus de transparence.

ALBA VENTURA
Ce livre est préfacé par le président Emmanuel MACRON, d'ailleurs, permettez-moi de passer à la politique plus politicienne, on va dire. Est-ce que vous êtes, vous, aussi obsédée par Eric ZEMMOUR ?

OLIVIA GREGOIRE
Moi je suis obsédée par ma fonction à Bercy. Je remarque deux choses. C'est un feuilleton médiatique. A chaque jour suffit non presque pas sa peine oserais-je dire, mais suffit son épisode. On a eu ZEMMOUR retire sa cravate, ZEMMOUR pointe les journalistes. On a eu ZEMMOUR est contre le permis à points. C'est ZEMMOUR est dans le pré. Moi j'attends ou en tout cas j'ai envie de voir, si on passe à la saison 2, ZEMMOUR est en campagne, avec un vrai progrès… programme, avec un vrai projet et avec des vraies réponses. Deuxième partie qu'il est important de rappeler, c'est que je ne me cache pas. Je ne suis pas aveugle, je suis lucide et je n'ai pas pour habitude de me cacher derrière mon petit doigt. Quand on en est à ce niveau dans les sondages, c'est qu'on répond à quelque chose qui flotte dans l'opinion. Je ne suis pas aveugle. Il y a une attente, il y a un problème, il y a une crise d'identité en France, ça n'est pas nouveau, il y apporte certaines réponses, mais il y a une obsession, moi je ne suis pas obsédée par Eric ZEMMOUR. Il est obsédé par le phénomène migratoire, il en fait une priorité absolue, ce qui est assez facile et ça a bon dos, c'est l'arbre qui cache la forêt. Que pense Eric ZEMMOUR de l'économie ? Que fait-il pour le pouvoir d'achat ? Que fait-il pour l'écologie, pour la jeunesse, pour les retraites ?

ALBA VENTURA
On lui a posé la question ici même.

OLIVIA GREGOIRE
Moi c'est de ça dont j'ai envie d'entendre parler. Après ZEMMOUR est dans le pré ? à quand ZEMMOUR en campagne ? Ça ne sera peut-être pas exactement la même saison et le même feuilleton.

ALBA VENTURA
Merci beaucoup Olivia GREGOIRE. Alors, comme nous sommes à la radio, on ne voit pas forcément, mais vous attendez un heureux événement.

OLIVIA GREGOIRE
C'est gentil de le rappeler.

ALBA VENTURA
Ça va, vous gérez bien ? Ministre et femme enceinte.

OLIVIA GREGOIRE
Tout va bien, et je pense à toutes celles qui comme moi sont en train de partir travailler et qui sont peut-être enceintes de bientôt 8 mois, et pour qui ce n'est pas forcément facile, mais qui sont toutes autant, si ce n'est plus courageuses que moi. Important de dire qu'on peut être une femme engagée, qui travaille et qui a aussi envie de mener un projet personnel, tout ça est compatible. Les femmes le font au quotidien, c'est important qu'on le fasse aussi en politique.

ALBA VENTURA
Merci beaucoup Olivia GREGOIRE.

OLIVIA GREGOIRE
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 28 octobre 2021